Emmanuel Macron, une ambition européenne

© droits réservés
© droits réservés

Comme j’ai pu l’expliquer dans un précédent billet, je soutiens la candidature d’Emmanuel Macron pour son projet progressiste, pragmatique et rassembleur. Cela s’exprime pleinement dans sa vision de la construction Européenne qu’il me semble important d’évoquer au lendemain du Brexit.

Emmanuel Macron est pour moi le seul européen convaincu de cette campagne, le seul à proposer une approche constructive, le seul à proposer l’action plutôt que l’invective.

En rupture avec la vision qui consiste à rendre l’Europe responsable de tous les maux, il considère qu’un important travail de rapprochement et de réconciliation est nécessaire.

Aucune politique nationale ne peut concurrencer le poids politique et économique des pays-continents que sont les USA, la Chine et l’Inde. L’Europe et ses 500 millions d’habitants est le niveau pertinent pour garantir notre souveraineté ainsi que notre chance pour l’avenir.

L’Europe de l’avenir, c’est une Europe qui protège.

Une Europe qui protège, c’est d’abord une Europe qui protège ses frontières dans le respect de ses valeurs humanistes. Emmanuel Macron propose le recrutement de 5.000 gardes-frontières pour l’agence de protection des frontières européennes.

Renforcer notre sécurité commune nécessite une plus grande coopération de nos services de renseignement étayée par un véritable système d’information européen.

Une aide au développement et une lutte contre les filières de passeurs complèteront un dispositif global et équilibré d’accompagnement des migrations dans le respect des valeurs européennes.

Mais si l’Europe doit nous protéger dès aujourd’hui, elle doit également investir pour demain.

Emmanuel Macron propose de créer un budget de la zone euro, voté par un parlement de la zone euro et exécuté par un ministre de l’économie et des finances de la zone euro. Cela permettra à l’Europe de mener une politique de développement des emplois et de relance de l’économie à l’échelle européenne, échelon indispensable pour peser dans une économie mondialisée.

Bien sûr nous devrons respecter le critère d’un déficit public inférieur à 3% du PIB. Si la France veut peser pour une relance de la construction européenne, elle doit être crédible aux yeux de ses partenaires et cela passe par notre capacité à être budgétairement responsables.

Cela nous permettra ensuite de proposer un socle de droits sociaux européens, définissant des standards minimum en matière de droits à la formation, de couverture santé, d’assurance chômage, de salaire minimum. Nous défendrons un renforcement du dispositif anti-dumping.

En proposant de créer de nouvelles coopérations et de nouvelles synergies entre États Membres, Emmanuel Macron entend redonner à la fois un sens et un nouveau souffle à la construction européenne.

Une coopération accrue entre les États Membres qui le souhaitent permettra de faire ré-émerger la puissance européenne. Pour cela, Emmanuel Macron propose un changement de méthode : dialoguer pour mieux se rassembler. Car la réalité, celle-là même au cœur de la réflexion des pères fondateurs de l’Union Européenne dans une Europe déchirée par les guerres, est extrêmement simple : nous sommes plus forts ensemble.

Ce qui est vrai pour l’Europe, l’est pour chacun d’entre nous et je suis profondément en accord avec lui sur la nécessité de construire une Europe démocratique, une Europe des peuples.

Nous proposerons à nos partenaires de lancer dans toute l’Union européenne des conventions démocratiques dès la fin 2017, pendant six à dix mois et dans chaque État. Elles permettront d’alimenter un débat européen sur le contenu de l’action de l’Union, sur les priorités qu’elle doit avoir. En se nourrissant de ces débats, les gouvernements européens élaboreront un projet qui sera adopté par tous les pays qui le souhaitent (et qu’aucun État ne pourra bloquer) et qui marquera une nouvelle étape.

Repasser à l’action grâce au dialogue et à la coopération, protéger nos concitoyens, permettre aux États qui le souhaitent de développer des coopérations renforcées pour construire une Europe plus solide et donner la parole au peuple européen sur le projet qui doit être conduit : voilà pour moi les ingrédients d’une construction européenne relancée, les bases d’une Europe politique et démocratique en capacité d’agir.

© droits réservés
© droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *