Mon intervention sur le Débat d’orientations budgétaires 2016 de la Métropole de Lyon

Intervention – Anne Brugnera

Débat d’orientations budgétaires 2016

Conseil métropolitain du 1er février 2016

anneconseil

Monsieur le Président, mes cher(e)s collègues,

Nous menons aujourd’hui le premier DOB de notre toute jeune Métropole, l’occasion d’évoquer le budget de notre collectivité et d’envisager l’avenir.

La santé financière de toute collectivité, ce qui nous préoccupe ici, ne s’évalue sincèrement qu’à l’aune du contexte dans lequel elle est amenée à évoluer.

Aujourd’hui, partout en Europe, les États sont engagés dans des processus de rationalisation budgétaire, de réduction de la dette et d’optimisation des dépenses publiques. En France, le contexte est également sombre et les signaux d’amélioration encore trop timides.

Dans ce contexte difficile, le redressement des comptes publics est un enjeu essentiel. Mais la décision de l’État d’y faire participer les collectivités locales par le biais d’une baisse des dotations, si elle peut se comprendre, est très impactante car massive et brutale.

Pour la Métropole de Lyon, cela représente pour 2016 un nouvel effort de 57 millions d’euros de baisse de dotations, assorti d’une hausse de notre participation à la péréquation de 8 millions d’euros. Sans gager de ce que sera la prochaine réforme de la DGF, l’effort cumulé de participation au redressement des comptes publics consenti par la Métropole de Lyon s’élèvera à plus de 175 millions par an à partir de 2017.

Parallèlement, depuis le 1er janvier 2015, une nouvelle variable impacte notre budget et modifie ses équilibres en profondeur : ce sont nos nouvelles compétences sociales.

Ainsi, nous avons à assumer à la fois une forte réduction de nos dotations et des dépenses sociales qui croissent fortement dans ce contexte de crise. Nous sommes ainsi confrontés une double difficulté au même titre que de nombreux départements.

Dans cette situation [et c’est avant tout ce que je veux voir dans ce rapport sur les orientations budgétaires], la Métropole de Lyon a choisi d’être active. Subissant ces deux évolutions, elle a choisi de ne pas abandonner ses ambitions, ni de réduire son investissement. Pour cela, elle se dote des outils nécessaires au développement de ses politiques et de son territoire.

Oui nous choisissons l’action tout en conservant les équilibres : en menant à la fois un travail de cadrage ambitieux de nos dépenses de fonctionnement, de gestion active de la dette, de mutualisation et de refonte des politiques et des services. L’objectif de ces trois niveaux d’action est bien de préserver un niveau d’investissement soutenu sur le territoire de la Métropole.

Oui nous nous donnons les moyens de nos missions : investir, pour la croissance et le développement (durable) ; garantir le service public et accompagner les plus fragiles, pour la cohésion sociale et la solidarité.

*Agir c’est tout d’abord bien sûr mettre en œuvre le chantier marges de manœuvres, mené dans une logique non pas de coupes homogènes, mais bien de recherche d’économies structurelles et d’optimisation des ressources sur la durée du mandat.

La gestion active de la dette est de la même façon un travail au jour le jour afin de dégager davantage de moyens.

*Agir c’est aussi se saisir des nouvelles possibilités offertes par la naissance de la Métropole de mutualiser les ressources, de mieux faire ensemble : d’abord en interne, grâce à la fusion de deux collectivités en une. Mais aussi entre Métropole et communes et c’est là le sens du pacte de cohérence métropolitain.

*Agir c’est enfin repenser nos différentes politiques métropolitaines pour optimiser chaque action, même celles dont l’évolution semble nous échapper. Ainsi le programme métropolitain d’insertion pour l’emploi choisit de redéfinir les contours de la politique d’insertion pour plus d’efficacité. Cela bénéficiera bien sûr en premier lieu aux allocataires du RSA mais également aux comptes de notre collectivité.

Il s’agissait là d’une première, de nombreuses autres suivront pour allier efficacité des politiques menées et efficience de la dépense publique. C’est ce que nous demandent les Français selon le dernier baromètre TNS-Sofrès paru ce jour.

Face à la difficulté, nous parvenons ainsi pour 2016 à absorber la baisse des dotations. La dette est maîtrisée et l’autofinancement brut est satisfaisant malgré, là encore, un certain nombre de difficultés, au titre desquelles les emprunts toxiques hérités de la fusion avec le Conseil Général. Nous préservons ainsi des indicateurs financiers qui démontrent la bonne santé de notre collectivité.

De plus, nos résultats économiques se situent bien au-delà des résultats nationaux et régionaux, tant en termes de croissance que d’attractivité. Avec près de 3000 entreprises créées chaque année et un solde positif de près de 4000 créations d’emplois salariés par an, entre 2003 et 2013, notre territoire est l’un des rares à avoir gagné des emplois depuis 2008 et le début de la crise économique.

Lyon a été classée Métropole française la plus attractive fin 2015 et fait partie du top 20 des métropoles du monde. Plus qu’une reconnaissance, cette attractivité s’est avérée protectrice. Combinée à une bonne gestion budgétaire, à la fois prudente et active, elle constitue un socle solide pour bâtir.

La Métropole de Lyon est une marque de dynamisme, une marque d’attractivité, une marque de sérieux et de bonne gestion. Devenue Métropole au 1er janvier 2015, elle incarne aussi une vision de l’avenir. Gageons, enfin, qu’elle sera bientôt une marque de solidarité grâce au schéma qui est en cours de construction.

Tout cela, je vous le concède, est le fruit des richesses et de la situation de notre territoire, mais c’est surtout le fruit du travail, des choix et de la politique que nous menons collectivement.

Le rapport sur les orientations budgétaires qui nous est soumis aujourd’hui a tout le soutien du groupe Socialistes et républicains métropolitains, comme vous vous en doutez, mais c’est bien parce qu’il incarne un passé maîtrisé, un présent dynamique et un avenir préservé et donc ouvert.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *