Mon intervention au Conseil de la Métropole du 12 décembre au sujet du débat d’orientations budgétaires 2017

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Ce débat d’orientation budgétaire sera pour le groupe Socialistes et républicains métropolitains l’occasion d’affirmer une nouvelle fois toute sa confiance à notre président et à l’exécutif et toute notre adhésion à la stratégie poursuivie.

© droits réservés
© droits réservés

Oui nous approuvons les nécessaires efforts budgétaires pour préserver la bonne santé financière de notre Métropole, pour préserver sa capacité d’action au bénéfice de ses habitants, sa capacité d’autofinancement et ainsi sa politique volontariste d’investissements.

1/ Une situation économique et financière encore améliorée grâce à des facteurs externes mais aussi à une volonté d’économie de fonctionnement

Concernant l’année 2017, la présentation qui vient de nous être faite montre une situation économique et financière encore améliorée.

Améliorée, il est vrai, grâce à des facteurs exogènes tels qu’une diminution des dotations de l’État moindre que ce qui était initialement prévu, une prévision de hausse des recettes fiscales, notamment par la croissance physique des bases, ou encore les aides accordées par le fond de soutien à la sortie des emprunts toxiques.

Mais ces prévisions prennent aussi en compte les facteurs endogènes de cette amélioration, j’entends par là les efforts réalisés par notre collectivité dans le cadre du chantier dit « Marges de manœuvre ».

Ce chantier a pour objectif d’améliorer et d’évaluer nos processus, d’optimiser nos modes de gestion et de réétudier nos dépenses et recettes afin d’être plus économes en fonctionnement. En toute responsabilité, nous nous sommes ainsi fixés un cadrage ambitieux et il fait l’objet d’un suivi rigoureux.

2/ Un volontarisme prudent

Le contexte économique, international, national comme local, reste bien évidemment contraint. Les prévisions de croissance modérée comme la perspective d’élections nationales doivent nous inciter à la prudence. A encore plus de vigilance devrais-je dire car nous avons, depuis le début de ce mandat, toujours veillé à ne jamais gager l’avenir et, au contraire, à nous préparer au plus mauvais scénario.

C’est pour cette raison d’ailleurs que nous avons réglé au plus vite le problème majeur des emprunts toxiques hérités du Conseil Général du Rhône. Au plus vite afin que l’incertitude que ces emprunts incontrôlables faisaient planer sur notre collectivité cesse, que notre gestion se poursuive sereinement et que les investissements prévus s’envisagent en toute connaissance de cause.

Il est évident que la combinaison de notre volontarisme et des récentes décisions de l’État concernant ses dotations nous permettent à ce stade d’envisager la poursuite de notre politique dans de bonnes conditions et sans augmenter davantage la fiscalité, comme cela avait été annoncé au début de ce mandat.

Ce volontarisme nous permet de financer nos différentes politiques publiques, que ce soit en matière économique, en matière d’urbanisme et de voirie, de propreté, d’éducation, de petite enfance… et bien entendu c’est ce volontarisme financier et budgétaire qui nous permet d’assumer des dépenses sociales légèrement en hausse sans difficulté.

Je note enfin une prévision de hausse de l’autofinancement, de plus de 7%, avec une dette sécurisée, débarrassée de sa toxicité, et qui nous permet là aussi une projection plus sereine notamment dans la mise en œuvre de notre PPI.

Comme nous avons pu le constater ensemble au cours de réunions spécialement dédiées à son état d’avancement, 81% des projets votés en juillet 2015 sont à présent en cours. Avec plus de 580 millions d’euros d’Autorisations de programme prévues pour 2017, notre Métropole mettra en œuvre les prévisions à l’horizon 2020.

Maîtrise et volontarisme tels sont les maîtres mots de notre action. Nous travaillons à préserver nos moyens pour agir pour nos concitoyens et pour investir pour eux.

Néanmoins, si les voyants s’affichent plutôt au vert en cette fin d’année, il convient de rappeler qu’à ce stade, nous nous basons sur des hypothèses, car le projet de loi de finances 2017 est encore en discussion.

Il convient donc de continuer sur la voie qui est la nôtre depuis 2014, qui est celle d’une gestion budgétaire maîtrisée et rigoureuse, qui a jusqu’ici très largement payé (si je peux dire).

 

3/ L’avenir incertain

Pour mettre en oeuvre une gestion de cette qualité, il faut bien évidemment, cher(e)s collègues, des élu(e)s qui la portent politiquement mais aussi des services et des fonctionnaires, dont je veux ici saluer le travail.

Dans le contexte national actuel, nous sommes en droit de nous questionner sur le traitement qui nous sera réservé, en termes de dotations, après le mois de mai, car l’action des collectivités sur le terrain est bien sûr pour partie dépendante des dotations que leur accorde l’État. D’autant plus dépendante pour notre Métropole, que nous avons endossé des compétences sociales incompressibles et dont nous ne maîtrisons que peu les évolutions.

Mais au-delà de l’aspect purement financier, des dotations accordées ou pas, la richesse d’une collectivité est aussi celle des femmes et des hommes qui la font, des fonctionnaires qui la portent au quotidien.

Bien sûr les dépenses de personnel doivent être contenues, de cela nous sommes tous conscients, nous le faisons d’ailleurs dans cette maison et c’est un travail profondément difficile puisqu’il est ici question d’humain.

Mais certaines annonces du moment sont plutôt anxiogènes, que ce soit d’ailleurs sur les dotations de l’État comme sur les fonctionnaires. Au groupe Socialistes et républicains métropolitains, nous pensons que les collectivités territoriales comme les fonctionnaires ne peuvent pas être considérées uniquement comme des charges financières, des sources de dépenses, alors que grâce aux uns comme aux autres de nombreuses actions publiques, des investissements sont déployés au service de nos concitoyens dans un cadre budgétaire maîtrisé en toute responsabilité.

Notre groupe souhaite dans ce débat d’orientations budgétaires réaffirmer sa confiance au président, à l’exécutif et à nos équipes. Nous rappelons également notre vigilance face aux échéances qui arrivent et qui risquent de générer des annonces tonitruantes et des inquiétudes.

Dans cette ambiance pré-électorale, nous réaffirmons notre volonté d’agir avec volontarisme, par une gestion prudente et rigoureuse, notre volonté d’être une collectivité qui n’attend pas tout des autres et qui se donne les moyens de ses ambitions pour ses concitoyens métropolitains.

Notre toute jeune collectivité est solide et elle saura affronter l’avenir, grâce à des élus responsables et à des agents impliqués.

Je vous remercie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *