Mon intervention sur la mise à disposition de l’étude d’impact – ZAC Part-Dieu Ouest lors du Conseil métropolitain du lundi 30 janvier

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les élus, chers collègues,

Parce qu’il est un projet phare de notre agglomération, le projet Part Dieu est l’objet de toute notre attention et il fait régulièrement l’objet de délibérations débattues au sein de notre conseil.

Vous savez que ce projet se caractérise à la fois par son ampleur, 177ha concernés, et surtout par une stratégie intégrée.

Il fera en tout l’objet de 7 études d’impact et donc d’autant d’avis d’Autorité environnementale qui seront mis à disposition du public.

Le nouvel avis dont nous parlons aujourd’hui est en fait une reprise de l’étude d’impact qui figurait dans le dossier de création déjà approuvé, assorti de compléments dans le cadre de la mise en œuvre des étapes réglementaires et juridiques prévues dans le Code de l’urbanisme.

La délibération dont nous débattons propose uniquement d’approuver les modalités de mise à disposition du public de cette étude d’impact, sans faire formellement approuver ce document. La procédure est ainsi faite et notre institution s’y est conformée.

Alors que retenir de celle-ci ?

Que l’Autorité Environnementale note que ses recommandations émises dans son premier avis ont bien été prises en compte et que « l’étude d’impact a été significativement améliorée ». Elle estime que ces études complémentaires ont été réalisées dans les règles de l’art et précise que c’est suffisamment rare pour être souligné. Enfin, elle indique explicitement que « l’ambition du projet est forte sur le plan de la qualité de vie et de l’environnement ».

Dans le détail, les nouvelles remarques portent essentiellement sur les impacts liés à la circulation automobile :

  • elle prend acte de l’évolution du trafic automobile de +18%, mais que cette augmentation étant nettement moins importante que pour les autres modes de transports, la part multimodale de la voiture descend de 25 à 16% et indique qu’elle considère cette baisse comme extrêmement ambitieuse.

–    elle écrit que « le développement des modes de circulation actifs (modes doux) et de transports en commun, ainsi que l’amélioration espérée des technologies de réduction des émissions des véhicules, expliquent que l’aggravation des impacts sur les émissions de gaz à effet de serre, les polluants de l’air et le bruit ne soit que modérée par rapport à l’état initial ».

–    elle souligne enfin avoir bien conscience que les solutions ne se situent pas à l’échelle d’une ZAC associée à un PEM.

Concernant la qualité de l’air, il convient toutefois de noter que le projet développé sur le site de la Part Dieu concourt à limiter l’étalement urbain. La densification ainsi visée est plus sobre énergétiquement. Les actions concrètes pour le développement des modes doux sont très significatives. Et le Plan oxygène adopté en juin 2016 comporte également des actions concrètes et diversifiées pour améliorer la qualité de l’air.

Il faut aussi noter que l’Autorité Environnementale accorde au projet Part Dieu un certain nombre de points positifs comme les enjeux sur le paysage, la préservation des voies modes doux durant le chantier ou encore l’ambitieux volet énergie.

Les groupes Socialistes et républicains Métropolitains et Centre Démocrate Lyon Métropole saluent le travail réalisé par la SPL Part Dieu et la Métropole pour conduire ce beau projet qui adaptera aux besoins de l’agglomération de demain ce quartier emblématique de notre ville et lui redonnera la modernité et le caractère innovant qui ont conduit à sa création mais qui ont visiblement vieilli.

Nous relevons aussi que les avis de l’Autorité environnementale sont pris en compte au fur et à mesure du projet et qu’ils conduisent à une considération globale de la qualité de vie dans ce quartier et plus globalement dans l’agglomération.

Je vous remercie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *