La parole à : Léocadie Mireille MPindy – En Marche

© droits réservés
© droits réservés

Déléguée médicale de formation active dans la région Rhône-Alpes et présidente de l’Association « Les Mains de l’Espoir », qui œuvre pour la scolarisation et l’insertion professionnelle des jeunes filles mères au Congo Brazzaville, je me suis mise en marche en janvier 2017 pour soutenir le président Emmanuel Macron et aujourd’hui, je soutiens activement Anne Brugnera, candidate aux législatives pour la République en Marche.

Pourquoi ce choix ? D’abord une suite logique par rapport à l’élection présidentielle, ensuite tout simplement parce qu’Anne est de ces femmes qui ont compris que notre chère République a besoin de changement pour redéfinir et retrouver cette confiance que nous français, avons perdu en cette France si douce et si forte en même temps, si équitable, si Républicaine.

Il faut noter qu’une Nation est composée d’hommes et de femmes. L’efficience de la gestion des affaires publiques, privées ou encore celles de l’Etat par les femmes est aujourd’hui, un gage et une valeur d’avenir.

Pourquoi je le dis ? Parce qu’Anne en tant que mère, privilégie une vision d’intérêt général. Mais aussi, elle a eu à mener des actions, poser des actes en tant qu’adjointe au maire de Lyon en s’inscrivant dans une démarche citoyenne, républicaine pour l’intérêt général, au détriment de toute logique partisane.  Elle incarne donc ces valeurs, celles d’une France forte. Il y a dans le programme d’En Marche, un vivier de solutions pour redynamiser notre économie dans une Europe unie, dans une France où la justice et la cohésion sociale sont pour tous et où l’Espoir certain en l’avenir existe pour chacun des Français…

Anne Brugnera, cette femme et mère aux allures de leader m’a séduite car elle s’inscrit dans cette vision pragmatique, progressiste et réformiste comme l’est la vision et le programme du nouveau Président de notre chère France. Candidate dans la 4ème circonscription de notre belle ville lyonnaise, Anne est certainement cette femme avec laquelle notre hémicycle devra compter dans un avenir très proche car elle a déjà prouvé auprès des hommes qu’elle est une femme et partenaire sur laquelle on doit désormais compter.

En tant que députée lyonnaise, je ne doute pas un seul instant qu’elle défendra au mieux les droits des français et votera les lois qui changeront leur quotidien.

La parole à : Mélanie Ruty – En Marche

© droits réservés
© droits réservés

Je m’appelle Mélanie Ruty, j’ai 47 ans, je suis mariée, maman d’une fille de 18 ans (… qui passe son bac cette année) et directeur marketing dans une PME de la région.

J’ai su dès le 2ème tour de la primaire de la droite que j’allais voter Emmanuel Macron à la présidentielle. Ensuite la campagne présidentielle m’a enthousiasmée et surtout m’a alertée sur le fait qu’il n’était pas possible de laisser la politique… aux autres, et qu’il fallait s’impliquer, donner de soi.

J’ai rencontré Anne Brugnera à la réunion qui a suivi l’annonce de sa candidature et j’ai été bluffée par sa capacité à rassembler, clarifier, et organiser.

Rassembler toute une équipe si hétéroclite avec des jeunes et des moins jeunes, des hommes et des femmes, des marcheurs issus de la gauche et de la droite, des élus et des acteurs privés… en les connaissant tou(te)s par leur prénom et en animant tout ce petit monde avec générosité pour créer une équipe soudée.

Clarifier un engagement qui a pu être dénigré par ses adversaires et qui, pour moi, après plusieurs semaines de campagne, est une évidence. Pourquoi le mouvement En Marche n’a-t-il pas existé plus tôt ? Anne y aurait déjà pris sa place depuis longtemps (et moi avec) !

Organiser une campagne de terrain toujours positive, toujours respectueuse sur l’ensemble de la circonscription, connaissant chaque recoin, chaque square, chaque école, chaque maison de retraite.

Je suis fière de participer modestement à cette équipe de la #circo6904. Je suis admirative de la capacité de travail de Anne et même un peu…  jalouse : comment fait-elle pour être maman, avoir continué à exercer son métier d’ingénieur  à mi-temps et remplir ses fonctions d’adjoint à la vie scolaire ?

Avec de telles capacités, je suis sûre que Anne saura être une députée efficace, assidue et soucieuse de travailler au succès du projet d’Emmanuel Macron  pour la France.

En marche… pour une société plus juste par Bernard Devert

Dans ces derniers moments de campagne je veux remettre à l’ordre du jour les raisons profondes de mon engagement : le moteur de mon adhésion au projet d’Emmanuel Macron, d’en marche. Nous avons, ensemble, les clefs pour déverrouiller notre société bloquée depuis 20 ans. Si nous nous rassemblons sur un projet qui lie de façon équilibrée liberté et protection, la mise en marche de notre pays doit permettre de réconcilier. Réconcilier c’est apporter une réponse concrète et durable aux causes des colères qui menacent notre cohésion sociale. Je remercie Bernard Devert de me laisser publier à nouveau cette tribune qu’il avait rédigé à la veille du 2e tour des élections présidentielles et qui a si clairement rappelé notre devoir, notre responsabilité.

Le contexte de ces élections législatives est certes différent dans la 4e circonscription, mais, si je suis élue dimanche, je garderai cette tribune en tête durant tout mon mandat pour ne pas oublier le contexte de ces élections présidentielles.

Publiée le 2 mai 2017

La campagne, trop longue en raison notamment des primaires, s’achève dans l’essoufflement et l’inquiétude ; elle aurait pu s’apparenter à « un hôpital de campagne » pour mieux diagnostiquer les lèpres de notre société et s’attacher à les guérir.

Nombre de nos concitoyens, blessés par la vie, ont le sentiment d’être oubliés. Il en résulte une désespérance aggravant le mal, d’où la tentation de se tourner vers des extrêmes.

Cette campagne a brisé les partis de Gouvernement au pouvoir depuis des décennies. D’une certaine façon, ‘l’effet Trump’ s’est propagé.

Le politique est plus habile à utiliser le ‘bistouri’ des mots qui touchent l’adversaire que d’opérer les transformations qui s’imposent. Le corps social enfiévré perd ses repères et s’interroge sur la capacité des édiles à faire changer, mais alors quelle est leur mission ?

Le repli sur soi est proposé comme un traitement. Quelle erreur que de ne pas comprendre que ce qui est fermé toujours fermente, d’où ces replis amers et défaits par les plis de l’amertume pour avoir perdu le sens de l’autre, conduisant sur les chemins de l’espoir.

Il nous faut nous mettre en marche.

(suite…)

La parole à : Michel Le Faou – Adjoint au Maire de Lyon délégué à l’aménagement, l’urbanisme, l’habitat le logement et la politique de la ville

© droits réservés
© droits réservés

Je connais Anne Brugnera depuis 2008, date de son entrée au Conseil Municipal de Lyon. Anne est issue de la société civile, Ingénieur  Agronome de formation, elle est proche du terrain et des réalités concrètes de la vie quotidienne de nos concitoyens. Redoutablement organisée, elle a su mener de front sa vie professionnelle, ses mandats d’élus et sa vie de famille.

Avec  Anne, nous travaillons en étroite collaboration depuis 2014 pour faire en sorte que le développement urbain de la Ville de Lyon s’accompagne du développement de l’offre en équipements scolaires et petite enfance. Anne a toujours su mettre l’exigence de qualité au cœur du projet éducatif de la Ville de Lyon, tant au niveau des nouvelles écoles construites qu’un niveau des projets pédagogiques développés en lien avec la communauté éducative et l’Éducation Nationale. Je suis sûr qu’elle apportera cette expérience concrète construite au plus près de la réalité pour faire en sorte que l’Ecole de demain soit une réelle chance pour les générations futures en mettant les enfants et les familles au cœur du contrat éducatif.

Par ailleurs, en tant qu’élu du huitième arrondissement, je sais qu’elle aura à cœur de défendre les grands projets qui seront mis en œuvre notamment sur le quartier de Mermoz au titre du renouvellement urbain.

Anne connaît parfaitement les enjeux de la quatrième circonscription et elle saura les défendre au nom de l’intérêt général et du large rassemblement des lyonnais autour du Président Emmanuel Macron.

L’élection d’Emmanuel Macron a bouleversé le champ politique, il ne faut pas en avoir peur, sa jeunesse, ses convictions, son début de mandat réussi, sa présence sur la scène internationale redonne une place de choix à la France. Donnons-lui les moyens de gouverner, faisons en sorte que la France sorte de son immobilisme mortifère dans un monde qui change à grande vitesse.

N’ayez pas peur du changement, accompagnez le, les 11 et le 18 juin prochains faîtes le choix du Progrès, d’une France conquérante et  humaniste, fière de ses valeurs de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité.

Votez Anne Brugnera pour le large rassemblement des lyonnais autour de notre Président.

La parole à : Corinne Barret – En Marche

© droits réservés
© droits réservés

J’ai 55 ans. Je suis assistante maternelle et maman de 2 enfants (32 ans et 12 ans). Lyonnaise d’adoption depuis 1991.

Pour la 1ère fois j’ai rejoint un groupe politique et suis fière d’être une Marcheuse.

Je suis persuadée qu’Emmanuel Macron est un excellent Président car il véhicule des idées et des valeurs de renouveau pour notre pays !

J’ai eu le plaisir de rencontrer à plusieurs reprises Anne Brugnera lorsque que j’étais impliquée en tant que parent d’élève au sein du groupe Scolaire Montbrillant. C’est une belle personne, disponible et à l’écoute.

Ses propos et actions à la tête du secteur de l’Education à la Mairie et conseillère du 3ème arrondissement, m’ont permis de comprendre qu’elle se bat pour faire admettre la nécessité de répondre aux inquiétudes de simples citoyens comme moi.

Je soutiens Anne Brugnera car c’est une femme qui œuvre avec beaucoup de convictions, de détermination et d’énergie pour le programme de notre Président Emmanuel Macron.

 

La parole à : Albert Karl – Comité les Brotteaux en Marche

© droits réservés
© droits réservés

Je suis retraité de l’Education Nationale (ancien professeur à l’INSA de Lyon) et réside dans le 6e arrondissement.

J’ai participé activement à la campagne d’Emmanuel Macron depuis janvier 2017 au sein du comité les Brotteaux en Marche.

Après la victoire d’E Macron je tenais absolument à ce que son programme puisse être mis en œuvre. Anne Brugnera  que j’ai pu côtoyer ces quelques semaines, offre l’image d’une candidate franche et directe, à l’écoute de nos concitoyennes et concitoyens .Elle répond parfaitement à l’image que l’on peut avoir d’une députée attentive et connaissant ses dossiers. Son expérience dans la gestion du domaine éducatif et de la petite enfance l’a placée jusqu’ici au plus près de ce qui fait l’avenir de nos enfants. Elle participera j’en suis sûr à la refondation de l’offre politique autour du progressisme. Comme le suggère Emmanuel Macron, porter « un projet cohérent, clair et exigeant et de tout faire pour que ce projet l’emporte et puisse refonder la France ».

Protéger notre environnement, pour améliorer nos conditions de vie et construire notre avenir

« Nous ne renégocierons pas un accord moins ambitieux », a lancé Emmanuel Macron lors de son discours de réponse à la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le Climat. Ce discours volontaire est révélateur de sa détermination inflexible sur la problématique du Climat.

Lors de la campagne présidentielle, il rappelait l’urgence écologique en déclarant « Nous sommes écologiste par devoir » durant son meeting lyonnais du 4 février dernier.

© droits réservés
© droits réservés

Pour répondre à cette urgence et transformer notre modèle de croissance, il faut des engagements forts, ambitieux mais aussi pragmatiques sur ce sujet :

Sur 50 milliards d’investissements publics prévus pour notre programme, 15 milliards seront consacrés à la transition énergétique et écologique.

A ces 15 milliards s’ajouteront plusieurs autres champs d’actions (transports, agriculture…) ayant un impact positif sur l’environnement. Pour Emmanuel Macron, l’écologie est un sujet transversal qui doit irriguer toute l’action du gouvernement. Une politique de premier ordre menée par un Ministre d’Etat, Nicolas Hulot. En étant votre députée, je contribuerai à construire cette politique. Je porterai votre voix dans les débats à venir. Cette politique sera bâtie autour des axes suivants, synthèse du programme d’Emmanuel Macron :

1 – Transition Energétique

Pour Emmanuel Macron « ce n’est pas bon d’avoir 75% de notre énergie qui vient du nucléaire ». Nous réduirons notre dépendance à l’énergie nucléaire, avec l’objectif de 50% d’énergie nucléaire à l’horizon 2025.

Pour réussir cet engagement, 2 axes de travail :

  • Agir directement sur la filière nucléaire en :
    • Fermant Fessenheim.
    • Consolidant les moyens de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et en prenant en compte ses conclusions pour prendre des décisions sur la prolongation des centrales au-delà de 40 ans.
  • Tenir l’objectif de 32% en terme d’énergies renouvelables en :
    • Focalisant les efforts de développement et d’investissement des opérateurs sur le stockage de l’énergie et les réseaux électriques intelligents.
    • Encourageant l’investissement privé pour mobiliser 30 milliards d’euros et ainsi doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque.
    • Simplifiant les procédures de déploiement des énergies renouvelables.

Nous viserons aussi la rénovation de la moitié des logements-passoires des propriétaires les plus modestes dès 2022, afin de diminuer les émissions et de faire baisser les charges (électricité, fioul, gaz). A cette fin, via un fonds public doté de 4 milliards, nous financerons les travaux des propriétaires les plus précaires.

2 – Sortir des énergies fossiles

© droits réservés
© droits réservés

Notre utilisation des énergies fossiles est importante. Au-delà du réchauffement climatique, elle impacte directement notre santé. Nous devons nous engager dans une rupture profonde avec le modèle productif existant. Et cela sur tous les secteurs. Nos axes prioritaires seront :

  • Fermer les dernières centrales électriques à charbon en 5 ans.
  • Pour réduire massivement la pollution liée aux particules fines, la fiscalité du diesel sera alignée sur celle de l’essence pendant le quinquennat.
  • Peser pour renforcer les normes anti-pollution européennes pour les véhicules neufs et les contrôles en conditions réelles (en tirant les enseignements du scandale Volkswagen).
  • Interdire l’exploration des gaz de schiste et refuser tout permis d’exploitation nouveau concernant les hydrocarbures.
  • Porter au niveau européen un projet d’augmentation progressif de la taxe carbone afin d’atteindre 100€/tonne de CO2 rejetés d’ici 2030, (pour inciter les entreprises à poursuivre leurs investissements afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre).

3 – Vers un nouveau modèle économique

© droits réservés
© droits réservés

Consommer local et solidaire, économie circulaire, soutenir nos agriculteurs, renforcer le recyclage… Pour notre santé, pour avoir une gestion des ressources raisonnée, nous nous engagerons pour :

  • Aller vers au moins 50% de produits biologiques, labels de qualité, ou local, d’ici à 2022, dans l’ensemble de la restauration collective – les cantines des écoles et les restaurants d’entreprise.
  • Viser « 100% de plastique recyclé sur tout le territoire » d’ici 2025, grâce à la modernisation des centres de tri par l’augmentation progressive de la taxe générale sur les activités polluantes (sur l’incinération et l’enfouissement).
  • Renforcer la lutte contre l’obsolescence programmée en renforçant l’affichage de la durée de vie des appareils électroménagers.

La parole à : Yann Cucherat – Adjoint au Maire de Lyon délégué aux sports

© droits réservés
© droits réservés

Je suis devenu Adjoint aux Sports en 2014, au moment où Anne retroussait ses manches notamment au sujet de la réforme des rythmes scolaires. Un sujet d’envergure, sur lequel nous avons immédiatement collaboré, dans l’écoute et la confiance réciproques…  Le ton était donné quant à la teneur de nos échanges, desquels ressortent toujours l’esquisse d’une solution, la tentative d’œuvrer et d’avancer conjointement afin d’améliorer la vie de nos concitoyens, surtout parmi les plus jeunes… Le sport à l’école demeure notamment l’une des préoccupations majeures de mon mandat d’élu local, et du macroniste engagé et convaincu que je suis devenu…

Je viens du sport de haut-niveau. J’ai eu la chance de participer aux épreuves les plus prestigieuses et parfois d’en remporter quelques-unes. Après ma carrière de gymnaste, je me suis engagé au sein de la Fédération Française de Gymnastique, et je suis aujourd’hui Directeur du Haut-Niveau parmi les équipes masculines. Toute ma vie, j’ai côtoyé le monde associatif, et aujourd’hui plus qu’hier, je suis admiratif devant l’engagement de nos bénévoles, qui sont bien souvent des parents prolongeant l’éducation de leurs enfants sans compter le temps passé à mettre leur énergie au service des autres, pour le bien collectif.

