Conférence de presse du Premier Ministre et du Ministre de la santé

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a présenté samedi 28 mars avec le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, un point complet sur la situation du pays face à l’épidémie de Covid 19. Y ont également participé le Professeur Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé, le Professeur Arnaud Fontanet de l’Institut Pasteur, et la professeure Karine Lacombe de l’APHP.

Voici l’essentiel de leur présentation >> Présentation_Point_de_situation_sur_le_Covid_19_28_03_2020

Déclaration du Premier ministre

Il s’agit d’une crise sanitaire sans précédent depuis un siècle.

Près de la moitié de l’humanité est confinée.

Le combat ne fait que commencer.

« Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les 15 derniers jours. »

Pr Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine

Le virus est dangereux :

– Il est très contagieux : une personne infectée peut en contaminer entre 2/3 autres.

– Environ 15% des personnes asymptomatiques entrainent des complications.

– Le virus frappe les personnes âgées et les plus fragiles.

– Mais il n’épargne pas les plus jeunes.

Les passages en réanimation ne sont pas proposés aux personnes très âgées car lorsque l’on est âgé, il y a un risque très important de ne pas sortir de réanimation.

Il y a donc beaucoup de choses que l’on ne sait pas : « Le virus est-il présent dans l’environnement ? Est-ce qu’il persiste longtemps dans l’air, dans les surfaces inertes ? On ne sait pas. On sait que l’on peut trouver du virus, mais on ne sait pas si ce virus est infectant » a précisé la professeure.

Professeur Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé

Le dispositif national de surveillance de l’épidémie est basé sur 3 sources :

1️. Le nombre de cas de tests positifs

2️. Le suivi hospitalier quotidien des formes sévères de la maladie (plus de 600 hôpitaux signalent tous les jours les nouvelles admissions)

3️. Le recours aux soins en ville (surveillance syndromique de la population)

Concernantla surveillance de la mortalité, elle est assurée grâce :

– à la mortalité recensée dans les hôpitaux

– à la surveillance de la mortalité dans les EHPAD (les chiffres seront disponibles la semaine prochaine)

– à la surmortalité enregistrée par l’INSEE, par rapport à la mortalité habituelle.

Un tableau de bord est disponible sur le site du Gouvernement.

Ici >> https://dashboard.covid19.data.gouv.fr/

200331_TEXTE_COVID7

Premier ministre sur la stratégie générale

81 à 85% des cas sont bénins. 15% peuvent êtres des cas sévères.

En France, nous comptions 5.000 lits en réanimation avant l’épidémie.

Nous avons 2 objectifs :

1/ Augmenter notre capacité d’accueil dans les services de réanimation

2/ Aplanir la courbe des hospitalisations : faire en sorte qu’il y ait moins de cas sévères.

« Cette stratégie est parfaitement justifiée au niveau national, mais doit être mise en œuvre au niveau régional. »

200331_TEXTE_COVID7

Pr Arnaud Fontanet, Directeur du Département Santé Global à l’institut Pasteur

Pour limiter le nombre de patients en réanimation, la stratégie de confinement a été mise en place. Il convient également d’appliquer les mesures barrières : se laver les mains, utiliser un mouchoir à usage unique… et les mesures de distanciation sociale (télétravail, fermeture des écoles…). Cette association des mesures barrières et des mesures de distanciation sociale va diminuer nos contacts et donc la contamination.

En moyenne, sans ces mesures, chaque malade va infecter 3 personnes. L’objectif est de limiter les contacts, pour limiter ce nombre de personnes infectées. Pour estimer l’impact des mesures de confinement, il va falloir attendre un peu. Les premiers impacts seront connus en fin de semaine prochaine.

Premier ministre

« Au moment où nous avons pris les mesures de confinement, il y avait moins de 8.000 cas sur le territoire national et moins de 200 morts de la maladie. Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur les mesures de confinement ».

Le confinement sera prolongé au moins jusqu’au 15 avril. Nous ferons un nouveau bilan la semaine prochaine.

Déclaration du Ministre de la Santé et des Solidarités

Sur la préparation des hôpitaux avant l’apparition de l’épidémie :

– le Plan Blanc a été activé partout,

– il y a au moins un hôpital COVID par département,

– mobilisation de tous les hôpitaux publics et privés

– passage de 5.000 à 10.000 lits en réanimation, nous souhaitons atteindre un objectif de 14.000 à 14.500 lits.

Nous avons plusieurs enjeux :

1️. Humain : laréserve sanitaire s’enrichit chaque jour de 1.000 soignants supplémentaires. 40.000 réservistes aujourd’hui (vs 22.000 début mars)

2️. Matériel : il faut assurer l’approvisionnement en médicaments face à une augmentation massive de la consommation des produits liés à la réanimation, jusqu’à +2.000% pour certains produits. Un plan d’action national a été déclenché pour faire face à l’urgence :

a/ renforcement des approvisionnements avec les industriels

b/ allocation des produits entre les régions

c/ identification des alternatives

d/ optimisation des pratiques

Nous optimisons les moyens nationaux en :

1/ Augmentant les capacités de réanimation

2/ Augmentant les équipements et renforts humains

3/ Transférant les malades.

Concernant la protection des soignants et la question des masques : le stock national est de 117.000 millions de masques chirurgicaux. En période d’épidémie, ce n’est pas assez.

Face à l’augmentation massive des besoins pour les professionnels de santé (consommation hebdomadaire = 40 millions), ont été mis en œuvre :

– des réquisitions

– une hausse de la production (x3) grâce à nos producteurs nationaux (production nationale mensuelle = 40 millions)

– une recherche d’augmentation encore de ces capacités de production nationale

– un achat de plus d’un milliard de masques à l’étranger

200331_TEXTE_COVID7

Concernant les tests et traitements :

Notre stratégie en matière de tests a évolué : au début, tous les cas suspects étaient testés via des tests PCR.

Tests PCR : en mars, 5.000/jour, fin avril nous serons à 50.000/jour

Il existe des tests rapides avec un rendu de résultats en quelques minutes (30 min maximum). La France a passé une commande pour 5 millions.

30.000/jours en avril, 60.000/jour en mai puis 100.000/jour

Traitement: aucun traitement spécifique n’a fait ses preuves formellement.

13 études cliniques en cours et 16 sont à venir. 7 traitements sont étudiés.

Soutien massif de la France à la recherche : 5 milliards d’euros sur 10 ans

« S’il s’avérait qu’un traitement était efficace, nous mettrions tout en œuvre pour le fournir à tous les Français » a rappelé le ministre de la Santé.

Premier ministre sur lesemplois et revenus des Français

Pas de rupture des droits des plus fragiles :

– Prolongation des allocations chômage pour les personnes qui ont épuisé leurs droits à compter du 12 mars 2020

– Éligibilité aux droits sociaux prolongée sans réexamen de situation (AAH, RSA, PCH…)

– Rémunération des travailleurs en situation de handicap maintenue en cas de réduction de l’activité ou de fermeture de l’établissement

– Trêve hivernale prolongée de 2 mois, jusqu’au 31 mars.

Renforcer les droits des personnes en arrêts maladie :

– Suppression du délai de carence pour les salariés du privé comme pour les fonctionnaires

– Élargissement du champ des bénéficiaires du complément aux indemnités journalières versé par l’employeur

Mesures en faveur de l’économie

1️. Report du paiement d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts directs) représentant jusqu’à 32,5 Md€

2️. Un dispositif de chômage partial simplifié et renforcé

3️. Un fonds de solidarité de 1,2Md€ financé par l’État, les Régions et les assureurs ; versement début avril, au titre du mois de mars, une aide allant jusqu’à 1.500 euros pour les TPE, les indépendant, les professions libérales et les micro-entrepreneurs les plus touchés par la crise

4️. Une garantie de l’État à hauteur de 300 mds d’€ sur les lignes de trésorerie bancaires octroyées aux entreprises

5️. Possibilité de report des loyers, des factures d’eau, de gaz et d’électricité pour les TPE en difficulté.

Édouard Philippe : « Nous sommes installés dans un combat qui va durer.Nous devons tous l’intégrer, comprendre que nous devons nous installer dans un combat qui va durer.En respectant les consignes de confinement, les gestes barrières, nous le gagnerons. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *