Intervention d’Anne Brugnera Programme de développement économique Conseil métropolitain du lundi 19 septembre 2016

La Métropole de Lyon a présenté son Programme de développement économique 2016-2021 à l’occasion du Conseil de la Métropole du 19 septembre 2016. Ce document cadre fixe les priorités stratégiques et décline une série d’actions qui seront mises en oeuvre entre 2016 et 2021 par la nouvelle collectivité avec l’ensemble de ses partenaires. Il est le fruit d’un dialogue partagé construit sur la base d’un diagnostic approfondi. Découvrez les 4 objectifs stratégiques qui structurent le programme économique de la Métropole de Lyon : Lyon Métropole fabricante, Lyon Métropole apprenante, Lyon Métropole attirante, Lyon Métropole entrainante.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les élu(e)s,

Ce programme de développement économique de la Métropole de Lyon est à la fois un aboutissement et un nouveau départ.

L’aboutissement d’un travail de co-construction d’ambitions mais aussi d’objectifs très concrets partagés entre notre institution et ses nombreux partenaires économiques. Mais surtout le début d’une nouvelle ère de développement.

Je ne reviendrai pas sur le contenu fort riche et extrêmement pertinent de ce programme déjà longuement exposé mais je souhaite, au nom du groupe des socialistes et républicains métropolitains, insister sur 3 points :

  • Ce programme a été conçu dans la lignée d’une dynamique de progrès et il est basé sur une analyse des résultats passés. Il s’inscrit donc dans l’histoire du développement économique de notre Métropole.
  • Ce programme ambitieux prévoit d’amplifier cette dynamique grâce un travail partenarial pour initier et accompagner de nouvelles formes d’économies, de nouvelles filières.
  • Enfin ce programme vise un développement économique au service de tous les habitants de la Métropole, pour un progrès social de chacun.

Je tiens à rappeler que la réalisation de ce programme est une obligation légale, issue de la loi MAPTAM. Et que, fidèlement à nos habitudes, nous avons fait de cette obligation une opportunité pour aller toujours plus loin.

Ce programme de développement économique a été établi à partir d’un diagnostic très approfondi qui a mis en lumière la qualité et la richesse du développement économique passé et actuel de notre territoire.

Une attractivité toujours plus grande, une dynamique à l’échelle européenne créatrice d’emplois, une hausse de l’emploi de 1% par an entre 2007 et 2012, +20% d’emplois depuis 1999, alors que dans le même temps la progression n’était que de +13% en France et +14% en région Auvergne Rhône-Alpes.

Ces résultats, qui sont l’une des bases du nouveau programme qui nous est proposé, ne sont bien sûr pas le fruit du hasard mais bien au contraire le fruit du travail déjà accompli, le résultat d’une politique menée ici, au Grand Lyon, puis à la Métropole, depuis de nombreuses années avec constance et détermination.

Car nous savons à quel point en économie il est important de fixer des caps et de s’y tenir, surtout de donner de la visibilité et de la stabilité aux acteurs économiques. Le développement économique a toujours été un axe majeur de notre politique et toutes les décisions prises par notre assemblée ont été et sont cohérentes avec ce cap que nous nous sommes fixés.

Je voulais donc dire d’abord, à notre Président, et à David Kimelfeld, 1er Vice-Président en charge du développement économique, que nous sommes fiers du chemin parcouru.

Dire aussi que nous savons, comme cela a été dit lors des propos introductifs, qu’il faut continuer sur cette voie car il y a encore de nombreux défis.

La politique de développement économique de la Métropole est le fruit d’un volontarisme constant. Et au vu du programme qui nous est proposé aujourd’hui, nous voyons que la volonté qui nous a conduits là où nous sommes est toujours aussi présente. Elle est un gage de réussite.

Bien sûr, nous aurions pu simplement poursuivre sur cette ligne et élaborer un programme économique de continuité.

Mais nous n’avons pas choisi cette voie. Comme le montre la méthode de construction de ce programme elle-même.

Au-delà d’être adossé à un diagnostic, ce programme a surtout été réalisé dans la concertation. Concertation avec les acteurs économiques, concertation avec les territoires, concertation également avec les différentes sensibilités politiques de cette assemblée.

Travail extrêmement important car une politique partagée est le meilleur gage d’actions de qualité. C’est un choix ambitieux et loin d’être une évidence car si ce schéma est une obligation légale, la co-construction, elle, ne s’imposait en rien. Ce pari-là est donc réussi et la façon dont ce programme a été conçu constitue un excellent départ.

Et cette concertation a été l’occasion de revisiter les indicateurs, nos outils d’aide à la décision au regard des progrès mais aussi des difficultés. Je ne manquerai pas de rappeler la nécessaire vigilance de tous quant à l’industrie, dans tous ses secteurs.

C’est pour préserver notre capacité industrielle que nous réaffirmons la nécessité de l’innovation perpétuelle. Oui, en termes de développement économique, il n’est pas bon de se reposer sur ses lauriers. Nous savons qu’il nous faut être toujours innovants, pro-actifs pour gagner en attractivité et toujours progresser.

Le monde économique bouge et notre Métropole se doit de l’accompagner, voire même de devancer ses besoins. Et je pense là au domaine de la formation, de la diffusion et du partage des savoirs, dont le développement et l’évolution future sont fort à propos inclus dans ce programme.

Il en est de même concernant les filières fortement dynamiques de notre Métropole. Elles se doivent d’être en constante évolution, en mode dynamique et nous les accompagnerons dans ce mouvement.

Je pense bien sûr à la chimie. C’est un excellent exemple de cette évolution permanente que nous souhaitons accompagner. Filière majeure de notre territoire, elle a su prendre un tournant déterminant, celui des nouvelles technologies et désormais la chimie verte est au cœur du développement industriel et universitaire de la Métropole. Avec l’économie circulaire, elle prend un nouveau tournant qui saura à la fois conserver des emplois et en créer d’autres d’un nouveau genre.

C’est en accompagnant, en incitant, en provoquant l’émergence de nouvelles activités que nous progresserons tous ensemble. Ainsi ce programme comprend aussi des actions en faveur de nouvelles filières telle que celle du « vivre en bonne santé ».

Avec ce programme, nous avons l’ambition partagée d’accompagner de nouvelles filières, de nouvelles formes d’économies, de nouvelles réponses aussi aux besoins de notre société afin de renforcer notre attractivité et d’enrichir les compétences de la métropole.

La politique de développement économique de la Métropole a pour ambition de construire les emplois de demain en restant à la pointe de l’innovation.

Mais il ne s’agit pas de développer juste pour développer

Le développement économique est une priorité de notre action parce qu’il est le moteur de l’attractivité et de la croissance. Et ce faisant il est le préalable indispensable pour proposer des emplois nombreux et diversifiés à nos concitoyens, pour leur permettre par la formation d’y accéder, pour créer les services nécessaires à chacun et pour mettre en œuvre un soutien de qualité pour les plus fragiles d’entre nous.

Notre Métropole joue ainsi pleinement son rôle « d’assemblier », terme emprunté à David Kimelfeld.

  • Assemblier entre les créateurs d’emploi et ceux qui en cherchent,
  • Assemblier de nos diverses compétences et notamment des nouvelles touchant à l’insertion ou encore à l’éducation, via les collèges,
  • Assemblier des différents partenaires qui ont construit ce programme et qui vont désormais suivre sa mise en œuvre.

Partagé, cohérent, volontariste, innovant, ce programme fait le pari de la mobilisation de nos compétences et de nos partenaires, de l’efficacité et de la qualité de notre action au service de nos concitoyens.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *