Mon intervention dans l’hémicycle lors de la discussion générale de la loi relative à l’Orientation et à la Réussite des Etudiants

Madame la Présidente,
Madame la Ministre,
Monsieur le Rapporteur,
Chers collègues,

L’Assemblée nationale a aujourd’hui à traiter pour la dernière fois, dans notre hémicycle, le projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants. Ainsi s’achève un long débat avec les parlementaires, mais aussi et surtout avec les acteurs de l’enseignement supérieur et du lycée, associés à la concertation préalable au plan étudiants.

Je souhaite associer à mon propos Christine Cloarec, Fannette Charvier, Sylvie Charrière, Agnès Thill, Céline Calvez, Jean-Luc Fugit, et tous mes collègues de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation qui se sont investis pour ce texte.

© droits réservés
© droits réservés

Cette loi est une concrétisation importante de la société que nous voulons.
C’est une loi bienveillante. Tous les changements qu’elle porte sont tournés vers la réussite des étudiants. Nous voulons augmenter la qualification de tous nos jeunes. Et pour cela nous ouvrons maintenant les portes de l’enseignement supérieur à tous les bacheliers en toute justice et en toute transparence.

Nous voulons, et notre pays en a besoin, que chacun de nos jeunes puissent aller aussi loin qu’il le souhaite dans la formation et par le chemin qui lui conviendra le mieux.
Le savoir est la plus importante des richesses, il est à la fois utile et culturel, il permet l’émancipation.
C’est le droit et le devoir de notre jeunesse, c’est le droit et le devoir de notre pays.

Ce texte est pragmatique, ouvert et équilibré.

Cette loi est pragmatique car elle respecte l’engagement qu’a pris chaque Député de la majorité : nous faisons ce que nous disons et nous disons ce que nous faisons ; les objectifs de cette loi étaient dans notre programme, ses principaux éléments sont issus d’une large concertation, les avancées de cette loi sont financées, oui financées, et les outils nécessaires au Parlement pour en évaluer la mise en oeuvre sont prévus dans la loi elle-même.

Cette loi est ouverte. Car lors de nos travaux à l’Assemblée nationale, elle a été enrichie de la contribution de tous les groupes politiques. Bien sûr le texte a connu des compléments utiles lors des travaux du Sénat et, encore avant-hier, en commission mixte paritaire. C’est un texte dont le travail rédactionnel si important pour l’efficacité de la loi a été amélioré, les deux chambres démontrant ainsi la force d’un travail ouvert et son potentiel pour notre pays.

Cette loi est équilibrée. Je ne cacherai pas que nous avons eu des divergences avec le Sénat. Mais je crois que nous avons travaillé dans le sens de l’intérêt général pour écouter nos convictions respectives sans les opposer. Le Sénat a souhaité que cette loi manifeste un attachement à l’insertion professionnelle. Nous nous ne souhaitions pas un texte qui bascule dans un adéquationisme irréaliste et réducteur. Irréaliste car ce serait interdire à la formation initiale de jouer un rôle dans la préparation des métiers du futur. Réducteur car l’Université est et doit rester un lieu de création et de diffusion de la connaissance, un lieu de savoir et d’émancipation. Le texte final est équilibré car l’insertion professionnelle y a une place, celle que les deux assemblées voulaient lui donner, sa juste place sans excès.

Ce texte nous le soutenons d’autant plus qu’il démontre ce que le Parlement est capable de faire lorsque le respect mutuel et l’intérêt général prévalent. Alors je ne reviendrai pas sur tout le texte, je n’en ai pas le temps, mais sur 4 points : progrès, émancipation, justice, innovation.

Les conditions de vie des étudiants vont s’améliorer. Et c’est une nécessité en soi nous le savons. Mais c’est aussi un des leviers pour aller vers la réussite de tous. = amélioration des conditions de vie de nos concitoyens/progrès

L’orientation est la base de ce texte comme du plan étudiant. Cette loi donne les axes d’une réelle orientation : informations complètes, accompagnement renforcé et choix des bacheliers libres et éclairés. = outils de l’émancipation

Parcoursup met fin au tirage au sort. Et c’est là bien sûr l’injustice et l’urgence réglées par cette loi. L’humain est réintroduit dans le processus et le renfort du comité d’éthique est à cet égard à souligner. = fin de l’injustice/justice

L’accompagnement personnalisé en première année a été à ce stade peu débattu. Pourtant c’est une dimension majeure de la réforme portée par ce texte. Donner plus à ceux qui en ont le plus besoin. C’est ce que nous faisons avec les CP dédoublés en REP+, c’est ce que nous ferons avec ces accompagnements personnalisés. Ils aideront les étudiants qui en ont besoin à réunir toutes les chances de leur côté pour réussir sa première année. Chaque université et établissement d’enseignement supérieur travaille actuellement à ces dispositifs innovants qui seront déployés à partir de la rentrée prochaine pour mettre fin à l’échec majeur qui caractérise hélas aujourd’hui notre licence /innovation.

Nous, députés de la République En Marche, resterons mobilisés pour faire acte de pédagogie et de suivi de sa mise en oeuvre sur nos territoires, auprès de nos lycéens et de nos universités. Nous suivrons également son évaluation. Car nous savons que ces dispositifs se déploieront progressivement. Nous comptons également sur le suivi et l’évaluation pour les faire évoluer pour toujours mieux répondre aux besoins de nos jeunes et augmenter la réussite de nos étudiants.
Cette loi n’est pas une fin c’est un commencement.
Les âmes chagrines y verront Sisyphe, nous, nous y voyons le progressisme.

Je me félicite qu’à l’issue de ce travail parlementaire, auquel j’ai eu le plaisir et la fierté de participer, nous aboutissons à un tel texte. Je veux dire ma satisfaction pour le véritable travail d’équipe et de confiance qui a été conduit notamment avec notre rapporteur Gabriel Attal.
Merci.

Je vous invite donc à voter ce texte mariant pragmatisme et convictions, un texte de progrès, un texte de confiance en notre enseignement supérieur qui évolue pour une réelle démocratisation, et surtout confiance en notre jeunesse pour se saisir des nouveautés de ce texte pour construire son avenir.
Je vous remercie

Discours du 15 février 2018
Discussion générale – CMP Loi ORE
Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *