Conseil du 6e arrondissement du 18 janvier 2022 – Intervention sur la modification n°3 du Plan local d’urbanisme et de l’Habitat (PLU-H)

Monsieur le Maire du 6ème arrondissement, Mes chers collègues,

Cette délibération porte sur l’avis de la Ville de Lyon sur la modification N°3 du Plan local de l’Urbanisme et de l’Habitat de la Métropole de Lyon. C’est l’occasion de dire quelques mots sur cette modification.

Je souhaite tout d’abord rappeler que le PLU-H est un document de planification urbaine qui donne un cadre à nos grandes orientations en matière de développement à l’échelle de notre arrondissement, de notre ville, de notre métropole. Il s’inscrit dans une histoire longue et partagée de nos enjeux d’urbanisme à l’échelle intercommunale. Il faut le souligner, car cette capacité à faire ensemble est connue comme la force de la Métropole de Lyon. Elle a souvent été mise en avant à l’échelle nationale. Or c’est ce faire ensemble, ce fameux modèle lyonnais, qui est aujourd’hui abimé par un exécutif écologiste vertical et qui refuse le dialogue, au point d’élire un Conseil d’administration du Sytral sans opposition.

Le PLU-H est un document qui nous engage sur une période longue, bien au-delà de la durée de nos mandats et pour cela aussi il doit être le reflet d’une vision partagée et collective.

Or, depuis l’élection de ces exécutifs, nous n’arrivons pas à percevoir leur vision du territoire et ni comment ils comptent nous y associer. Leur vision, nous ne la découvrons que par bribes et il est difficile d’en tirer une ligne claire. Cette absence de visibilité inquiète les élus comme les habitants.

Alors que nous apprend cette modification du PLU-H ? Trois choses principalement, dont des injonctions paradoxales et des intentions risquées.

Premièrement, on semble y lire la volonté de certains élus de la majorité d’une politique de développement de l’offre de logement social très volontariste. Le risque est celui d’exigences tellement importantes qu’elles rendraient l’équilibre financier des opérations inatteignable. Augmenter la part de logements sociaux dans les programmes neufs jusqu’à 50% aura deux conséquences : soit empêcher d’atteindre l’équilibre des opérations, soit rendre la compensation financière portée par les accédants à la propriété tellement forte que les prix des logements ne seront accessibles qu’aux plus aisés. Cela contribuera à exclure de notre ville une classe moyenne qui n’aura plus les moyens de se loger dans le parc privé et n’aura pas accès au logement social.

Notre exécutif métropolitain précédent soutenait une production de logements forte avec une grande diversité de logements afin de répondre au plus grand nombre. Je doute que nous puissions atteindre les 6000 logements sociaux promis en année pleine, les réaliser sera très complexe. Ne vaut-il pas mieux construire 30 pour cent que promettre 50 pour cent ?

Deuxièmement, il semblerait que d’autres élus soutiennent une voie différente, une voie plutôt décroissante, ce qui semble contradictoire. Un chiffre montre bien cela. On lit ainsi dans cette modification n°3 que 643 ha perdront leur vocation constructible tant pour les zones urbaines qu’économiques. Cela peut sembler peu à l’échelle de la métropole mais cela représente quasiment la surface du 3ème arrondissement ou encore 1,7 fois la surface de notre arrondissement. Une Métropole sans capacité de développement, c’est une Métropole à l’arrêt, voire sur le déclin !

3ème inquiétude : l’ampleur de cette modification du PLUH. Elle ressemble de fait à une révision générale déguisée puisqu’elle comporte plus de 1000 points revus dont 60 points du règlement. Pourquoi dès lors ne pas avoir assumé une vraie révision du document ? Pourquoi ne pas avoir eu le courage d’un véritable débat sur les orientations du projet d’aménagement et de développement durable ? Cela aurait été pour l’exécutif métropolitain l’occasion de développer et d’illustrer sa vision de la Métropole à long terme et pour les oppositions de discuter ce projet.

Ainsi donc, à la lecture de ce document, je conclus que la majorité écologique va à l’encontre de toutes ses promesses :
– Vouloir plus de logements sociaux tout en diminuant les capacités de construction de logements, c’est mettre en péril la construction de logements abordables.

– moins de construction de logements, c’est créer de la rareté et donc renchérir les prix alors qu’elle dit publiquement vouloir limiter les loyers ; – moins de construction de logements, c’est freiner la jeunesse dans son émancipation car c’est elle qui a le plus besoin de décohabiter, et je ne parle pas des logements étudiants qui ne semblent pas non plus être une priorité ;

– moins de construction de logements abordables en métropole, c’est rejeter des foyers dans le périurbain et la ruralité et donc augmenter

l’artificialisation des sols dans les espaces périphériques, certes lointains, mais l’écologie est un enjeu global ;
– moins de constructions vouées à l’économie, c’est aller à l’encontre du besoin de centralité pour limiter les déplacements et donc générer de nouveaux déplacements.

Bref ce PLU-H va à l’encontre des enjeux écologiques globaux de limitation des déplacements et de non-artificialisation des sols que prétend poursuivre l’exécutif métropolitain.

Aussi, pour toutes ces raisons, j’aurais pu voter contre ce PLU-H, mais ne souhaitant pas rajouter des difficultés alors que la situation de la construction est déjà bien bloquée, je m’abstiendrai sur cette délibération.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *