Adoption du Plan Local de l’Urbanisme et de l’Habitat de la Métropole de Lyon

Hier, le Conseil de la Métropole de Lyon a adopté le projet de PLU-H de l’agglomération, fruit de nombreuses années de travail et de concertation. Voici l’intervention que j’ai réalisée à ce sujet.

© droits réservés
© droits réservés

Ce PLU-H est un document qui nous engage devant nos concitoyens. Nous leur proposons aujourd’hui une traduction de notre vision de la Métropole de demain et ainsi nous fournissons les outils pour permettre la concrétisation du projet métropolitain dans l’ensemble de nos territoires.

La Métropole de Lyon est multiforme et changeante et ce PLU-H prend en compte cette diversité qui sculpte nos territoires. On ne bâtit pas la ville à Saint Didier au Mont d’Or comme dans le 3e arrondissement de Lyon, à Irigny comme à Décines. Le travail en neuf bassins de vie, répondant aux réalités urbaines de nos concitoyens, permet de donner vie à une Métropole multipolaire, une métropole où l’offre de services ne se trouve pas que dans la ville centre mais aussi dans les centres bourgs de nos communes. Cet équilibre métropolitain est notre force et nous l’inscrivons aujourd’hui dans notre manière de bâtir la ville.

Au nom du groupe socialistes et républicains métropolitains, je souhaite revenir sur plusieurs points qui, à notre sens, façonnent une métropole à la hauteur de nos ambitions pour le bien vivre des grands-lyonnais comme de ceux qui font tous les jours le choix de la Métropole, que ce soit pour étudier, vivre ou encore travailler. Je souhaite revenir sur ce que révèle ce PLU-H de notre projet : l’enjeu métropolitain, l’enjeu économique, celui du logement mais aussi sur les enjeux auxquels il nous faut veiller plus attentivement : celui des équipements publics et celui des espaces verts.

Tout d’abord l’enjeu métropolitain en tant que tel se traduit dans ce document. Oui, des projets d’envergure vont continuer à se développer à l’image de la Part Dieu, de la Confluence ou encore des Gratte Ciel. Ces projets sont moteurs pour notre agglomération où ils associent architecture, logement, développement économique et espaces publics de qualité construisant une ville du XXIème siècle respectueuse de ses habitants comme de son patrimoine.

Ce socle se couple à une vision économique. Oui le développement économique, action concrète pour une lutte efficace contre le chômage, doit transcender l’ensemble de notre action. Le PLU-H n’en est pas exempt. En matière économique, il préserve tout en développant. Je pense par exemple aux espaces économiques et artisanaux que l’on maintient au cœur du 3e. Ou encore au maintien de linéaires commerciaux et tertiaires sur des axes structurants de Caluire-et-Cuire afin de protéger l’activité. Le développement de zones commerciales ou d’activité nouvelles dans l’est lyonnais ou encore à Vénissieux permet également de maintenir le développement et donc l’accueil de nouvelles entreprises. À travers tous ces cas concrets, matérialisés sur la carte, le PLU-H garantit l’emploi de demain pour les Grand Lyonnais.

© droits réservés
© droits réservés

Cet enjeu économique s’accompagne bien sûr d’une production de logements cohérente. C’est tout le sens de l’intégration voulue par la Métropole du Plan Local de l’Habitat dans notre document de référence pour l’urbanisme. Dans une agglomération caractérisée par une tension forte entre offre et demande, il est important de relever notre objectif de produire 8.000 logements par an. Cette nécessité engage l’ensemble de nos communes. Notre métropole attire et il faut pouvoir proposer des logements pour tous. Pour tous, cela veut bien dire dans toutes les gammes de prix. La ville mixte, où chacun trouve sa place dans l’ensemble de nos quartiers, passe par un accompagnement de l’ensemble des productions possibles : du logement libre bien sûr, mais aussi des produits de type intermédiaire, de l’aide à l’acquisition et du logement social.

Cette production de logements nécessaire doit néanmoins tenir compte des besoins inhérents. En effet, pas de qualité de vie sans équipements publics. La Métropole, en lien avec les communes, sait que chaque logement créé induit une capacité scolaire augmentée, des équipements sportifs, de petite enfance, culturels ou encore une desserte en transports publics supplémentaire. Il faut favoriser une utilisation modérée des véhicules individuels pour maitriser notre impact environnemental. Nos programmes d’équipements publics doivent donc entrer en synergie avec le PLU-H, au-delà, nous semble-t-il, du seul nombre des emplacements réservés prévus. Un observatoire urbain partagé pourrait aider à ce travail de concertation entre Métropole et communes.

Notre groupe souhaite aussi insister sur les espaces naturels et espaces verts. Répondre au défi climatique et au besoin de nature en ville exprimé par nos concitoyens est essentiel. Ce travail s’appuie sur la trame verte et bleue proposée par le SCoT. Maintenu au centre par la colonne vertébrale qu’est le Rhône et la Saône, entourée par les monts du lyonnais à l’ouest et les plaines agricoles du Dauphiné à l’est, cet équilibre entre ville et nature est préservé et enrichi par une augmentation des classifications de terrains en zones naturelles à préserver de 2,8%. En cœur de ville, la logique est maintenue. La lutte contre les îlots de chaleur a guidé l’action de la Métropole dans le développement des espaces verts de proximité et les cœurs d’îlot. Les récents épisodes caniculaires montrent que le travail sur ces problématiques urbaines à notre échelle est capital.

En dernier lieu, je tenais à revenir sur la concertation qui a accompagné ce travail de révision du PLU-H, débuté en 2011-2012. Tout d’abord, avec l’ensemble des élus locaux de nos 59 communes. Que ce soit à travers les conférences territoriales des Maires, lors de présentations avec les élus des territoires ou encore en échanges entre services métropolitains et municipaux, ce document a bien été co-construit.

Chaque élu de ce conseil a la connaissance fine de son territoire et nos contributions, chers collègues, ont enrichi ce document partagé.

Enfin, avec l’ensemble des habitants qui ont pu s’exprimer. Des formations ont été apportées aux conseils de quartier et aux comités d’intérêts locaux, des réunions publiques se sont tenues dans les territoires, un site dédié a pu faciliter les remontées des propositions et critiques de nos concitoyens.

Rappelons que le travail n’est pas terminé. C’est un « arrêt sur image » du projet que nous actons aujourd’hui en séance. Les personnes publiques associées et les communes vont désormais se saisir de cette proposition et une enquête publique aura lieu. Vous l’avez dit Monsieur le Vice-Président, nous nous réengageons dans un an de travail avant l’adoption définitive du PLU-H de la Métropole de Lyon. Le temps pour chacun de réellement bien s’approprier ce document qui fonde la Métropole de demain, une métropole attractive, dynamique, agréable à vivre et où chacun peut trouver sa place quel que soit son parcours.

Le groupe socialistes et républicains métropolitains votera pour cet arrêt du projet de révision du PLU-H de la Métropole de Lyon.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *