Nouveau programme de renouvellement urbain : de l’ambition pour favoriser la mixité !

© droits réservés
© droits réservés

Le vendredi 17 mars dernier, Gérard Collomb, Président de la Métropole de Lyon accueillait Hélène Geoffroy, secrétaire d’État à la Ville, à la jeunesse et aux sports, et François Pupponi, Président de l’Agence Nationale pour le Renouvellement Urbain (ANRU), pour la signature du protocole de préfiguration du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) financé à hauteur de 6 milliards d’euros par l’État.

Ce programme, qui s’inscrit pleinement dans la politique métropolitaine de réhabilitation que nous portons collectivement depuis 2001, cible plus particulièrement 14 sites à rénover.

(suite…)

Mon intervention au sujet du Plan de Déplacements Urbain (PDU) 2017 lors du Conseil Métropolitain du 6 mars 2017

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Élus métropolitains,

Je souhaite rappeler, au nom de notre groupe Socialistes et républicains métropolitains, notre soutien aux objectifs renouvelés et prolongés dans le cadre de ce Plan de Déplacement Urbain.

© droits réservés
© droits réservés

Notre Métropole se développe, elle crée de nombreux emplois (+ 4 000 en moyenne par an) et se peuple chaque année d’avantage (+ 15 à 20 000 habitants chaque année). Si cette évolution positive illustre notre dynamisme et la qualité du travail que nous réalisons collectivement ici, elle augmente mécaniquement les flux de circulation qui traversent nos territoires.

 

Pour continuer notre travail d’amélioration des conditions de vie de tous, il est important que nous disposions d’outils de projection et de planification.

Car penser la mobilité, c’est à la fois répondre aux enjeux de santé publique, aux défis environnementaux d’aujourd’hui et de demain mais c’est également traiter des questions d’équité territoriale et de cohésion sociale de notre Métropole. C’est prévoir l’évolution démographique de notre territoire, en même temps que l’amélioration du cadre de vie de chaque grand lyonnais. La mobilité est aussi au cœur des problématiques économiques et de l’accès à l’emploi pour chacun. La mobilité, enfin, est centrale dans un pôle universitaire tel que le nôtre.

Notre PDU est un projet global au sein duquel les différents modes de transport ne s’opposent pas mais se complètent pour créer un système intégré de mobilité durable.

Ce Plan de Déplacement Urbain sur lequel nous devons rendre un avis propose une vision et une stratégie globales autour de trois grands enjeux :

  • D’abord, le besoin d’écarter de notre agglomération le trafic de transit qui ne lui est pas destiné, par la réalisation des infrastructures nécessaires au grand contournement et au déclassement des autoroutes A6-A7, accompagné de nouvelles lignes de transport en commun. Cela permettra également de résoudre un certain nombre de dysfonctionnements constatés, que ce soit sur la rocade est, au niveau du nœud de Manissieux à Saint Priest, de celui de Ternay en direction de Givors ou encore sur l’A46 sud.
  • Il s’agit ensuite d’améliorer la mobilité à l’intérieur de notre Métropole par la réalisation de l’Anneau des Sciences et de tous les accompagnements nécessaires à sa bonne insertion au sein des infrastructures existantes.
  • Enfin, le troisième grand enjeu est celui de la multi-modalité. Il nous faut développer un meilleur partage de l’espace public pour les différents modes de déplacement et ainsi faciliter l’accès de tous à notre agglomération. Ce partage doit permettre de répondre aux défis écologiques, mais aussi économiques auxquels nous devons faire face, tous en satisfaisant les besoins en mobilité de nos concitoyens.

Cela passe concrètement par le renforcement et l’agrandissement du réseau des TCL (Prolongement des Métro A et B, déploiement du Tramway T6) et la construction de parkings relais, par le développement de pistes cyclables, l’accompagnement de l’auto partage, le renforcement des capacités et de l’accessibilité de notre aéroport et l’amélioration de notre desserte ferroviaire avec à la fois à notre niveau le déverrouillage du nœud ferroviaire lyonnais et de la compétence de la Région l’amélioration de la desserte TER. Le développement du PEM Part Dieu en cours fait bien évidemment partie de ce schéma global.

Je veux souligner deux aspects à mon sens essentiels à la construction de la ville de demain. D’abord l’importance du développement des mobilités actives, qui répond tant à des enjeux environnementaux, que sociaux et de santé publique. À cet égard le plan d’action pour les mobilités actives adopté en mai dernier, et ce PDU qui ambitionne de les faire passer de 2 à 8% de nos déplacements et à 35% pour nos déplacements piétons, démontrent notre ambition en la matière.

Avec par ailleurs pas moins de 400 projets qui y sont relatifs dans la PPI, nous faisons du développement des modes actifs une exigence forte pour ce mandat.

C’est aussi et ce sera mon second point, l’importance de l’innovation pour atteindre nos objectifs, ambitieux puisqu’il s’agit d’atteindre pour 2030, 35 % de trajets effectués à pied, 8% effectués à vélo, trottinette, seagway et autres modes actifs, 35% en voiture (contre 44 aujourd’hui) et 22% en transports en communs (contre 19 aujourd’hui).

Notre Métropole concourt chaque jour à l’amélioration de notre quotidien et ce PDU est l’un des instruments-cadres permettant de poursuivre cette mission. Il fixe l’ambition de ne pas opposer les modes de transports entre eux mais bien de combiner transports de masse et services multimodaux, mobilité collective et mobilité individuelle, infrastructures de transports structurantes et locales : combiner tous les modes transports, pour développer la mobilité de tous les habitants, travailleurs, étudiants sur tous les territoires.

Notre groupe votera bien évidemment ce rapport.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

(suite…)

Mon intervention sur le déclassement de l’autoroute A6/A7 lors du Conseil de la Métropole du 30 janvier

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les élu(e)s,

La présentation de ce projet a été faite en commission générale de façon approfondie, après avoir été travaillé par trois fois avec les maires concernés lors du groupe de travail sur les grandes infrastructures, à la Métropole.

Je voudrais quant à moi insister sur deux points : l’opportunité historique à saisir pour éloigner le trafic de transit de notre agglomération et fluidifier les déplacements et l’effort d’investissement de la Métropole et du Sytral.

D’abord sur l’opportunité historique qui s’offre à nous à plusieurs titres.

L’autoroute A6-A7 qui traverse notre agglomération est une véritable balafre qui la défigure, un scandale urbanistique et écologique : l’une des autoroutes les plus fréquentées de France passe en plein cœur de sa 2ème plus grande agglomération. Son déclassement est historique et nous nous en réjouissons tous.

(suite…)

Mon intervention au Conseil de la Métropole du 30 janvier au sujet du Budget 2017

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Élus métropolitains,

Au nom du groupe Socialistes et républicains métropolitains, et pour compléter les propos des autres groupes, je veux à nouveau réaffirmer toute notre confiance à notre président et à l’exécutif, toute notre adhésion à la stratégie poursuivie ainsi que notre satisfaction quant à la situation économique et financière encore améliorée de notre Métropole.

© droits réservés
© droits réservés

Améliorée, il est vrai, à la fois grâce à une diminution moindre des dotations de l’État et à une prévision de hausse des recettes fiscales par la croissance physique des bases. Mais cette situation découle aussi du cadrage responsable et ambitieux que nous nous sommes fixés et qui fait l’objet d’un suivi rigoureux.

La contrainte n’est pas levée par une embellie ponctuelle. La nouvelle donne internationale et les défis auxquels notre pays doit faire face doivent nous inciter à la vigilance comme à la responsabilité collective. Notre action s’inscrit dans un contexte plus global et nos choix budgétaires doivent être pesés et expliqués à nos concitoyens.

La pédagogie est nécessaire tout comme la cohérence et le courage.

Notre groupe souhaite réaffirmer sa confiance au président, à l’exécutif et à nos équipes. Rappeler à quel point la maîtrise et le volontarisme dont nous avons fait preuve ces dernières années nous permettent de proposer un budget de qualité, avec un endettement maîtrisé, une dette assainie, un investissement maintenu. Les dépenses sociales, en hausse, sont assumées et la masse salariale contenue grâce à la réforme structurelle qu’a constitué la création de la Métropole.

Notre collectivité montre par ce budget prévisionnel sa bonne santé financière et économique. Elle montre aussi son ambition d’être au service de nos concitoyens. En intégrant le contexte actuel et les contraintes qui en découlent, elle permet d’inscrire son action dans la durée.

Notre action politique a pour seule finalité le progrès mais selon un mode d’action pragmatique. Notre pragmatisme consiste à partir du monde tel qu’il est pour aller, avec les moyens qui sont les nôtres, progressivement, vers le monde que nous voulons. C’est là notre responsabilité d’élus.

Notre groupe votera bien évidemment ce budget sans aucune réserve.

Lyon : une Métropole où il fait bon étudier

Je suis heureuse d’avoir reçu à l’occasion du salon de l’étudiant de Lyon, pour la Métropole de Lyon, un trophée remis par le Magazine l’Etudiant pour notre 4ème place des Métropoles où il fait bon étudier. Il est vrai que notre Ville et notre Métropole sont attractives. Nous accueillons en cette rentrée 150 000 étudiants, c’est 28 000 de plus qu’il y a 10 ans !

© droits réservés
© droits réservés

Si Lyon domine le classement de l’Etudiant sur les critères de l’attractivité et de l’emploi, elle est aussi reconnue pour la qualité de la vie étudiante grâce aux initiatives que nous avons développées localement depuis de nombreuses années, dont certaines ont d’ailleurs essaimé dans d’autres villes : le Students Welcome Desk pour l’accueil des étudiants étrangers, le Pass Culture, la Maison des étudiants, la Nuit des étudiants du monde…

(suite…)

Mon intervention au Conseil de la Métropole du 12 décembre au sujet du débat d’orientations budgétaires 2017

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Ce débat d’orientation budgétaire sera pour le groupe Socialistes et républicains métropolitains l’occasion d’affirmer une nouvelle fois toute sa confiance à notre président et à l’exécutif et toute notre adhésion à la stratégie poursuivie.

© droits réservés
© droits réservés

Oui nous approuvons les nécessaires efforts budgétaires pour préserver la bonne santé financière de notre Métropole, pour préserver sa capacité d’action au bénéfice de ses habitants, sa capacité d’autofinancement et ainsi sa politique volontariste d’investissements.

1/ Une situation économique et financière encore améliorée grâce à des facteurs externes mais aussi à une volonté d’économie de fonctionnement

Concernant l’année 2017, la présentation qui vient de nous être faite montre une situation économique et financière encore améliorée.

Améliorée, il est vrai, grâce à des facteurs exogènes tels qu’une diminution des dotations de l’État moindre que ce qui était initialement prévu, une prévision de hausse des recettes fiscales, notamment par la croissance physique des bases, ou encore les aides accordées par le fond de soutien à la sortie des emprunts toxiques.

Mais ces prévisions prennent aussi en compte les facteurs endogènes de cette amélioration, j’entends par là les efforts réalisés par notre collectivité dans le cadre du chantier dit « Marges de manœuvre ».

Ce chantier a pour objectif d’améliorer et d’évaluer nos processus, d’optimiser nos modes de gestion et de réétudier nos dépenses et recettes afin d’être plus économes en fonctionnement. En toute responsabilité, nous nous sommes ainsi fixés un cadrage ambitieux et il fait l’objet d’un suivi rigoureux.

(suite…)

Remise du Prix du jeune chercheur-se

© droits réservés
© droits réservés

Depuis plus de dix ans, la Ville de Lyon et la Métropole valorisent l’excellence et la recherche fondamentale et appliquée des laboratoires lyonnais en récompensant le travail de jeunes chercheurs. Chaque année pas moins d’une cinquantaine de jeunes chercheurs présentent leurs candidatures et 4 d’entre eux reçoivent un prix attribué par un jury d’universitaires. Chaque année c’est ainsi l’occasion de les mettre à l’honneur dans les salons de l’Hôtel de Ville.

Conçu et organisé en partenariat avec l’Université de Lyon, les prix distinguent quatre lauréats dont le talent, après la thèse, a été confirmé par des premiers travaux de recherche remarquables. L’objectif de ces prix est de mettre en lumière les meilleurs d’entre eux, ceux dont le potentiel s’est confirmé après la thèse, et qui sans doute contribueront dans l’avenir au rayonnement scientifique de notre Ville et de notre Métropole.

(suite…)

Le Remix de la Maison des étudiants

Les 12 et 13 octobre derniers, la Métropole de Lyon et la Ville de Lyon ont organisé un évènement collaboratif, Le Remix, pour repenser les usages et fonctions de la Maison des Étudiants de Lyon (MDE) située rue de Marseille, au cœur du campus des quais.

Regroupés en équipes, 40 participants ont travaillé durant 2 jours et imaginé de nouveaux services et aménagements pour ce lieu dédié aux étudiants. Des objectifs généraux étaient annoncés comme rendre concret le rapprochement des équipes Ville de Lyon / Métropole de Lyon autour de la vie étudiante ou ouvrir la MDE sur son environnement ou encore la relier à d’autres univers (entrepreneuriat, associations, etc.).

Le Remix c’est une nouvelle façon de concevoir les services et espaces  publics et d’associer les citoyens et usagers à leur conception. Il permet de laisser libre court à la créativité des participants et sortir des modes de faire habituels.

Déjà utilisé par la Métropole pour repenser la Gare Saint-Paul, ce remix a permis l’émergence de nouvelles idées voire de nouveaux concepts.

Travail en cours... © droits réservés
Travail en cours… © droits réservés

(suite…)

Retour sur l’opération 20 000 sourires pour l’Euro 2016

Trois mois après l’Euro, le bilan que nous pouvons dresser de l’événement est extrêmement positif pour notre agglomération et ses habitants. Non seulement les retombées économiques ont été importantes, mais notre agglomération a démontré sa capacité à accueillir de nombreux amoureux du sport venus de toute l’Europe, assurant à la fois leur sécurité, la qualité de cet accueil et l’ambiance festive de l’événement.

Contrairement à ce qu’ont tenté d’expliquer quelques esprits chagrins, cela concourt grandement à renforcer l’image et la renommée de notre Métropole, ainsi que sa propre cohésion.

Je souhaite attirer aujourd’hui l’attention sur le volet associatif de cet événement et plus particulièrement sur l’opération « 20 000 sourires pour l’Euro ». Cette opération initiée par la Fondation pour l’Enfance de l’UEFA a offert 400 places par match à des enfants en difficultés sociales ou médicales, soit 2.000 places au total sur 5 matchs joués au Parc de l’Olympique Lyonnais.

La Ville et la Métropole ont quant à elles financé le déplacement de ces jeunes spectateurs et mandaté le Secours Populaire comme organisateur de l’acheminement des enfants au stade. Une collaboration avec les HCL a également permis à des enfants malades d’assister à un match.

Le Secours Populaire a coordonné cette action avec plusieurs associations de la ville, celles qui prennent régulièrement en charge ces enfants sur leur temps extrascolaire : les MJC et les Centres Sociaux de Lyon, les clubs de foot de la Ville, l’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille (IDEF), et de nombreuses sections sportives de collèges situés en éducation prioritaire.

© droits réservés
© droits réservés

Alliant sport et solidarité, cette initiative a ainsi permis à 2000 enfants métropolitains de participer à cette grande fête oubliant, le temps de ces soirées, leur quotidien parfois douloureux.

Le sport a un rôle social important et permettre à tous d’accéder à ces événements est essentiel. Car le partage de moments forts et festifs est un ciment puissant pour la cohésion sociale de notre agglomération, cohésion que nous continuons à construire énergiquement.

Tous unis tous solidaires : démystifier et faciliter l’engagement associatif !

Je souhaite vous parler d’une initiative innovante et qui m’intéresse particulièrement en tant qu’élue de notre agglomération, mais aussi en tant que simple citoyenne.

tuts_logo_couleur_72-300x95Il s’agit de l’opération « Tous unis tous solidaires » 2016, lancée le 22 septembre dernier lors d’une table ronde chez l’association Les Petits Frères des Pauvres dans le 8e arrondissement de Lyon.

Ce projet a été créé en 2015 par un collectif d’associations. Il souhaitait permettre aux citoyens de faire un premier pas vers l’engagement associatif en leur proposant une expérience concrète dans l’association de leur choix.

tuts-captL’opération, qui se déroule cette année durant tout le mois d’octobre, concerne à la fois les associations de la Métropole et ses citoyens. Elle propose, par le biais d’un site internet, aux associations du territoire de publier des offres de missions correspondant à leurs besoins en bénévoles et aux citoyens de les consulter et de s’y inscrire en ligne.

Le fonctionnement est extrêmement simple, que l’on soit une association ou un citoyen, et permet à chacun de s’orienter facilement, de trouver réponse à ses questions.

Tous unis tous solidaires fait partie de ces initiatives à soutenir et valoriser. Grâce à un site internet d’information et de mise en lien des associations et des citoyens a priori intéressés par l’engagement associatif, elle apporte en effet une solution à deux difficultés majeures de ce secteur.

(suite…)