Fin de deuil national – Retour à la vie normale ?

photo deuil
© Gérard Collomb tous droits réservés

Vendredi dernier, la France a connu les pires attentats jamais perpétrés sur son sol.

De nombreuses vies, de trop nombreuses vies, souvent jeunes, ont été ôtées arbitrairement, cruellement, sauvagement.

Après ces odieux attentats, de nombreuses questions taraudent le peuple français, abasourdi par l’horreur de ces événements.

Des questions d’ordre individuel : Comment surmonter sa peur ? Comment expliquer, comment comprendre cette nouvelle réalité qui s’impose à nous ? Comment ne pas sombrer dans la méfiance de l’autre ? 

Des questions d’ordre collectif : comment empêcher que cela ne se reproduise ?

Pour les questions d’ordre individuel, chacun trouvera, je l’espère, des réponses en fonction de son caractère, de ses appartenances et de ses croyances. Cette nécessité sera d’autant plus aigüe pour les parents de jeunes enfants, qui auront à cœur d’adopter l’attitude la plus adaptée pour rassurer les plus petits.

Comment leur expliquer, comment ne pas les faire vivre dans la peur, comment les laisser jour après jours mener leur vie au quotidien sans que l’on doive les mettre dans un cocon trop sécuritaire. Le souci permanent pour nous parents, est de placer le curseur au bon endroit entre leur dire la vérité et ne pas trop les effrayer.

Pour les questions d’ordre collectif, le sujet est particulièrement prégnant pour moi qui suis élue municipale. Bien sûr les réponses pour que ceci ne se reproduise pas sont à chercher au niveau national voire même international. Et c’est pour ça peut-être que nous nous sentons impuissants, démunis, en attente des actions de notre gouvernement et de la communauté internationale.

A l’échelle de Lyon, je salue la décision courageuse et extrêmement difficile de Gérard Collomb de transformer la fête des lumières pour concilier la sécurité et l’identité de la ville de Lyon.

En ce qui me concerne en tant qu’adjointe à l’éducation, j’ai bien sûr travaillé avec les services sur la sécurisation des écoles. Nous avons revu nos procédures de sécurité notamment pour les entrées et les sorties. Elles sont suffisantes si bien appliquées sachant que le plan vigipirate renforcé est déjà en place. Et si cette semaine, les sorties des enfants ont été annulées, on imagine mal les priver ainsi continuellement de ce qui fait partie de leur éducation.

Aussi dès aujourd’hui, alors que le deuil national est terminé, alors que l’état d’urgence a été prolongé par le Parlement, il nous faut reprendre le cours de notre vie en gardant à l’esprit ce qui s’est passé vendredi 13 novembre : vivre sans sombrer dans la peur mais en toute conscience, en adaptant nos actions à cette nouvelle réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *