De nombreuses actions menées durant les six premiers mois de la XVème législature

Il y a quelques jours, le 27 décembre exactement, cela a fait 6 mois depuis la première séance publique à laquelle j’ai participé à l’Assemblée nationale. Déjà 6 mois et de nombreux faits marquants et, sans faire un bilan exhaustif, je souhaite revenir sur quelques avancées importantes pour notre pays.

© droits réservés 7 novembre 2017 : séance de questions au Gouvernement
© droits réservés 7 novembre 2017 : séance de questions au Gouvernement

Mon premier vote à l’Assemblée nationale a été celui de la loi de prorogation de l’état d’urgence. La sécurité est une priorité de notre majorité et nous y avons travaillé dès le début de cette législature. Tout d’abord avec la prorogation et la préparation de la sortie de l’état d’urgence puis avec la loi renforçant la Sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. Cette loi a permis une sortie maîtrisée de l’état d’urgence au 1er novembre, tout en renforçant notre arsenal juridique pour lutter efficacement contre le terrorisme dans le cadre du droit commun. Et nous avons aussi renforcé notre effort de défense avec une augmentation inédite du budget des Armées sur tout le quinquennat. Les premières expérimentations de la police de sécurité du quotidien seront lancées dès le 1er janvier 2018 pour répondre aux attentes et besoins de nos concitoyens dans les quartiers populaires.

Nous avons également mis en œuvre le projet de transformation de notre pays, engagement du Président de la République, dans de nombreux domaines.

Le travail

Il est maintenant mieux rémunéré puisque nous avons amélioré le pouvoir d’achat des salariés et de 75% des indépendants en baissant les cotisations sociales des actifs en contrepartie d’une hausse de la CSG de 1,7%. De plus, la prime d’activité sera revalorisée dès 2018 et les agents de la fonction publique n’ont pas été oubliés.

La loi de ratification des ordonnances réformant le code du travail a été votée. Elles permettent de développer le dialogue social, au plus près du terrain, au sein de l’entreprise et créent de nouvelles protections pour les salariés.

 Mais ces actions n’ont de sens que si nous savons veiller aux plus modestes. Aussi, le minimum vieillesse est revalorisé ainsi que l’Allocation Adulte handicapé (AAH). Dans notre premier budget, nous avons majoré le complément familial pour les plus modestes, revalorisé l’allocation de soutien familial pour les familles monoparentales, augmenté le montant maximal de l’aide à la garde d’enfants. Enfin, pour combattre le chômage dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, les députés de la majorité ont obtenu l’expérimentation dès 2018 du dispositif des emplois francs.

Le quotidien des Français

La suppression progressive d’un impôt terriblement injuste, la taxe d’habitation, a été votée pour 80 % des Français. Dès 2018, elle baissera de 30 %. La réforme préservera l’autonomie financière des collectivités qui ne seront pas impactées puisque les montants non versés par les français seront compensés par l’État.

Au 1er janvier 2018, la vaccination obligatoire des enfants a été étendue pour une meilleure prévention de tous. Car se vacciner, ce n’est pas seulement se protéger soi-même, c’est aussi protéger les autres.

Le changement climatique

Pour répondre à cette urgence, il faut des engagements forts, ambitieux, mais aussi pragmatiques et concrets. Le projet de loi Hulot adopté le 19.12 qui met fin à l’exploitation des hydrocarbures en France d’ici 2040 est un bon exemple. La France est ainsi le premier pays au monde à prendre cette initiative.

Redonner confiance aux citoyens dans leurs élus et dans la vie démocratique de notre pays.

C’est l’objet du texte adopté l’été dernier. Cette loi prévoit notamment l’interdiction pour les membres du Gouvernement, les parlementaires et les titulaires de fonctions exécutives locales, de recruter des membres de la famille. Elle oblige tout prétendant à une élection à présenter un casier judiciaire B2 vierge et elle a supprimé la réserve parlementaire.

La réussite des étudiants.

Ce texte me tient particulièrement à cœur parce que la réussite de notre jeunesse est un objectif primordial.

© droits réservés
© droits réservés

Le texte, adopté en première lecture le 19.12, entérine notamment la suppression du tirage au sort et structure le lien entre les lycées et l’enseignement supérieur pour une meilleure information et une meilleure orientation des bacheliers avec une nouvelle plateforme de pré-inscription Parcoursup. Il introduit des nouveautés pédagogiques telles que des accompagnements personnalisés pour les étudiants qui en ont le plus besoin et des parcours individualisés.

Ce texte augmente le pouvoir d’achat des étudiants en supprimant la cotisation annuelle à la sécurité sociale étudiante (de 217€ par an) et permet l’amélioration de leurs conditions de vie (santé, accès au sport et à la culture, possibilité d’une année de césure après le bac).

Toutes les mesures de cette loi sont tournées vers la réussite de tous les étudiants. Un travail pragmatique et ouvert aux apports de tous les groupes de l’Assemblée a été conduit durant les débats parlementaires.

Cette loi, comme le plan étudiants dont elle fait partie, apporte des solutions concrètes pour améliorer la réussite étudiante. Elle réconcilie l’émancipation intellectuelle et l’émancipation par l’emploi de notre jeunesse.

 En cette rentrée, nous allons désormais travailler sur le droit à l’erreur, pour les administrés comme pour les entreprises, notamment les plus petites d’entre elles.

Je referai un point sur les principaux textes adoptés d’ici quelques semaines.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *