La newsletter d’Anne Brugnera Députée de la 4ème circonscription du Rhône

Bonjour à toutes et à tous,

Cette semaine, je vous propose un point sur :

• Le plan France Relance
• Une rentrée réussie, une vigilance permanente
• Les forums des associations dans les arrondissements

Le plan France Relance

Le Premier ministre, entouré de Bruno Le Maire, Barbara Pompili, Elisabeth Borne et Clément Beaune, a présenté la semaine dernière le plan France Relance qui donne au pays les moyens de surmonter la crise et d’en ressortir plus forts.

La crise sanitaire et économique nous a frappés alors que nous obtenions des résultats en matière d’emploi, de baisse du chômage et de pouvoir d’achat : le rythme de création d’emploi était à un niveau jamais vu depuis 10 ans, l’industrie se remettait à créer de l’emploi (une première en 17 ans), nous observions la plus forte progression du pouvoir d’achat des ménages depuis 17 ans.

Nous avons limité la casse au cœur de la crise avec un investissement de l’Etat à hauteur de 470 milliards d’euros. Grâce à cette réponse d’urgence, nous avons sauvé des centaines de milliers d’entreprises de la faillite et préservé 8 millions d’emplois grâce au chômage partiel.

L’heure est désormais à la relance du pays : le Gouvernement fait le choix d’investir massivement pour lutter contre le chômage, préparer l’avenir et bâtir la France de 2030.

• Un plan massif, ambitieux et inédit

Ces 100 milliards d’euros investis dans France Relance sont historiques à plusieurs titres. Ils représentent :
• 4 fois plus que le plan de relance de 2008 ;
• un tiers du budget de l’Etat ;
• le plan de relance le plus massif annoncé à ce jour parmi les pays européens (en proportion de la richesse nationale);
• 40% financés par l’Union européenne.

A court terme, ces 100 milliards vont soutenir la reprise, limiter les faillites et les licenciements, accompagner les plus fragiles ; et, dès fin 2022, nous aurons retrouvé le niveau de richesse d’avant l’épidémie.

A moyen terme, ils vont nous permettre d’investir dans les technologies et les compétences d’avenir, de renforcer la capacité de la France à croître, de transformer notre économie en favorisant les secteurs porteurs (transition écologique, numérique…).

• Trois piliers au cœur de France Relance

Accélérer la transition écologique

France relance c’est, d’abord, la priorité donnée au climat et à la biodiversité. Nous nous donnons les moyens de remplir notre objectif : devenir la première grande nation décarbonée européenne. Pour ce faire, 30 milliards d’euros seront consacrés à la transition écologique ; soit un tiers du plan

Concrètement, ces 30 milliards vont permettre de :
révolutionner les transports, en mettant le train au goût du jour et en rendant au ferroviaire son ambition d’innerver tous les territoires (4,7 milliards pour le train, 1,2 milliard pour le vélo et les transports du quotidien) ;
d’investir dans la rénovation énergétique des bâtiments sur tout le territoire (4 milliards pour les bâtiments publics, 2 milliards pour les logements privés, 500 millions pour les logements sociaux et 200 millions pour les PME et TPE),
de relever le défi de l’énergie et des technologies en investissant dans l’hydrogène vert (2 milliards), dans les technologies vertes (3,4 milliards), dans la décarbonation de notre industrie (1,2 milliard) ;
d’investir dans une alimentation de qualité pour tous, dans une agriculture saine, dans un retour au local (1,2 milliard).

Cet engagement de 30 milliards d’euros est à la hauteur de celui réclamé par les experts pour réussir à atteindre, notamment, les objectifs fixés par les accords de Paris.

Rendre notre économie plus souveraine et plus compétitive

34 milliards d’euros de ce plan de relance vont permettre à nos entreprises de gagner en compétitivité et à la France de retrouver pleinement sa souveraineté industrielle, notamment dans les secteurs stratégiques.

Ce volet s’articule autour de trois axes :
une baisse massive de la fiscalité sur les entreprises.
Cette baisse bénéficiera à tous les secteurs, mais en particulier à l’industrie et au commerce ;
une aide à la vie quotidienne des entreprises en leur garantissant fonds propres et trésorerie sur le long-terme (3 milliards pour le soutien au financement des entreprises) ;
la construction d’une souveraineté industrielle : 1 milliard pour la relocalisation, dont 600 millions pour investir dans les secteurs stratégiques pour l’avenir, et 400 millions pour des projets « territoire d’industrie ».

La cohésion sociale et territoriale au service de l’emploi et des compétences

Enfin, 35 milliards d’euros du plan de relance seront consacrés à la lutte contre le chômage et l’investissement dans les compétences, pour préparer les emplois de demain.

Plusieurs axes ont été retenus, dont certains ont d’ores et déjà été lancés :
• un Plan jeune (6,7 milliards) avec des aides à l’embauche, à la formation et des emplois aidés ;
• la mise en place d’un bouclier anti-chômage (7,6 milliards) avec la mise en place de l’activité partielle de longue durée ;
• la montée des compétences pour faire de cette crise une opportunité avec 900 millions investis dans un programme d’investissement pour la formation et 1 milliard pour France compétence et Pôle emploi.

Ce plan servira également au désenclavement et à l’égalité entre les territoires (haut débit partout, soutien aux associations de lutte contre l’exclusion, …).

• Notre méthode : un suivi strict et une concertation intense

Le Gouvernement va entrer dans une phase de concertation avec les territoires, avec les partenaires sociaux, pour une relance adaptée à chaque territoire et conclure des contrats territoriaux.

La mise en œuvre de ce plan sera suivie très méticuleusement. Un comité de pilotage et une réunion mensuelle de suivi, dirigés respectivement par Bruno Le Maire et par le Premier ministre, permettront un suivi rigoureux. Ce suivi sera également territorialisé, dans chaque région, et les membres du Gouvernement se rendront sur place pour s’assurer que les choses avancent au bon rythme.

Si les choses n’avancent pas assez dans un domaine, le Gouvernement n’hésitera pas à réallouer des fonds vers d’autres secteurs.

Il y a 100 milliards d’euros sur la table, ce seront 100 milliards d’euros de projets, de concret, 100 milliards d’euros utiles pour notre pays, jusqu’au dernier centime.
——————————–

Une rentrée réussie, une vigilance permanente

La rentrée scolaire 2020 s’est effectuée dans un contexte inédit en raison de la crise de la Covid-19. Malgré la situation sanitaire, le retour à l’école s’est fait de façon très satisfaisante.

Elèves, professeurs et les familles ont exprimé leur joie de retrouver le chemin de l’école. Il est important de saluer et remercier tous les acteurs pleinement mobilisés pour que cette rentrée soit la plus normale possible.

La jeunesse ne doit pas pâtir de la crise que nous traversons. C’est une priorité pour le gouvernement comme l’a exprimé le Premier ministre lors du lancement du Plan de relance.

• Focus sanitaire

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports suit avec la plus grande attention la situation au jour le jour.

Les cas apparaissent surtout en dehors de l’école et ont un impact ensuite dans l’école, d’où l’importance des règles sanitaires mises en place pour protéger au mieux les élèves et les personnels.

La doctrine en matière de fermeture de classes est nationale mais le pouvoir d’appréciation et de décision est local (recteur, préfet et ARS) face à une grande hétérogénéité des territoires. A titre d’exemple, lorsque 3 cas sont détectés, en accord avec les autorités sanitaires, l’établissement est généralement fermé.

• Quid de la continuité pédagogique si un élève doit rester à son domicile ?

Chaque rectorat suit avec attention la situation dans son territoire et apporte les réponses les plus adaptées selon le plan de continuité pédagogique.
Tout élève à qui il sera demandé de rester à son domicile se verra proposer une solution pour assurer la continuité de son apprentissage.

————————————-

Les forums des associations dans les arrondissements

photo_2020-09-07_16-05-24

Ce week-end, je me suis rendue comme chaque année aux forums des associations du 3e, 6e et 8e arrondissement afin d’échanger avec les associations de la circonscription sur leur rentrée.

Consciente des difficultés qui sont les leurs face à la crise que nous traversons avec une faible activité en présentiel depuis le confinement, j’ai tenu cette année à les remercier pour leur engagement. En effet, la plupart ont maintenu un lien avec leurs adhérents durant cette période.

Durant le confinement et sa sortie, j’ai travaillé avec les Présidents d’associations afin de leur fournir les informations en ma possession afin de les aider dans leur reprise d’activité. Je continue donc à être à leur écoute et à les accompagner pour que notre vie associative si riche à Lyon continue à se développer.

Cordialement

Anne Brugnera
Députée de la 4e circonscription du Rhône
Conseillère du 6e arrondissement de Lyon

Citoyen-ne-s d’honneur du 3ème arrondissement de Lyon

Samedi dernier, le forum des associations a été l’occasion de remettre les médailles aux Citoyennes et Citoyen d’honneur du 3ème arrondissement. Cette cérémonie est l’occasion de valoriser l’engagement associatif, de montrer son dynamisme et sa diversité et surtout de remercier chaleureusement des femmes et des hommes pour leur engagement auprès des habitants de notre arrondissement.

C’est avec émotion mais aussi avec beaucoup de joie que j’ai remis à Madame et Monsieur Dacquin la médaille qui salue leur engagement et leur mobilisation depuis de nombreuses années, auprès des enfants porteurs de handicaps et de leurs familles, et aussi leur implication dans le quartier de Montchat via les écoles et la MJC.

Ils ont œuvré pour que des structures associatives adaptées aux besoins des enfants porteurs de handicap et de leurs familles voient le jour, pour que  des parents retrouvent un peu de souffle dans leur quotidien. Ils sont à l’origine de la création de la halte-garderie « la Souris verte », « Eclats de Rire » et « Roues libres ». Ils sont les exemples que d’une expérience personnelle peut naitre un engagement citoyen.

Les récipiendaires et les élus qui ont remis les médailles d’honneur
Les récipiendaires et les élus qui ont remis les médailles d’honneur

Les médaillés 2016

Monsieur Yves RONOT, Président de l’association Les Coccinelles de Sans-Souci

Monsieur Paul OMBA-BIONGOLO, boxeur du club Boxing Lyon United, qui a participé aux Jeux Olympiques de Rio

Madame et Monsieur DACQUIN, co-créateurs de plusieurs associations et « mécènes » de la fresque de l’école Condorcet

Monsieur Thierry AUZER, Directeur du Théâtre des Asphodèles

A titre posthume, Madame  Sylvie PENDARIAS, Conseillère du 3ème arrondissement

Les rencontres inattendues

J’ai assisté il y a quelques jours à une conférence de 151019_3_Les rencontres inattendues_AB_photoMichel Serres.

Ce fut une conférence passionnante, faite sans note, menée avec humour et parfois même espièglerie, sans que l’attention des auditeurs ne faiblisse d’un iota.

Elle avait pour thème l’innovation et interrogeait sur les raisons qui conduisent à inventer.

Prenant pour exemple Bousticot, l’inventeur du Bon Marché, Michel Serres nous a démontré que c’est en bifurquant, en sortant des sentiers battus, en réalisant des « traversées inédites » que de nombreux inventeurs ont trouvé … ce qu’ils ne cherchaient pas !

De la même façon, selon lui, les rencontres inattendues sont les plus riches, les plus porteuses de progrès car ce sont elles qui nous font relativiser et réfléchir, qui nous nourrissent car elles vont à l’encontre de nos croyances et de nos idées, qu’elles nous bousculent dans nos certitudes. A l’inverse, les rencontres habituelles nous apportent du prévisible, du connu et donc du rassurant, nous confortant dans nos croyances.

Prévisibles ou inattendues, je fais de nombreuses rencontres grâce à mon mandat d’élue. Il est vrai que les personnes les plus différentes de moi, de par nos cultures, ou nos parcours, sont celles qui me marquent le plus.

Et je crois que si je n’avais pas été élue, je n’aurais pas eu la chance de connaître toutes ces personnes tant nous vivons dans des cercles, familiaux, professionnels et amicaux restreints.

Pour permettre les rencontres inattendues et les échanges, il faut développer le vivre ensemble. C’est tout le sens que je donne à mon engagement d’élue : dans les écoles comme grâce aux associations, le vivre ensemble existe à Lyon et il nous faut le développer. Afin que chaque lyonnais ait la possibilité de s’enrichir par des rencontres inattendues.