Une rentrée scolaire et associative

📣 Une rentrée apaisée et positive 

Comme chaque année à Lyon, j’ai accompagné la rentrée scolaire et associative à dans les arrondissements qui composent ma circonscription Lyon 6, Lyon 8 et Lyon 3. 

Quel plaisir de tous se retrouver et de voir des équipes engagées et motivées ! 

💬 Retrouvez mon message en vidéo ⤵️

 

Conseil du 6e arrondissement du 14 septembre 2021 – Intervention sur l’apaisement des abords des écoles

photo_2021-09-17_17-35-02

Monsieur le maire du 6e arrondissement,

Mes chers collègues,

Cette délibération porte sur l’attribution d’un fonds de concours à la Métropole de Lyon dans le cadre de l’accompagnement à l’apaisement des écoles.

La piétonisation aux abords des écoles est une des actions les plus emblématiques et les plus médiatisées de ce début de mandat.

Sur le fond, il n’y a rien à dire. La sécurité de nos enfants est évidemment un objectif fondamental et l’aménagement des abords des écoles est un levier important pour y parvenir.

En revanche sur la mise en œuvre, le bilan est plus nuancé. Certaines rues ont été fermées de façon permanente, d’autres ne le sont qu’aux heures d’entrée et de sortie d’école, sans que l’on ne comprenne vraiment ce qui a présidé à ce choix.

En ce qui concerne la concertation, elle a été largement inexistante. Plusieurs directeurs d’école ont même découvert la piétonisation à l’occasion des travaux de pose des barrières, sans en avoir été informé au préalable !

Concernant les aménagements, ils sont de natures très variables. Souvent il s’agit d’un simple barriérage avec des blocs de bétons. Outre l’esthétique très discutable de ce genre d’aménagement (dont on ne sait s’il est temporaire ou pas), il ne permet souvent pas d’atteindre l’objectif visé. La piétonisation est parfois mise en œuvre sur une rue qui n’est pas celle sur laquelle donne la sortie d’école.

De plus, les haies et barrières en bois destinées auparavant à protéger les enfants de la route – car la sécurité des abords des écoles a fait l’objet de travaux de voirie importants sous les mandats précédents avec mise en place de panneaux école, de ralentisseurs, d’une signature végétale bordant l’école et protégeant de la rue – ces équipements donc sont toujours là et ils empêchent parents et enfants d’accéder et donc d’utiliser l’espace de la rue libérée des voitures. Il convient donc de repenser tout l’espace, de détruire les aménagements antérieurs pour faire autre chose. Aujourd’hui ce n’est pas le cas dans notre arrondissement.

Certaines rues ont cependant fait l’objet d’un réaménagement plus global, avec plus de succès. Cela démontre que piétonniser ce n’est pas seulement enlever les voitures, détourner les voitures, cela nécessite de repenser  complètement l’espace public.

Cela nécessite aussi de suivre les opérations dans le temps. Comme de veiller à l’état des barrières facilement et fréquemment vandalisées, quand elles ne sont pas contournées par des scooters ou mêmes des voitures. Plus étonnant je connais le cas d’une école de ma circonscription, dont les abords ont été sécurisés dès la rentrée 2020, mais où la barrière sensée fermer la rue aux heures d’entrée et de sortie d’école est restée ouverte le jour de la rentrée 2021 et durant toute la semaine qui a suivi, posant un vrai problème de sécurité. 

L’impression que tout cela donne est celle d’une opération menée à la va-vite et à l’économie, dans un objectif de communication et de politique du chiffre, mais sans vision d’ensemble, sans prise en compte des demandes/besoins des principaux intéressés et des riverains et sans les moyens nécessaires.

Je voterai cette délibération car je partage l’objectif d’apaisement des écoles, mais j’espère que la méthode va évoluer vers plus de concertation et plus de qualité pour les prochains établissements concernés.

Je vous remercie.

Conseil du 6e arrondissement du 14 septembre 2021 – Intervention sur la rentrée scolaire

photo_2021-09-09_17-Monsieur le maire du 6e arrondissement,

Mes chers collègues,

Je profite de cette délibération sur le PEDT, pour laquelle je voterai favorablement, pour dire quelques mots sur la rentrée scolaire comme j’ai coutume de le faire à chaque conseil de septembre.

Cette année encore, hélas, la rentrée s’est déroulée sous le signe du Covid. Pour autant, elle s’est bien passée, grâce à l’expérience et à l’anticipation. En effet un protocole sanitaire évolutif de 4 niveaux a été dévoilé dès le mois de juillet et le 22 août il a été annoncé que le niveau 2 serait appliqué pour la rentrée, de telle sorte que les équipes éducatives, les agents municipaux et les animateurs périscolaires ont pu se préparer.

Comme chaque année j’ai participé à cette rentrée scolaire dans plusieurs écoles de ma circonscription. Je suis notamment passée à l’horaire de sortie des classes à l’école élémentaire Racine dans le 6ème et je remercie M. Duvernois de m’avoir accompagnée. J’ai pu constater que l’ambiance y était calme et sereine, tant du côté des enseignants que du côté des parents.

En réalité à l’entrée des écoles en ce jour de rentrée, ce qui préoccupait les parents, ce n’était pas tant l’épidémie que la grève des agents municipaux, grève qui a particulièrement touché les cantines et dont je voudrais dire deux mots.

Vous le savez, ayant été adjointe d’arrondissement aux écoles, puis adjointe au Maire de Lyon à l’éducation, je connais bien ce sujet auquel j’ai été souvent confrontée. Adjointe, j’ai instauré l’accueil avec pique-nique pour diminuer l’impact des grèves sur les familles, et j’ai créé des selfs pour réduire la pénibilité du travail des agents des cantines. Députée, j’ai également travaillé à l’Assemblée nationale sur le sujet de ces grèves très pénalisantes pour les enfants et leurs parents. Je suis donc favorable à la disparition des grèves d’une heure, qui n’existent pas dans la fonction publique d’État. Mais je déplore la situation actuelle et cette nouvelle grève.

Car elle est symptomatique de l’échec d’une méthode, celle de l’équipe municipale. Depuis un peu plus d’un an maintenant, on nous parle en permanence de concertation et de démocratie participative. Mais dans les faits, cette concertation, on ne la voit pas. Sur ce dossier comme sur d’autres, l’exécutif tente de passer en force plutôt que de négocier. C’est ce qui explique ce front syndical uni, qui dénonce l’absence de dialogue social au sein de la Ville. Le fait que l’adjoint aux ressources humaines jette de l’huile sur le feu en parlant de « prise d’otages » n’arrange évidemment rien.

On ne gère pas une ville contre ses agents, pas plus qu’on ne gère une ville contre ses habitants ou contre ses acteurs. Ce nouvel épisode nous montre qu’il est temps que le Maire de Lyon et son équipe mettent enfin en œuvre ce fameux maître-mot de concertation qu’il avait promis durant la campagne électorale.

Si je suis favorable à l’avancée sur le temps de travail et les modalités de grève, j’insiste sur le fait que cela nécessite méthode, dialogue et respect. Ce qui semble manquer à la nouvelle équipe dans de trop nombreux domaines.

Je vous remercie.

Rapport sur les relations entre les parents et l’école présenté ce jour en Commission affaires culturelles et éducation

Ce matin, ma collègue Aurore Bergé, députée des Yvelines, et Béatrice Descamps, députée du Nord, nous ont présenté le rapport qu’elles ont réalisé sur les relations entre l’école et les parents. Ce travail de grande qualité m’a conduit à les questionner, à partir de mon expérience d’élue de terrain, sur le rôle des associations d’éducation populaire dans le lien avec les parents les plus éloignés de l’école ainsi que sur l’intérêt des conseils de vie périscolaire.

 

 

La réponse d’Aurore Bergé a été intéressante et constructive. Elle permet de mettre l’action lyonnaise en perspective, par rapport à d’autres situations à l’échelle nationale.