Six mois après l’élection d’Emmanuel Macron

Le 8 mai 2017, au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron j’écrivais ces mots sur ce blog :

© droits réservés
© droits réservés

« La première responsabilité d’Emmanuel Macron est de réunir les français, de les réconcilier. Le défi est grand et notre Président en est extrêmement conscient. Il l’a dit hier soir : « Ce n’est qu’une étape. En réalité, tout commence. Nous avons été entendus, mais nous devons maintenant prouver, obtenir des résultats et transformer notre pays. »

Pour rassembler, il n’y a qu’un moyen : agir. La politique de l’action est celle qui montre ses résultats et convainc les électeurs. Il faut faire ce que l’on dit et dire ce que l’on fait. »

Aujourd’hui, 6 mois après cette formidable élection, confirmée lors des élections législatives, et forte de mon expérience à l’Assemblée nationale, je voulais évoquer cette étape et montrer que la transformation est en marche.

Les engagements sont tenus, nous faisons ce que nous avons dit. De par la loi : réforme par ordonnances du marché du travail, loi pour rétablir la confiance dans l’action publique, adoption de la loi renforçant la Sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme permettant la levée de l’état d’urgence au 1er novembre. Mais aussi de par des mises en œuvre ministérielles : dédoublement des CP en REP+, déploiement de devoirs faits pour ce que je suis de plus près.

Plus que de simples réformes, c’est un projet de transformation en profondeur de notre pays qui est conduit, pour le renouvellement de notre vie politique, la rénovation de notre modèle social et l’invention d’un nouveau modèle de croissance fondé sur l’innovation, les compétences et l’accélération des transitions écologiques et numériques.

L’action du Président et du gouvernement vise à libérer les énergies et les initiatives, tout en protégeant les Français, et notamment les plus fragiles d’entre eux. Encourager l’investissement productif, la création d’entreprise, l’engagement individuel et collectif, mais aussi faire en sorte que le travail paie, rendre du pouvoir d’achat aux Français, inventer les nouvelles protections dont les actifs ont besoin, et garantir à tous un égal accès à l’éducation, à la formation, aux soins.

Enfin c’est une action qui ne fait que commencer et qui va se poursuivre dans les semaines et mois à venir, avec un calendrier d’ores et déjà connu : réformes de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance-chômage ; projet de loi sur l’orientation et la réussite des étudiants ; lancement de la réforme du bac ; refonte de la politique du logement ; réforme du droit d’asile ; loi de programmation militaire ; réforme de la justice ; projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles, parce que l’égalité entre les femmes et les hommes est la grande cause de ce quinquennat.

Je suis heureuse de participer à ce travail et surtout à la concrétisation des promesses faites aux Français.

 

Voici quelques exemples des actions engagées depuis 6 mois, et pour les mois à venir.

Libérer le travail et protéger les actifs

FAIT – Réforme du code du travail.

ENGAGÉ – Réformes de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance-chômage

ENGAGÉ (PLFSS 2018) – Baisse de cotisations sociales pour les actifs en contrepartie d’une hausse de la CSG

ENGAGÉ (PLF 2018) – Revalorisation de 20 €/mois de la prime d’activité dès 2018, et de 80 €/mois à la fin du quinquennat.

ENGAGÉ Programme en faveur des travailleurs indépendants

Encourager l’investissement et l’innovation pour transformer notre économie

ENGAGÉ (PLF 2018) – Grand plan d’investissement de 57 Mds € pour accélérer la transition écologique, développer la formation professionnelle, encourager l’innovation et accélérer la transformation numérique de l’action publique

ENGAGÉ (PLF 2018) – Allègement de la fiscalité des entreprises et de la fiscalité du capital pour encourager l’investissement productif.

ENGAGÉ (PLF 2018) – Maintien des dispositifs de soutien à la recherche, en particulier du crédit d’impôt recherche et création d’un fonds pour l’innovation de rupture.

Assurer la sécurité des Français

FAIT – Loi renforçant la Sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme promulguée le 30 octobre.

FAIT – Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT) directement sous l’autorité du Président de la République depuis juin dernier.

FAIT – Réorganisation des modalités de déploiement du dispositif Sentinelle

ENGAGÉ (PLF 2018) – Renforcer notre effort de Défense, avec une augmentation inédite du budget des Armées sur tout le quinquennat. +1,8 Mds € en 2018 puis +1,7 Mds €/an jusqu’en 2022.

ENGAGÉ – Création de la Police de sécurité du quotidien pour mieux répondre aux besoins et attentes des citoyens.

ENGAGÉ – Combattre les violences sexistes et sexuelles et faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes.

Favoriser la réussite scolaire et étudiante pour tous

FAIT – Dédoublement de 2 500 classes de CP en réseaux d’éducation prioritaires renforcés (REP+). Mise en place du dispositif « Devoirs faits » au collège à la Toussaint afin d’améliorer la synergie entre les temps de classe et les devoirs, et accompagner les élèves dans leur réussite scolaire.

 FAIT – Liberté donnée aux acteurs dès cette rentrée pour organiser les rythmes scolaires afin de mieux prendre en compte la diversité des situations locales.

 FAIT – Assouplissement de la réforme du collège à la rentrée 2017 donnant davantage de liberté et d’autonomie aux établissements et aux équipes pédagogiques

 ENGAGÉ – Plan étudiants (présenté le 30 octobre) pour favoriser la réussite de tous les étudiants à tous les niveaux : amélioration de l’orientation des futurs bacheliers dès le lycée, suppression du tirage au sort et nouvelle plateforme remplaçant APB, création de parcours sur-mesure avec une licence modulable, mise en place du « contrat de réussite pédagogique » et amélioration des conditions de vie des étudiants avec 100 M € de pouvoir d’achat qui leur seront rendus dès 2018. Près d’1 Mds € sera consacré à ce plan sur l’ensemble du quinquennat.

Améliorer le quotidien des Français

ENGAGÉ (PLF 2018) – Suppression progressive de la taxe d’habitation pour 80 % des Français.

ENGAGÉ – Refonte de la politique du Logement, pour mieux répondre aux besoins des Français.

ENGAGÉ – Plan d’accès aux soins, pour lutter contre les inégalités territoriales de santé.

ENGAGÉ (PLFSS 2018) – Hausse du prix du tabac, un impératif de santé publique.

ENGAGÉ (PLFSS 2018) – Extension de la vaccination obligatoire.

ENGAGÉ – Redonner la priorité aux mobilités du quotidien. « Assises de la mobilité » lancées le 19 septembre. Objectif : une loi d’orientation au premier semestre 2018.

ENGAGÉ – Couverture intégrale du territoire en haut et très haut débit d’ici 2022.

ENGAGÉ – États généraux de l’alimentation,

Protéger les plus fragiles

ENGAGÉ (PLFSS 2018) – Revalorisation du minimum vieillesse de 100 €/mois d’ici 2020.

ENGAGÉ (PLF 2018) – Revalorisation de l’Allocation Adulte handicapé (AAH).

ENGAGÉ (PLFSS 2018) – Soutien aux familles modestes.

ENGAGÉ – Plan « Logement d’abord », pour ceux qui ont besoin d’un toit en urgence.

ENGAGÉ – Stratégie de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes.

Redonner confiance dans nos institutions

FAIT – Loi ordinaire et loi organique pour la confiance dans la vie politique adoptées les 3 et 9 août.

ENGAGÉ – Réforme de la justice, à travers 5 chantiers

 Lutter contre le changement climatique

FAIT – Plateforme en ligne Make our planet great again lancée le 8 juin

ENGAGÉ – Plan Climat (lancé le 6 juillet) pour accélérer l’application opérationnelle de l’Accord de Paris et même dépasser les objectifs initiaux que la France s’est fixés.

Porter une ambition nouvelle pour l’Europe

ENGAGÉ – Accord européen sur la révision de la directive sur les travailleurs détachés

ENGAGÉ – Initiative pour l’Europe : des propositions concrètes pour donner une nouvelle ambition et une véritable vision pour l’Europe à l’horizon 2024.

Faire face au défi migratoire et accueillir plus dignement les réfugiés

ENGAGÉ – L’Alliance pour le Sahel lancée par la France

ENGAGÉ – Plan d’action pour mieux maîtriser les flux migratoires et garantir le droit d’asile. Un projet de loi sera présenté début 2018.

Une action publique mieux maîtrisée et plus efficace

FAIT – Mise en place d’une Conférence nationale des territoires, pour permettre un dialogue France et constructif entre l’Etat et les collectivités territoriales.

FAIT – Réduction des effectifs des cabinets ministériels

ENGAGÉ (PLF 2018) – Maîtrise de la dépense publique, réduction du déficit public et baisse des prélèvements obligatoires.

ENGAGÉ – Assises des Outre-mer, qui actent une nouvelle relation entre la métropole et ses Outre-mer

ENGAGÉ – Transformation de l’action publique. Trois objectifs : améliorer la qualité du service public pour les usagers ; améliorer les conditions de travail pour les agents ; optimiser la dépense publique pour les contribuables.

La loi renforçant la Sécurité Intérieure et la Lutte contre le Terrorisme est entrée en vigueur ce mercredi 1er novembre, jour où notre pays est sorti de l’état d’urgence.

A l’issue de la signature de la loi par le Président de la République, Gérard Collomb, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, s’est réjoui que « l’entrée en vigueur de ce texte majeur, puisse permettre, dès le 1er novembre, la sortie de l’état d’urgence tout en donnant aux forces de sécurité intérieure les moyens de lutter contre une menace terroriste toujours aussi prégnante ».

La France représente, nous le savons, une cible particulière pour les terroristes. Elle est visée à cause des valeurs qu’elle porte. Les attentats la frappent régulièrement depuis 2012. Il a donc fallu adapter notre législation à la menace terroriste et au nouveau contexte qu’elle provoque.

L‘état d’urgence a été déclaré à la suite des attentats ayant frappé Paris le 13 novembre 2015. Sa prorogation a ensuite été l’objet de différentes lois, elle aura au total duré 2 ans. La loi du 11 juillet 2017, la première loi que j’ai eu à voter en tant que Députée, l’a prorogé une dernière fois jusqu’au 1er novembre 2017. Le gouvernement a construit cette nouvelle loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme durent ces derniers mois d’état d’urgence, avec l’expérience des mois sous état d’urgence.

Car, si la menace terroriste caractérisant le péril imminent a justifié la déclaration initiale et les prorogations de l’état d’urgence, l’efficacité de la protection des citoyens ne peut reposer à long et moyen terme sur le recours à ces mesures de circonstances exceptionnelles. Avec cette loi, le droit commun dispose désormais de moyens efficaces pour lutter contre le terrorisme, pour améliorer la surveillance et déjouer des attentats.

L’enjeu de l’examen de ce texte a été de veiller à ce que les dispositions votées opèrent une conciliation équilibrée entre la prévention des atteintes à l’ordre public d’une part, et le respect des droits et libertés reconnus par la Constitution d’autre part.

La loi n’a adapté que les mesures les plus efficaces de l’état d’urgence au droit commun, avec des conditions d’application plus restrictives et encadrées et uniquement pour la lutte contre le terrorisme. Ceci va bien dans le sens de la conciliation entre sécurité et respect des libertés individuelles.

Cette recherche d’équilibre s’est faite dans un contexte où les extrêmes, à droite comme à gauche, ont tour à tour cherché à durcir les dispositions, en perdant souvent de vue la nécessaire protection des libertés individuelles, ou à en atténuer la portée, jusqu’à vider le texte de toute opérationnalité. Ainsi, entre le procès en laxisme et celui en déni des libertés publiques, les députés ont su adopter un texte responsable et équilibré. 

Pour préserver cet équilibre, la loi contient notamment 4 mesures phares :

  • la création par les préfets de périmètres de protection en cas de grands rassemblements sportifs, culturels… ;
  • la fermeture des lieux de culte lorsque « des propos, des écrits, des activités, des idées ou des théories » incitant ou faisant l’apologie du terrorisme s’y tiennent ;
  • la possibilité pour l’autorité administrative de mettre en place des contrôles administratifs et des mesures de surveillance individuelle, moins contraignantes que l’assignation à résidence, mais suffisantes pour assurer un contrôle efficace ;
  • la possibilité pour les préfets d’ordonner, seulement après autorisation du juge de la liberté et des détentions, la visite de tout lieu dont il existe des raisons sérieuses de penser qu’il est fréquenté par une personne qui représente une menace terroriste ou est en relation avec des personnes qui représentent une menace terroriste.

En signant la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, le Président de la République a confirmé son engagement de campagne de lever rapidement l’état d’urgence tout en garantissant pleinement la sécurité de nos concitoyens.

Avant l’ouverture de la XVe législature…

© droits réservés
© droits réservés

La semaine passée a été consacrée à l’accueil des députés avant l’ouverture de la XVe législature.

Je me suis ainsi rendue à l’Assemblée nationale pour procéder aux formalités d’usage et obtenir les premiers outils de travail nécessaires.

J’ai bien évidemment ressenti beaucoup d’émotions à l’occasion de ce premier déplacement à l’Assemblée en tant que députée.

Je suis bien sûr portée par la joie et l’énergie de celles et ceux qui m’ont accompagnée durant ma campagne, ainsi que par la confiance de celles et ceux qui m’ont élue, dont quelques-uns croisés dans le train ou sur le quai de la gare et qui viennent me saluer et m’encourager.

J’ai conscience aussi de l’attente de mes concitoyens. Je sais que les défis sont nombreux et qu’il nous faut agir vite.

(suite…)

Communiqué de presse après le second tour des élections législatives

 Lyon, le 18 juin 2017

© droits réservés
© droits réservés

Je remercie les 20100 lyonnaises et lyonnais qui m’ont accordé leur soutien et qui m’ont élue ce soir députée de la 4ème circonscription du Rhône.

Je suis consciente de la confiance qu’ils me portent.

Je mesure la responsabilité qui est maintenant la mienne.

J’adresse un salut républicain à l’ensemble de mes concurrents et à Dominique Nachury.

Je remercie mon suppléant Nicolas de Barjac, mon équipe de campagne et toutes les militant.e.s de La République En Marche qui se sont mobilisés sans relâche pendant des semaines sur le terrain.

Il y a dans notre pays une attente. Toutes nos forces seront dès demain consacrées à la réussite de la France. Seuls l’action et les résultats permettront de remettre notre société en marche. C’est la clef pour retrouver la confiance et l’engagement citoyen.

Pour ma part, je vais rapidement me rendre à l’Assemblée Nationale enfin renouvelée et féminisée pour me mettre au travail au service des lyonnais le plus vite possible.

Nous avons un immense défi à relever et je sais qu’avec Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Gérard Collomb nous y arriverons.

Dès demain nous allons travailler pour que l’espoir qui s’est levé avec l’élection d’Emmanuel Macron devienne une réalité dans la vie quotidienne des Français.

 

La parole à : Xavier Hernandez – Président de la MJC Montchat Lyon 3ème

© droits réservés
© droits réservés

J’ai 39 ans et je suis père de deux enfants pour lesquels je souhaite être véritablement acteur dans la construction de leur future société. Après avoir été dix ans enseignant d’EPS dans le milieu du handicap, je suis depuis 3 ans responsable de la politique éducative ainsi que de la stratégie marketing des moins de 25 ans au sein d’une organisation nationale de jeunesse. Par ailleurs, depuis l’âge de 14 ans, j’ai toujours été impliqué et engagé dans mes lieux de vie successifs. A ce jour je suis très investi dans le mouvement des MJC lyonnais et plus particulièrement à la Présidence d’une MJC du 3e arrondissement de Lyon.

Je suis convaincu que l’éducation et la logique de marché ne s’opposent pas et sont véritablement complémentaires. En effet, il s’agit de répondre non seulement aux besoins mais aussi aux attentes de la jeunesse et par conséquent, de nos futurs citoyens. C’est ce qui guide ma politique locale de par mes engagements, mais aussi plus nationale grâce à mon métier.

(suite…)

La parole à : Léocadie Mireille MPindy – En Marche

© droits réservés
© droits réservés

Déléguée médicale de formation active dans la région Rhône-Alpes et présidente de l’Association « Les Mains de l’Espoir », qui œuvre pour la scolarisation et l’insertion professionnelle des jeunes filles mères au Congo Brazzaville, je me suis mise en marche en janvier 2017 pour soutenir le président Emmanuel Macron et aujourd’hui, je soutiens activement Anne Brugnera, candidate aux législatives pour la République en Marche.

Pourquoi ce choix ? D’abord une suite logique par rapport à l’élection présidentielle, ensuite tout simplement parce qu’Anne est de ces femmes qui ont compris que notre chère République a besoin de changement pour redéfinir et retrouver cette confiance que nous français, avons perdu en cette France si douce et si forte en même temps, si équitable, si Républicaine.

Il faut noter qu’une Nation est composée d’hommes et de femmes. L’efficience de la gestion des affaires publiques, privées ou encore celles de l’Etat par les femmes est aujourd’hui, un gage et une valeur d’avenir.

Pourquoi je le dis ? Parce qu’Anne en tant que mère, privilégie une vision d’intérêt général. Mais aussi, elle a eu à mener des actions, poser des actes en tant qu’adjointe au maire de Lyon en s’inscrivant dans une démarche citoyenne, républicaine pour l’intérêt général, au détriment de toute logique partisane.  Elle incarne donc ces valeurs, celles d’une France forte. Il y a dans le programme d’En Marche, un vivier de solutions pour redynamiser notre économie dans une Europe unie, dans une France où la justice et la cohésion sociale sont pour tous et où l’Espoir certain en l’avenir existe pour chacun des Français…

Anne Brugnera, cette femme et mère aux allures de leader m’a séduite car elle s’inscrit dans cette vision pragmatique, progressiste et réformiste comme l’est la vision et le programme du nouveau Président de notre chère France. Candidate dans la 4ème circonscription de notre belle ville lyonnaise, Anne est certainement cette femme avec laquelle notre hémicycle devra compter dans un avenir très proche car elle a déjà prouvé auprès des hommes qu’elle est une femme et partenaire sur laquelle on doit désormais compter.

En tant que députée lyonnaise, je ne doute pas un seul instant qu’elle défendra au mieux les droits des français et votera les lois qui changeront leur quotidien.

La parole à : Mélanie Ruty – En Marche

© droits réservés
© droits réservés

Je m’appelle Mélanie Ruty, j’ai 47 ans, je suis mariée, maman d’une fille de 18 ans (… qui passe son bac cette année) et directeur marketing dans une PME de la région.

J’ai su dès le 2ème tour de la primaire de la droite que j’allais voter Emmanuel Macron à la présidentielle. Ensuite la campagne présidentielle m’a enthousiasmée et surtout m’a alertée sur le fait qu’il n’était pas possible de laisser la politique… aux autres, et qu’il fallait s’impliquer, donner de soi.

J’ai rencontré Anne Brugnera à la réunion qui a suivi l’annonce de sa candidature et j’ai été bluffée par sa capacité à rassembler, clarifier, et organiser.

Rassembler toute une équipe si hétéroclite avec des jeunes et des moins jeunes, des hommes et des femmes, des marcheurs issus de la gauche et de la droite, des élus et des acteurs privés… en les connaissant tou(te)s par leur prénom et en animant tout ce petit monde avec générosité pour créer une équipe soudée.

Clarifier un engagement qui a pu être dénigré par ses adversaires et qui, pour moi, après plusieurs semaines de campagne, est une évidence. Pourquoi le mouvement En Marche n’a-t-il pas existé plus tôt ? Anne y aurait déjà pris sa place depuis longtemps (et moi avec) !

Organiser une campagne de terrain toujours positive, toujours respectueuse sur l’ensemble de la circonscription, connaissant chaque recoin, chaque square, chaque école, chaque maison de retraite.

Je suis fière de participer modestement à cette équipe de la #circo6904. Je suis admirative de la capacité de travail de Anne et même un peu…  jalouse : comment fait-elle pour être maman, avoir continué à exercer son métier d’ingénieur  à mi-temps et remplir ses fonctions d’adjoint à la vie scolaire ?

Avec de telles capacités, je suis sûre que Anne saura être une députée efficace, assidue et soucieuse de travailler au succès du projet d’Emmanuel Macron  pour la France.

En marche… pour une société plus juste par Bernard Devert

Dans ces derniers moments de campagne je veux remettre à l’ordre du jour les raisons profondes de mon engagement : le moteur de mon adhésion au projet d’Emmanuel Macron, d’en marche. Nous avons, ensemble, les clefs pour déverrouiller notre société bloquée depuis 20 ans. Si nous nous rassemblons sur un projet qui lie de façon équilibrée liberté et protection, la mise en marche de notre pays doit permettre de réconcilier. Réconcilier c’est apporter une réponse concrète et durable aux causes des colères qui menacent notre cohésion sociale. Je remercie Bernard Devert de me laisser publier à nouveau cette tribune qu’il avait rédigé à la veille du 2e tour des élections présidentielles et qui a si clairement rappelé notre devoir, notre responsabilité.

Le contexte de ces élections législatives est certes différent dans la 4e circonscription, mais, si je suis élue dimanche, je garderai cette tribune en tête durant tout mon mandat pour ne pas oublier le contexte de ces élections présidentielles.

Publiée le 2 mai 2017

La campagne, trop longue en raison notamment des primaires, s’achève dans l’essoufflement et l’inquiétude ; elle aurait pu s’apparenter à « un hôpital de campagne » pour mieux diagnostiquer les lèpres de notre société et s’attacher à les guérir.

Nombre de nos concitoyens, blessés par la vie, ont le sentiment d’être oubliés. Il en résulte une désespérance aggravant le mal, d’où la tentation de se tourner vers des extrêmes.

Cette campagne a brisé les partis de Gouvernement au pouvoir depuis des décennies. D’une certaine façon, ‘l’effet Trump’ s’est propagé.

Le politique est plus habile à utiliser le ‘bistouri’ des mots qui touchent l’adversaire que d’opérer les transformations qui s’imposent. Le corps social enfiévré perd ses repères et s’interroge sur la capacité des édiles à faire changer, mais alors quelle est leur mission ?

Le repli sur soi est proposé comme un traitement. Quelle erreur que de ne pas comprendre que ce qui est fermé toujours fermente, d’où ces replis amers et défaits par les plis de l’amertume pour avoir perdu le sens de l’autre, conduisant sur les chemins de l’espoir.

Il nous faut nous mettre en marche.

(suite…)

La parole à : Michel Le Faou – Adjoint au Maire de Lyon délégué à l’aménagement, l’urbanisme, l’habitat le logement et la politique de la ville

© droits réservés
© droits réservés

Je connais Anne Brugnera depuis 2008, date de son entrée au Conseil Municipal de Lyon. Anne est issue de la société civile, Ingénieur  Agronome de formation, elle est proche du terrain et des réalités concrètes de la vie quotidienne de nos concitoyens. Redoutablement organisée, elle a su mener de front sa vie professionnelle, ses mandats d’élus et sa vie de famille.

Avec  Anne, nous travaillons en étroite collaboration depuis 2014 pour faire en sorte que le développement urbain de la Ville de Lyon s’accompagne du développement de l’offre en équipements scolaires et petite enfance. Anne a toujours su mettre l’exigence de qualité au cœur du projet éducatif de la Ville de Lyon, tant au niveau des nouvelles écoles construites qu’un niveau des projets pédagogiques développés en lien avec la communauté éducative et l’Éducation Nationale. Je suis sûr qu’elle apportera cette expérience concrète construite au plus près de la réalité pour faire en sorte que l’Ecole de demain soit une réelle chance pour les générations futures en mettant les enfants et les familles au cœur du contrat éducatif.

Par ailleurs, en tant qu’élu du huitième arrondissement, je sais qu’elle aura à cœur de défendre les grands projets qui seront mis en œuvre notamment sur le quartier de Mermoz au titre du renouvellement urbain.

Anne connaît parfaitement les enjeux de la quatrième circonscription et elle saura les défendre au nom de l’intérêt général et du large rassemblement des lyonnais autour du Président Emmanuel Macron.

L’élection d’Emmanuel Macron a bouleversé le champ politique, il ne faut pas en avoir peur, sa jeunesse, ses convictions, son début de mandat réussi, sa présence sur la scène internationale redonne une place de choix à la France. Donnons-lui les moyens de gouverner, faisons en sorte que la France sorte de son immobilisme mortifère dans un monde qui change à grande vitesse.

N’ayez pas peur du changement, accompagnez le, les 11 et le 18 juin prochains faîtes le choix du Progrès, d’une France conquérante et  humaniste, fière de ses valeurs de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité.

Votez Anne Brugnera pour le large rassemblement des lyonnais autour de notre Président.

La parole à : Corinne Barret – En Marche

© droits réservés
© droits réservés

J’ai 55 ans. Je suis assistante maternelle et maman de 2 enfants (32 ans et 12 ans). Lyonnaise d’adoption depuis 1991.

Pour la 1ère fois j’ai rejoint un groupe politique et suis fière d’être une Marcheuse.

Je suis persuadée qu’Emmanuel Macron est un excellent Président car il véhicule des idées et des valeurs de renouveau pour notre pays !

J’ai eu le plaisir de rencontrer à plusieurs reprises Anne Brugnera lorsque que j’étais impliquée en tant que parent d’élève au sein du groupe Scolaire Montbrillant. C’est une belle personne, disponible et à l’écoute.

Ses propos et actions à la tête du secteur de l’Education à la Mairie et conseillère du 3ème arrondissement, m’ont permis de comprendre qu’elle se bat pour faire admettre la nécessité de répondre aux inquiétudes de simples citoyens comme moi.

Je soutiens Anne Brugnera car c’est une femme qui œuvre avec beaucoup de convictions, de détermination et d’énergie pour le programme de notre Président Emmanuel Macron.