Remise du Prix du jeune chercheur-se

© droits réservés
© droits réservés

Depuis plus de dix ans, la Ville de Lyon et la Métropole valorisent l’excellence et la recherche fondamentale et appliquée des laboratoires lyonnais en récompensant le travail de jeunes chercheurs. Chaque année pas moins d’une cinquantaine de jeunes chercheurs présentent leurs candidatures et 4 d’entre eux reçoivent un prix attribué par un jury d’universitaires. Chaque année c’est ainsi l’occasion de les mettre à l’honneur dans les salons de l’Hôtel de Ville.

Conçu et organisé en partenariat avec l’Université de Lyon, les prix distinguent quatre lauréats dont le talent, après la thèse, a été confirmé par des premiers travaux de recherche remarquables. L’objectif de ces prix est de mettre en lumière les meilleurs d’entre eux, ceux dont le potentiel s’est confirmé après la thèse, et qui sans doute contribueront dans l’avenir au rayonnement scientifique de notre Ville et de notre Métropole.

(suite…)

Le Remix de la Maison des étudiants

Les 12 et 13 octobre derniers, la Métropole de Lyon et la Ville de Lyon ont organisé un évènement collaboratif, Le Remix, pour repenser les usages et fonctions de la Maison des Étudiants de Lyon (MDE) située rue de Marseille, au cœur du campus des quais.

Regroupés en équipes, 40 participants ont travaillé durant 2 jours et imaginé de nouveaux services et aménagements pour ce lieu dédié aux étudiants. Des objectifs généraux étaient annoncés comme rendre concret le rapprochement des équipes Ville de Lyon / Métropole de Lyon autour de la vie étudiante ou ouvrir la MDE sur son environnement ou encore la relier à d’autres univers (entrepreneuriat, associations, etc.).

Le Remix c’est une nouvelle façon de concevoir les services et espaces  publics et d’associer les citoyens et usagers à leur conception. Il permet de laisser libre court à la créativité des participants et sortir des modes de faire habituels.

Déjà utilisé par la Métropole pour repenser la Gare Saint-Paul, ce remix a permis l’émergence de nouvelles idées voire de nouveaux concepts.

Travail en cours... © droits réservés
Travail en cours… © droits réservés

(suite…)

Retour sur l’opération 20 000 sourires pour l’Euro 2016

Trois mois après l’Euro, le bilan que nous pouvons dresser de l’événement est extrêmement positif pour notre agglomération et ses habitants. Non seulement les retombées économiques ont été importantes, mais notre agglomération a démontré sa capacité à accueillir de nombreux amoureux du sport venus de toute l’Europe, assurant à la fois leur sécurité, la qualité de cet accueil et l’ambiance festive de l’événement.

Contrairement à ce qu’ont tenté d’expliquer quelques esprits chagrins, cela concourt grandement à renforcer l’image et la renommée de notre Métropole, ainsi que sa propre cohésion.

Je souhaite attirer aujourd’hui l’attention sur le volet associatif de cet événement et plus particulièrement sur l’opération « 20 000 sourires pour l’Euro ». Cette opération initiée par la Fondation pour l’Enfance de l’UEFA a offert 400 places par match à des enfants en difficultés sociales ou médicales, soit 2.000 places au total sur 5 matchs joués au Parc de l’Olympique Lyonnais.

La Ville et la Métropole ont quant à elles financé le déplacement de ces jeunes spectateurs et mandaté le Secours Populaire comme organisateur de l’acheminement des enfants au stade. Une collaboration avec les HCL a également permis à des enfants malades d’assister à un match.

Le Secours Populaire a coordonné cette action avec plusieurs associations de la ville, celles qui prennent régulièrement en charge ces enfants sur leur temps extrascolaire : les MJC et les Centres Sociaux de Lyon, les clubs de foot de la Ville, l’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille (IDEF), et de nombreuses sections sportives de collèges situés en éducation prioritaire.

© droits réservés
© droits réservés

Alliant sport et solidarité, cette initiative a ainsi permis à 2000 enfants métropolitains de participer à cette grande fête oubliant, le temps de ces soirées, leur quotidien parfois douloureux.

Le sport a un rôle social important et permettre à tous d’accéder à ces événements est essentiel. Car le partage de moments forts et festifs est un ciment puissant pour la cohésion sociale de notre agglomération, cohésion que nous continuons à construire énergiquement.

Tous unis tous solidaires : démystifier et faciliter l’engagement associatif !

Je souhaite vous parler d’une initiative innovante et qui m’intéresse particulièrement en tant qu’élue de notre agglomération, mais aussi en tant que simple citoyenne.

tuts_logo_couleur_72-300x95Il s’agit de l’opération « Tous unis tous solidaires » 2016, lancée le 22 septembre dernier lors d’une table ronde chez l’association Les Petits Frères des Pauvres dans le 8e arrondissement de Lyon.

Ce projet a été créé en 2015 par un collectif d’associations. Il souhaitait permettre aux citoyens de faire un premier pas vers l’engagement associatif en leur proposant une expérience concrète dans l’association de leur choix.

tuts-captL’opération, qui se déroule cette année durant tout le mois d’octobre, concerne à la fois les associations de la Métropole et ses citoyens. Elle propose, par le biais d’un site internet, aux associations du territoire de publier des offres de missions correspondant à leurs besoins en bénévoles et aux citoyens de les consulter et de s’y inscrire en ligne.

Le fonctionnement est extrêmement simple, que l’on soit une association ou un citoyen, et permet à chacun de s’orienter facilement, de trouver réponse à ses questions.

Tous unis tous solidaires fait partie de ces initiatives à soutenir et valoriser. Grâce à un site internet d’information et de mise en lien des associations et des citoyens a priori intéressés par l’engagement associatif, elle apporte en effet une solution à deux difficultés majeures de ce secteur.

(suite…)

Intervention d’Anne Brugnera Programme de développement économique Conseil métropolitain du lundi 19 septembre 2016

La Métropole de Lyon a présenté son Programme de développement économique 2016-2021 à l’occasion du Conseil de la Métropole du 19 septembre 2016. Ce document cadre fixe les priorités stratégiques et décline une série d’actions qui seront mises en oeuvre entre 2016 et 2021 par la nouvelle collectivité avec l’ensemble de ses partenaires. Il est le fruit d’un dialogue partagé construit sur la base d’un diagnostic approfondi. Découvrez les 4 objectifs stratégiques qui structurent le programme économique de la Métropole de Lyon : Lyon Métropole fabricante, Lyon Métropole apprenante, Lyon Métropole attirante, Lyon Métropole entrainante.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les élu(e)s,

Ce programme de développement économique de la Métropole de Lyon est à la fois un aboutissement et un nouveau départ.

L’aboutissement d’un travail de co-construction d’ambitions mais aussi d’objectifs très concrets partagés entre notre institution et ses nombreux partenaires économiques. Mais surtout le début d’une nouvelle ère de développement.

Je ne reviendrai pas sur le contenu fort riche et extrêmement pertinent de ce programme déjà longuement exposé mais je souhaite, au nom du groupe des socialistes et républicains métropolitains, insister sur 3 points :

  • Ce programme a été conçu dans la lignée d’une dynamique de progrès et il est basé sur une analyse des résultats passés. Il s’inscrit donc dans l’histoire du développement économique de notre Métropole.
  • Ce programme ambitieux prévoit d’amplifier cette dynamique grâce un travail partenarial pour initier et accompagner de nouvelles formes d’économies, de nouvelles filières.
  • Enfin ce programme vise un développement économique au service de tous les habitants de la Métropole, pour un progrès social de chacun.

Je tiens à rappeler que la réalisation de ce programme est une obligation légale, issue de la loi MAPTAM. Et que, fidèlement à nos habitudes, nous avons fait de cette obligation une opportunité pour aller toujours plus loin.

(suite…)

Mon intervention au Conseil de la Métropole pour soutenir le déclassement des autoroutes A6/A7

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les élus, Chers collègues,

Lyon, notre ville, notre agglomération, est célèbre pour son positionnement géographique entre Nord et Sud de l’Europe. Cet atout historique en a rapidement fait un carrefour de communications majeur et donc un carrefour routier important pour notre pays, pour l’Europe.

Notre agglomération est au centre d’une étoile autoroutière, à la croisée des axes reliant Paris, la Méditerranée et l’Italie d’une part, l’Allemagne à l’Espagne d’autre part, mais desservant aussi les Alpes et le Massif Central comme les nombreuses cités régionales. Ce ne sont pas moins de 8 autoroutes qui la desservent, dont une qui la traverse du nord au sud : l’autoroute A6-A7.

Si cette situation est un facteur de développement économique, de rayonnement, de tourisme, elle apporte aussi d’importants désagréments : un trafic routier important, congestionné à chaque période de vacances d’été ou d’hiver, des bouchons de Dardilly jusqu’à Perrache tous les jours, des échangeurs saturés, un tunnel routier sur-fréquenté, symbole des chassés croisés de l’été, des nuisances visuelles et sonores pour les riverains, et surtout une pollution importante, trop importante pour notre agglomération.

Mes chers collègues, l’autoroute A6-A7 qui traverse notre agglomération est une balafre qui la défigure, qui constitue un véritable scandale urbanistique et écologique : l’une des autoroutes les plus fréquentées de France qui passe en plein cœur de sa 2ème plus grande agglomération !

Aujourd’hui, après plusieurs mois d’échanges et suite à l’accord du Secrétaire d’État aux transports, nous avons la possibilité de déclasser cette autoroute. C’est là une opportunité historique, qu’il nous faut saisir pour mettre fin à cette aberration dont nous subissons les méfaits depuis 45 ans ; depuis le 8 décembre 1971 exactement, date de l’ouverture du tunnel sous Fourvière.

(suite…)

Mon intervention au Conseil de la Métropole sur la désensibilisation de la dette toxique

Monsieur le Président de la Métropole,
Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues,

Peut-être s’agit-il de l’ultime fois où nous débattrons des emprunts toxiques de notre collectivité. Peut-être certains voudront quand même en parler lors du Conseil de juin.

Car oui, grâce à cette transaction, que certains d’entre vous décrient, nous sommes sortis de l’ornière que constituaient, pour notre action, ces emprunts toxiques.

Oui nous sommes sortis de cette difficulté inédite causée par des emprunts massifs devenus incontrôlables.

Alors il est toujours possible de critiquer le coût de cette sortie, de se plaindre avec des mots forts comme renoncement, comme rançon, comme capitulation. Plus c’est fort, plus ça semble faire plaisir. Mais ce n’est pas l’indignation qui a permis de se sortir de ces emprunts, c’est l’action.

Nous, élus socialistes et républicains métropolitains, préférons nous tourner vers le futur plutôt que sur le passé :

  • Aujourd’hui, grâce à cette transaction, nous avons une dette restructurée, sécurisée à 100%, avec un taux d’endettement moyen de près de 2% et des frais financiers annuels maîtrisés.
  • Aujourd’hui nous ne somme plus tributaires des banques, ni du cours du Franc suisse.
  • Aujourd’hui nous sommes maîtres de notre destin. La gestion de notre institution est redevenue de notre pleine et entière responsabilité.

(suite…)

2ème tranche de la requalification de la rue Garibaldi : c’est parti !

Requalification de la rue Garibaldi
2ème tronçon de la rue Bouchut à la rue d’Arménie
Conseil métropolitain du 30 Mai 2016

Monsieur le Président de la Métropole,

Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues,

Du haut de la tour Incity, on observe idéalement la rue Garibaldi, dont la requalification a débuté au mandat dernier et entre aujourd’hui dans sa 2ème phase.

Invitation_GARIBALDIEn regardant vers le sud, on distingue parfaitement une partie du tronçon d’ores et déjà réaménagé, entre les rues Servient et Bouchut, et celui qui va l’être entre les rues Bouchut et d’Arménie.

La rue Garibaldi est un axe majeur de communication de Lyon. Longue de 3,8km, elle relie le Parc de la Tête d’Or dans le 6ème à l’avenue Berthelot dans le 7ème en traversant, dans un axe Nord-Sud, le 3ème arrondissement et plus particulièrement le quartier de la Part Dieu, et en desservant les halles de Lyon, les tours Incity et le crayon, les places de l’Europe, Charles de Gaulle, des martyrs de la résistance et le Parc Sergent Blandan.

Véritable autoroute urbaine, elle n’était utilisée que par les voitures dont la vitesse était accélérée grâce à la suppression de carrefours par des trémies souterraines ou des rues en cul-de-sac.

Cet usage ne correspondait plus aux besoins des lyonnais et surtout des usagers, travailleurs et habitants, du quartier. La volonté de passer d’une circulation autoroutière à une circulation apaisée, d’un usage unique à des usages multiples et diversifiés de l’espace public et de végétaliser cette artère a conduit la Métropole de Lyon à lancer cette vaste opération de requalification de la rue en 3 phases. (suite…)

Le phénomène de métropolisation ou l’ouverture de nouveaux champs d’action politique

J’ai récemment entendu un exposé de Philippe Estèbe, docteur en sciences politiques et en géographie, directeur d’études à Acadie depuis 1995 et enseignant à Sciences Po, sur le phénomène de métropolisation.

Ce phénomène de création et d’émergence de métropoles est relativement récent en France et a été officialisé en quelque sorte par la loi MAPTAM du 27 janvier 2014. La France rattrape ainsi petit à petit les autres pays européens où les métropoles existent depuis plusieurs décennies.

Ce processus de métropolisation ne fait que débuter et il doit s’envisager sur la durée, notamment en ce qu’il change nos façons d’agir en termes de politiques publiques. En tant qu’élue municipale et élue métropolitaine depuis peu, c’est un sujet qui me passionne car il nécessite de la part des élus locaux de s’adapter pour encore mieux servir nos concitoyens.

Ainsi la création de la Métropole de Lyon, Métropole pionnière de France puisqu’étant la seule dotée de compétences aussi larges, change la façon de conduire ces politiques dans cette nouvelle institution territoriale.

C’est à ces sujets que P. Estèbe propose plusieurs pistes :

  • Il nous faudra tout d’abord gérer les tensions entre le dedans de la Métropole (la gestion « classique » d’une agglomération et de ses relations avec les communes qui la composent) et le dehors de la Métropole (la question des relations avec les territoires voisins et notamment ceux du Pôle Métropolitain).

  • Ensuite il faudra passer de la gestion des stocks (stocks d’emplois, stocks de logements …) à la gestion des flux (flux de marchandises, flux d’emplois, flux d’habitants…).

La Métropole ne doit pas simplement fournir des services (des logements, des emplois, des moyens de transport…) aux habitants, elle doit leur permettre de construire leurs propres parcours.

Elle doit se développer pour permettre à chacun de construire sa réussite scolaire (parcours d’éducation). Elle doit aussi rendre possible des parcours résidentiels adaptés et des parcours dans l’emploi pour progresser.

Cette notion de flux est à la fois nouvelle et essentielle. Les habitants de la Métropole ont des besoins qui évoluent au fil de leur vie et il faut que la Métropole leur permette de suivre cette évolution. (suite…)

Mon intervention au conseil de la Métropole sur le « Programme des bénévoles pour l’UEFA »

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Président de la Métropole,

Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues,

Je commencerais cette intervention par redire tout l’intérêt pour la Métropole de Lyon d’accueillir, au Stade des Lumières de Décines, 6 matchs de l’UEFA EURO 2016, dont un match de 8ème et un match de ½ finale.

Ce championnat d’Europe de football masculin est bien plus qu’un tournoi européen. Il s’agit d’un événement mondial, le 3ème en termes de couverture médiatique.

Dans ce cadre, plus de 2,5 millions de spectateurs sont attendus dans les stades, dont 1,5 million d’étrangers, et 5 à 7 millions de visiteurs dans les Fans zones des 10 villes hôtes.

C’est donc peu de dire que notre Métropole va accueillir à cette occasion de nombreux visiteurs dont certains y venant probablement pour la première fois.

Pour notre Métropole, il est essentiel de leur offrir un accueil à la hauteur de la renommée de notre agglomération.

L’UEFA met en place un programme national de volontaires dans les stades afin de contribuer à la qualité de l’organisation des matchs. (suite…)