Je soutiens Emmanuel Macron depuis la première heure, parce que je crois en la valeur travail, et en la capacité de tout un chacun à atteindre ses objectifs s’il suit le plan de ses rêves, même les plus fous… Et je pense que rêver s’apprend, en grand, au sein du monde le plus vaste qu’il soit, tout comme la liberté n’en est une que si elle se conjugue dans le cadre défini par l’éducation. Une éducation inculquée à travers l’ouverture, le don de soi, le respect, l’entraide… Parce que nos enfants sont la force vive de notre pays, dont l’histoire a tant à leur chuchoter, et parce que je crois que nos potentiels explosent lorsque nous comprenons dans quel rôle nous sommes le mieux à même de nous exprimer, je soutiens et j’épouse la roue de toutes celles et ceux qui croient en notre jeunesse, et Anne Brugnera en fait partie, dans le sillon d’une République qui se veut forte sur ses bases, et en marche vers un futur éminemment prometteur et stimulant.

La parole à : Maud Roy – Adjointe dans le 3ème arrondissement en charge de la Mémoire, des anciens combattants et du Patrimoine

© droits réservés
© droits réservés

Je m’appelle Maud Roy et je suis adjointe dans le 3e arrondissement de Lyon, en charge de la Mémoire, des Anciens Combattants et du Patrimoine

J’ai toujours vécu dans le 3e arrondissement de Lyon et j’ai fait des études d’archéologie et d’arts plastiques. Je suis engagée dans différentes associations avec lesquelles je partage des valeurs d’humanisme, de justice et de partage.

Cela fait déjà quelques années que je connais Anne et que je l’apprécie beaucoup.

Je l’apprécie en tant qu’être humain, elle est franche et à l’écoute de l’autre, elle sait comprendre les uns et donner des conseils aux autres. Elle sait prendre son temps pour chacun. Elle est droite et sans faille mais je la sais sensible et profondément humaine.

Je l’apprécie en tant que personne publique, elle a un sens inné de l’organisation, elle est solide et courageuse. Elle trouve toujours les arguments nécessaires pour développer ses idées sans être condescendante. Elle maitrise les dossiers qu’elle traite, elle a une telle énergie que celle-ci est communicative, elle sait donner le goût du travail et la volonté de se surpasser aux personnes qu’elle côtoie.

Anne fait partie de ces rares personnes qui, sans même s’en rendre compte, savent guider sans imposer, savent rassurer en un geste.

Mais au-delà de toutes ses qualités qui font d’Anne ce qu’elle est, Anne est une femme moderne, généreuse et courageuse. Elle est l’incarnation de la nouvelle idée de la politique d’Emmanuel Macron, elle est humaniste, pragmatique et bienveillante.

Communiqué de presse après le premier tour des législatives

                                                           Lyon, le 11 juin 2017

1-6231edd745Comme au niveau national, les électeurs m’ont placée en tête du premier tour des élections législatives. Je veux remercier toutes celles et ceux qui m’ont accordé leur confiance. Leur soutien m’honore.

Malgré une participation dans la 4ème nettement supérieure à la participation nationale, je ne m’en satisfais pas et mettrai toute mon énergie pour convaincre les abstentionnistes.

Avec mon suppléant, Nicolas de Barjac, nous avons mené une campagne de terrain résolument positive et à l’écoute de celles et ceux qui font notre circonscription.

Dans la semaine qui vient, nous allons poursuivre notre travail de conviction et d’explication de notre projet et de notre candidature de rassemblement et de renouvellement.

L’enjeu est désormais de nous rassembler pour donner au Président de la République, au Premier ministre et au Gouvernement une majorité large, forte et cohérente.

Le 7 mai dernier, le peuple français a choisi l’espoir.

Le 18 juin prochain, continuons à nous mobiliser et à nous rassembler pour agir et réussir.