Conseil du 6e arrondissement du 14 septembre 2021 – Intervention sur l’apaisement des abords des écoles

photo_2021-09-17_17-35-02

Monsieur le maire du 6e arrondissement,

Mes chers collègues,

Cette délibération porte sur l’attribution d’un fonds de concours à la Métropole de Lyon dans le cadre de l’accompagnement à l’apaisement des écoles.

La piétonisation aux abords des écoles est une des actions les plus emblématiques et les plus médiatisées de ce début de mandat.

Sur le fond, il n’y a rien à dire. La sécurité de nos enfants est évidemment un objectif fondamental et l’aménagement des abords des écoles est un levier important pour y parvenir.

En revanche sur la mise en œuvre, le bilan est plus nuancé. Certaines rues ont été fermées de façon permanente, d’autres ne le sont qu’aux heures d’entrée et de sortie d’école, sans que l’on ne comprenne vraiment ce qui a présidé à ce choix.

En ce qui concerne la concertation, elle a été largement inexistante. Plusieurs directeurs d’école ont même découvert la piétonisation à l’occasion des travaux de pose des barrières, sans en avoir été informé au préalable !

Concernant les aménagements, ils sont de natures très variables. Souvent il s’agit d’un simple barriérage avec des blocs de bétons. Outre l’esthétique très discutable de ce genre d’aménagement (dont on ne sait s’il est temporaire ou pas), il ne permet souvent pas d’atteindre l’objectif visé. La piétonisation est parfois mise en œuvre sur une rue qui n’est pas celle sur laquelle donne la sortie d’école.

De plus, les haies et barrières en bois destinées auparavant à protéger les enfants de la route – car la sécurité des abords des écoles a fait l’objet de travaux de voirie importants sous les mandats précédents avec mise en place de panneaux école, de ralentisseurs, d’une signature végétale bordant l’école et protégeant de la rue – ces équipements donc sont toujours là et ils empêchent parents et enfants d’accéder et donc d’utiliser l’espace de la rue libérée des voitures. Il convient donc de repenser tout l’espace, de détruire les aménagements antérieurs pour faire autre chose. Aujourd’hui ce n’est pas le cas dans notre arrondissement.

Certaines rues ont cependant fait l’objet d’un réaménagement plus global, avec plus de succès. Cela démontre que piétonniser ce n’est pas seulement enlever les voitures, détourner les voitures, cela nécessite de repenser  complètement l’espace public.

Cela nécessite aussi de suivre les opérations dans le temps. Comme de veiller à l’état des barrières facilement et fréquemment vandalisées, quand elles ne sont pas contournées par des scooters ou mêmes des voitures. Plus étonnant je connais le cas d’une école de ma circonscription, dont les abords ont été sécurisés dès la rentrée 2020, mais où la barrière sensée fermer la rue aux heures d’entrée et de sortie d’école est restée ouverte le jour de la rentrée 2021 et durant toute la semaine qui a suivi, posant un vrai problème de sécurité. 

L’impression que tout cela donne est celle d’une opération menée à la va-vite et à l’économie, dans un objectif de communication et de politique du chiffre, mais sans vision d’ensemble, sans prise en compte des demandes/besoins des principaux intéressés et des riverains et sans les moyens nécessaires.

Je voterai cette délibération car je partage l’objectif d’apaisement des écoles, mais j’espère que la méthode va évoluer vers plus de concertation et plus de qualité pour les prochains établissements concernés.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *