Mon intervention sur le déclassement de l’autoroute A6/A7 lors du Conseil de la Métropole du 30 janvier

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les élu(e)s,

La présentation de ce projet a été faite en commission générale de façon approfondie, après avoir été travaillé par trois fois avec les maires concernés lors du groupe de travail sur les grandes infrastructures, à la Métropole.

Je voudrais quant à moi insister sur deux points : l’opportunité historique à saisir pour éloigner le trafic de transit de notre agglomération et fluidifier les déplacements et l’effort d’investissement de la Métropole et du Sytral.

D’abord sur l’opportunité historique qui s’offre à nous à plusieurs titres.

L’autoroute A6-A7 qui traverse notre agglomération est une véritable balafre qui la défigure, un scandale urbanistique et écologique : l’une des autoroutes les plus fréquentées de France passe en plein cœur de sa 2ème plus grande agglomération. Son déclassement est historique et nous nous en réjouissons tous.

Ce déclassement est également l’occasion de résoudre un autre problème majeur de notre agglomération : celui de la saturation de la Rocade Est.

Ces deux sujets relatifs aux déplacements autour et dans notre Métropole nécessitent bien évidemment un phasage de travaux particulier avec un déclassement concomitant à des mesures fortes pour interdire le trafic de transit : il s’agit d’éviter le report de l’A6/A7 sur la rocade est et le contraindre à aller sur l’A432 le plus tôt possible. L’objectif est de réaliser un boulevard urbain apaisé de Pierre-Bénite à Limonest et que l’ensemble de notre agglomération, boulevard urbain et Rocade est, bénéficient aussi d’un soulagement du trafic de transit que nous ne voulons plus. En effet, la Rocade à elle seule supporte 25 000 véhicules jour en transit, majoritairement des poids-lourds, posant des problèmes de saturation mais également de nuisances et de sécurité routière.

Éloignement du trafic de transit et soulagement des axes internes à la Métropole sont les objectifs visés pour toutes nos communes en premier lieu. Il s’agit là également d’une opportunité plus large, à ne pas laisser passer, de résoudre des dysfonctionnements majeurs à certains autres points comme le nœud des îles, le nœud de Manissieux et celui de Ternay avec des congestions importantes matin et soir, que subissent nos concitoyens et nos entreprises.

L’effort d’investissement de la Métropole enfin sera accompagné par un même effort du Sytral. L’objectif est une montée en puissance des transports en communs, au bon endroit et au bon moment et je sais que sur ce sujet des réunions de travail avec les maires sont prévues notamment sur les parkings relais et sur l’inter modalité. Montée en puissance qui est aussi une partie de la réponse, permettant de réduire le trafic de transit de l’intérieur de notre Métropole en proposant à un nombre plus important de concitoyens métropolitains de recourir aux transports en commun, qui sont à la fois moins chers et moins polluants.

→ Il s’agit donc d’un programme de travaux coordonnés sur l’ensemble de notre territoire afin d’éloigner le trafic de transit de notre agglomération et de fluidifier les parcours.

Nous y tenons au groupe Socialistes et républicains métropolitains : ce projet n’est pas celui de certaines communes contre d’autres, mais bien celui de la Métropole pour ses communes.

Il y a avant tout, en préambule, un écueil à éviter : celui de ramener en cœur d’agglomération des trafics supplémentaires, de surcroît en transit. Et c’est ce qu’il faut craindre de l’A45 en l’état, qui serait dramatique pour le sud-ouest lyonnais, pour la saturation du pont de Pierre-Bénite, pour Saint-Fons, Vénissieux et Saint-Priest.

Le déclassement, quant à lui, est essentiel de Pierre-Bénite à Limonest, oui ; pour Lyon qui a une autoroute qui traverse le cœur de ville, oui ; mais il l’est tout autant pour Rillieux, pour Bron, pour Vaulx, pour Saint-Priest, pour Vénissieux, pour Saint-Fons, pour Villeurbanne, pour Meyzieu, pour Décines, pour Mions, pour Givors… Essentiel enfin pour tous nos concitoyens, lorsque nous voyons se multiplier les pics de pollution et les mesures de circulation alternée, en même temps que pour leur confort de vie quotidien. Essentiel enfin pour nos entreprises et le maintien du dynamisme économique de notre métropole, notamment dans les territoires de l’Est qui se développent de façon particulièrement intense.

Notre ambition est celle-ci.

Mais il nous faut absolument travailler ensemble pour être forts dans les négociations avec l’État et avec les sociétés d’autoroutes. Il nous faut travailler ensemble pour construire l’avenir, pour que ces projets voient le jour dans les meilleurs délais et sous une forme la plus aboutie, qui bénéficie aux métropolitaines et aux métropolitains où qu’ils habitent.

C’est une grande responsabilité que de porter ce projet. Il s’agit là certainement de l’un des projets les plus importants que nous avons à conduire en tant qu’élus sous cette mandature et pour les prochaines. Et c’est un projet qui réclame véritablement de notre part d’adopter une vision globale métropolitaine.

Voter en ordre dispersé, acter la prévalence des préoccupations des uns sur l’intérêt global du projet, abonder des scenarii alarmistes et attiser les peurs n’est pas la voie à prendre. Au contraire, il nous faut être rassemblés, engagés, responsables et pédagogues.

Ces chantiers de décongestion de notre agglomération, de réorganisation des transits et de meilleure répartition des flux en son sein nous obligent. Ils nous engagent.

Il s’agit d’un grand projet d’agglomération et d’aménagement du territoire, cohérent et concret, d’amélioration de la qualité de l’air et de la qualité de vie. Oui le défi est grand mais il est passionnant et il y a urgence à agir et à éloigner le risque d’asphyxie qui pèse sur notre Métropole.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *