Début de l’examen en séance publique du PJL Principes Républicains

 

Retrouvez ci-dessous le texte et la vidéo de mon intervention à la tribune de l’hémicycle à l’Assemblée Nationale, dans le cadre de la discussion générale en séance publique sur le PJL visant à conforter le respect des principes de la République. Je suis Rapporteure thématique pour les dispositions relatives à l’éducation et aux sports.

 

Monsieur le Président, Madame et Messieurs les Ministres,

Monsieur le Président de la commission spéciale,

Monsieur le rapporteur général,

Mesdames et Messieurs les rapporteurs thématiques, Chers collègues,

Rapporteure des articles 21 à 25, sur l’éducation et le sport, je souhaite rappeler ici à quel point ces articles sont essentiels et pourquoi ils trouvent pleinement leur place dans ce projet de loi confortant le respect des principes de la République.

Conforter le respect des principes de la République c’est lutter contre les comportements qui visent à faire prévaloir d’autres normes que celles de la République, qu’ils se produisent dans les services publics, les associations, les cultes, mais également dans l’école et le sport. Et conforter le respect des principes de la République c’est d’abord, consolider leur apprentissage.

L’éducation se construit en premier lieu dans la famille. Puis l’école, comme le sport, ont tout leur rôle à jouer dans cet apprentissage de la citoyenneté.

****

Les articles 21 à 24 visent à mieux encadrer les modalités d’instruction autres que l’école publique. Notre objectif est de prémunir les enfants contre toute forme d’endoctrinement ou d’obscurantisme, et plus largement de garantir le respect de leurs droits notamment à l’éducation.

Si, dans la majorité des cas, l’instruction en famille, ou dans les établissements privés, se passe bien et peut constituer une réponse aux besoins particuliers de l’enfant, leur évolution doit nous alerter :

  • Le nombre d’enfants instruits en famille, en dehors du CNED réglementé, a augmenté de 3.000 en 2008 à plus de 45.000 aujourd’hui ;
  • Les inscriptions dans le privé hors contrat, quant à elles, ont été multipliées par 2 depuis 2012.

Ces évolutions récentes peuvent traduire une forme de séparatisme social, de rupture délibérée avec l’école de la République.

*****

Ce phénomène doit nous alerter. Car l’école est le creuset républicain par excellence ; qui permet aux enfants de se sociabiliser, leur ouvre l’accès à la mixité sociale, à l’égalité des chances et aux savoirs. Elle a aussi pour mission première de leur faire partager les valeurs et principes de la République.

Le confinement du printemps dernier, et la fermeture des écoles qui l’a, hélas, accompagné, a d’ailleurs permis à chacun de mesurer le rôle crucial de la scolarisation pour les enfants.

Enfin il ne faut pas nier les carences que nous observons parfois dans la qualité de l’instruction des enfants concernés, ainsi que dans le respect de leurs droits les plus fondamentaux et de leur intégrité physique et morale, comme en témoignent certaines dérives constatées.

Nous devons regarder cette réalité, dans sa diversité et sa complexité, avec responsabilité et courage, avec tout le respect bien sûr dû aux familles et enfants concernés mais dans le même temps, nous voulons agir avec la plus grande fermeté envers ceux qui contournent les règles de la République et bafouent les droits de l’enfant.

 

Question au Ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse

Lors des questions au Gouvernement du mardi 5 mai, j’ai interrogé le ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, sur la réouverture des écoles et le rôle des Maires.

Retrouvez la question en intégralité dans la vidéo ci-dessous et la réponse faite par le ministre ⤵️

« Merci Monsieur le Président.

Ma question s’adresse au Ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse.

Le 12 mai, nos enfants reprendront le chemin de l’école. Ce sera un moment fort dans la vie de ces élèves et un moment symbolique d’un déconfinement progressif, redonnant vie à nos territoires par l’ouverture d’un lieu primordial de notre société : l’école du quartier ou du village.

C’est surtout un moment essentielpour la continuité pédagogique des enfants qui vivent des confinements différents selon leur lieu d’habitation, selon l’accompagnement que chaque parent peut apporter. Il est nécessaire pour que le droit à la scolarité soit maintenu.

Dans nos territoires, ce sont bien les Maires et leurs adjoints à l’éducation qui sont à l’œuvre pour rouvrir des infrastructures dont ils ont la compétence.

Mais la politique d’opposition systématique a repris et des voix se font entendre pour ne pas rouvrir ces premiers lieux de savoir et de citoyenneté que sont les écoles publiques françaises.

En tant qu’élue locale, ancienne adjointe aux écoles, membre de la délégation aux collectivités territoriales, je trouve paradoxal d’entendre régulièrement des élus locaux demander plus de responsabilité, plus d’autonomie et de constater que le jour où ils ont l’occasion de le faire, ils en appellent à l’État.

Je veux m’adresser à eux : à l’heure où notre nation demande un discours clair et un travail en commun, soyez au rendez-vous ! Travaillez avec nous, avec vos services académiques pour laisser le choix aux parents de maintenir une instruction à domicile ou de re-scolariser leur enfant. Ce choix leur appartient.

Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Et je tiens à remercier tous les Maires, tous les élus et services qui travaillent à cette réouverture en respectant le protocole sanitaire fourni par l’Éducation Nationale, en achetant les protections nécessaires aux agents, en préparant les salles de classe, en recensant avec les directeurs d’école les capacités d’accueil et les choix des familles pour préparer au mieux cette reprise.

Pour réussir ensemble ce retour à l’école, il faut que chacun, enseignant comme élu, travaille en confiance, en souplesse et sorte des schémas habituels parfois bien rigides. Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous dire comment vos services soutiennent toutes les bonnes volontés des acteurs de terrain ?

Merci. »

Mission Flash Déscolarisation : Synthèse

Voici le synthèse des travaux que nous avons conduit dans le cadre de la mission parlementaire sur la déscolarisation.

Synthèse mission flash déscolarisation1_4

Synthèse mission flash déscolarisation2_4

Synthèse mission flash déscolarisation3_4

Synthèse mission flash déscolarisation4_4

Vous trouverez l’intégralité des travaux ici : Communication mission flash déscolarisation

Communiqué de Presse au sujet de la Mission Flash Déscolarisation

Aujourd’hui j’ai présenté le travail effectué durant la mission Flash Déscolarisation lors de la Commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale. Vous trouverez-ci-dessous le Communiqué de Presse qui a été transmis.

Commission des Affaires culturelles et de l'éducation © droits réservés
© droits réservés

Le 23 mai dernier, George Pau-Langevin du groupe Nouvelle Gauche et Anne Brugnera du groupe La République En Marche ont été désignées rapporteures de la mission « Flash Déscolarisation ».

La mission « Flash Déscolarisation » permet de retenir des propositions concrètes et utiles pour le travail de la commission des Affaires Culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale. Ces travaux contribueront à la réflexion de la future loi sur l’instruction obligatoire à partir de 3 ans.

Après les auditions d’une trentaine d’acteurs différents (collectivités, associations, services de l’Etat, syndicats, fédérations,…) et l’étude des contributions écrites reçues pendant le mois et demi imparti à cette mission flash, des préconisations ont été présentées ce matin en Commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale.

© droits réservés
© droits réservés

Cette mission a permis de tracer de véritables pistes afin d’améliorer la connaissance et le suivi de la déscolarisation. Nouveaux outils, harmonisation des contrôles, commission de suivi, pistes pour un lien entre familles réalisant l’instruction à domicile et école, sont déclinés en 23 préconisations.

Afin de s’assurer que chaque enfant puisse voir son droit à l’instruction respecté en France, trois modes d’instruction existent en France :

  1. la scolarisation classique (publique ou sous contrat avec l’Etat),
  2. la scolarisation hors contrat,
  3. l’instruction à domicile.

La mission s’est concentrée sur la capacité de la puissance publique à s’assurer que chaque enfant en âge d’être scolarisé puisse avoir accès à l’un des modes d’instruction. Et dans le cas d’un choix porté sur l’instruction à domicile, qu’elle puisse assurer que les conditions de suivi proposées à l’enfant et sa famille sont adaptées aux besoins actuels.

Lors du travail de la mission, il est apparu que le contrôle de la mise en œuvre du droit à l’instruction pour chaque enfant en âge d’être scolarisé n’est pas effectif.

En effet, les Maires, chargés de cette mise en œuvre en tant qu’agents de l’État, n’ont pas les outils nécessaires à la réalisation d’un recensement fiable des enfants en âge scolaire dans leur commune. La France ne met pas en œuvre de registres municipaux de suivi de la population et cet outil fait réellement défaut avec une population devenue plus mobile. Il est possible d’en compenser l’absence par une évolution des méthodes de recensement scolaire qui intègrerait la nouvelle mobilité des familles françaises.

La mission a en particulier retenu deux propositions précises pour remédier à ce manque :

La création d’un INE (Identifiant National Étudiant) unique, national, pour tout enfant en âge scolaire serait un progrès. Suivi correctement, il permettrait à l’État et aux Maires de gérer les parcours des enfants et de se concentrer sur le recensement des enfants entrant dans l’âge scolaire.

La création d’une commission territoriale ad-hoc rassemblant Maires et services déconcentrés de l’État permettrait de formaliser la coopération de tous afin d’aider les Maires dans la mise en œuvre du contrôle de l’obligation d’instruction. En effet, plusieurs institutions publiques disposent de bases de données qui permettraient aux Maires de remplir plus efficacement leur mission. Le partage de ces bases de données devrait être systématique.

D’autres préconisations retenues dans le cadre de cette mission flash déscolarisation ont pour but d’adapter l’instruction à domicile aux réalités de notre société.

Il est nécessaire de pallier au fossé qui s’est installé entre l’instruction à domicile et la scolarisation classique et de sortir des logiques binaires en proposant des sas voire des partenariats pour accompagner les familles et les enfants.

L’instruction à domicile révèle quelque chose du rapport entre notre société et l’école. Elle atteste d’un rôle revendiqué des parents dans l’instruction de leurs enfants et interroge les méthodes pédagogiques avec une attente de modernité et d’inclusion adaptée de chaque enfant.

Travailler avec les acteurs de l’instruction à domicile c’est travailler à l’école de la confiance et cela passe par des évolutions tant dans les pratiques pédagogiques que dans la place que l’école accorde aux parents.

Néanmoins, il faut se garder de tout angélisme. Il existe des situations où l’instruction à domicile est détournée de son objet pour, en réalité, échapper à l’obligation républicaine d’instruction. Ces situations sont marginales mais elles existent. Il est nécessaire d’améliorer l’effectivité et la qualité du suivi des enfants en instruction à domicile afin de détecter ces abus. C’est dans cette perspective, que la méthodologie des enquêtes des Maires et les contrôles de l’Education nationale doivent être précisés et mieux articulés.

Mon intervention au sujet du conventionnement d’Ebulliscience lors du Conseil Municipal du 2 juillet

 

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

 

Je suis heureuse d’intervenir au sujet de cette délibération qui incarne la lutte pragmatique, efficace contre les inégalités sociales et pour l’accès à la connaissance.

 

Tout a commencé avec une expérimentation développée par Ebulliscience, avec notre soutien, car notre majorité, progressiste, ne croyait pas en la fatalité de l’échec en mathématiques et dans les matières scientifiques.

 

Ebulliscience c’est un mouvement associatif, avec des bénévoles et des professionnels, un mouvement d’éducation populaire, qui, dans la lignée de l’action lancée par feu Georges Charpak, Prix Nobel de physique, construit depuis 20 ans un nouvel accès à l’apprentissage des sciences par la main à la pâte, par le faire, par des projets concrets qui parlent aux enfants.

 

Ebulliscience est un acteur complémentaire de l’école qui organise également des centres aérés éducatifs sur les sciences pendant les vacances et les jours de semaine non scolaires ainsi que nos classes sciences dans l’école Olympe de Gouge.

 

S’il y a un goût des mathématiques, il n’y a pas, au sens propre du terme, une bosse des mathématiques que l’on aurait ou que l’on aurait pas.

 

Et ce goût des mathématiques et des sciences est la base d’un bon apprentissage. Et c’est pour cette raison que nous souhaitons le voir se développer partout, t également dans nos quartiers et à Mermoz Lyon 8ème.

 

La grande force d’Ebulliscience, c’est l’humilité et la générosité des scientifiques qui s’y engagent. C’est humblement qu’ils savent que leur goût des sciences n’est pas une qualité supérieure qui les dinguerait des autres. C’est généreusement qu’ils consacrent du temps et renoncent à une carrière professionnelle plus rémunératrice pour travailler des voies alternatives au développement du goût pour les mathématiques et les sciences chez nos enfants.

 

Cette innovation nous l’avons soutenue et accompagnée.

 

A chaque évaluation, l’intérêt se confirmait et en même temps la méthode s’améliorait.

 

La valeur de ce trésor pédagogique est d’ailleurs reconnue à l’échelle nationale. A ses côtés, avec mon collègue Franck Lévy, pendant qu’il en faisant la découverte il y a quelques semaines à l’école Pasteur, je peux vous dire tout l’intérêt porté par mon collègue Député Cédric Villani en charge du rapport national sur l’enseignement des mathématiques, à notre travail commun avec Ebulliscience.

 

Cette délibération consolide et amplifie l’intervention d’Ebulliscience, c’est une bonne nouvelle pour tous les enfants de Lyon.

 

Mais surtout cette délibération annonce la démultiplication de cette réussite grâce à son adossement à notre périscolaire. La synergie entre ce projet réussi, reconnu et la sensibilisation de nos animateurs périscolaires va ouvrir des voies prometteuses pour les petits lyonnais.

 

Cette délibération fait le pari de l’intelligence des acteurs professionnels et associatifs lyonnais : je sais qu’ils seront au rendez-vous et j’en suis heureuse car nous allons ainsi faire bouger un des points de blocages des apprentissages scolaires.

 

Cette délibération c’est la promesse réaliste d’enfants qui réussiront mieux scolairement et auront accès au formidable champ culturel des sciences, c’est une chance pour leur avenir et nous nous en félicitons.

Je vous remercie.

Pour une école bienveillante et responsable qui garantisse l’épanouissement et la réussite de tous et de chacun.

Comme j’ai pu l’expliquer dans mes précédents billets, je soutiens la candidature d’Emmanuel Macron pour son projet progressiste, pragmatique et rassembleur.

Et parmi tous les thèmes de son programme, je me retrouve bien évidemment dans son projet pour l’éducation.

© droits réservés
© droits réservés

L’école est soumise depuis trop longtemps à des réformes idéologiques qui se succèdent, qui font et défont sans même avoir évalué, trop rapidement et trop souvent sans s’attaquer à la réalité des faits. Et le constat aujourd’hui est amer : les inégalités se creusent à l’école, et encore plus dans les quartiers prioritaires.

L’école ne doit plus être l’otage de l’alternance gauche-droite. Elle doit faire l’objet d’un engagement sans faille, pragmatique et consensuel pour la réussite de chaque enfant.

(suite…)

Retour sur la grève dans les cantines scolaires de Lyon le 11 avril dernier

Le dialogue social ne suffit pas toujours.

© droits réservés
© droits réservés

Ainsi mardi dernier, nos cantines ont connu un mouvement de grève très suivi. Je le déplore et je consacre toute mon énergie à éviter que ce type de situation ne se produise.

La moitié des restaurants scolaires étaient fermés, l’autre moitié des restaurants étaient soit ouverts normalement, soit ouverts pour un accueil avec pique-nique.

Je sais ce qu’une grève des cantines engendre en difficultés familiales et professionnelles ainsi qu’en stress pour les familles, mais aussi pour les agents non-grévistes.

(suite…)

Première inscription scolaire : Bienvenue en Maternelle

« Bienvenue en Maternelle » ce sont des temps d’informations et d’échanges destinés aux parents qui inscrivent leur enfant en maternelle. Ils se déroulent dans chaque arrondissement. Mardi soir, j’ai pu participer à la réunion  au Chateau Sans Souci où plus de 100 parents étaient présents. Je partage avec vous l’intervention que j’ai faite ce soir là.

Je suis heureuse de vous accueillir ce soir dans le cadre de cette réunion d’information « Bienvenue en maternelle ».

© droits réservés
© droits réservés

En tant qu’adjointe centrale, adjointe au Maire de Lyon, j’ai souhaité l’an passé que dans chaque arrondissement soit organisé, au printemps, un temps d’information et d’échanges avec les parents qui s’apprêtent à inscrire, pour la 1ère fois, leur enfant à l’école.

Il s’agit donc cette année de la 2ème édition de « Bienvenue en maternelle », un évènement pour les familles qui se décline, grâce aux adjoints d’arrondissement, dans les 9 arrondissements à travers  13 réunions publiques (2 dans le 7ème et 4 dans le 8ème). Merci aux élus du 3ème, mes collègues, pour l’avoir organisé ce soir ici.

(suite…)

Voeux aux représentants des parents d’élèves de Lyon

Comme l’année dernière, j’ai voulu organiser une cérémonie des vœux aux représentants des parents d’élèves des écoles publiques de Lyon.

© droits réservés
© droits réservés

Voici quelques extraits de l’allocution que j’ai prononcée à cette occasion.

(suite…)

Des bâtiments aux services des enfants

Les travaux dans les écoles constituent un enjeu important en terme de qualité de vie pour les enfants et la communauté éducative. Ils favorisent aussi le vivre ensemble d’une école.

Si nous devons  nous appuyer sur une approche technique solide comme celle que les services de l’éducation et de la construction de la Ville de Lyon nous apportent, l’information et l’échange avec les parents et les équipes pédagogiques sont primordiaux

© droits réservés
© droits réservés

Il faut bien sur informer. Expliquer le projet en détail, répondre aux questions. Permettre à la communauté éducative d’être partie prenante dans ces travaux nécessite de prendre le temps d’une information approfondie à chaque étape clef du projet. Nos chantiers se font le plus possible en école inoccupée et donc pendant les vacances scolaires. Mais les chantiers d’envergure comme les rénovations lourdes, les extensions d’école, les créations de self impliquent parfois des durées plus longues. L’information et la concertation sont encore plus précieuses quand il s’agit de coordonner au mieux, pour les enfants, le déroulement d’un chantier et la vie d’une école.

(suite…)