La parole à : Nicolas de Barjac – Suppléant d’Anne Brugnera – 4ème circonscription du Rhône

© droits réservés
© droits réservés

J’ai 54 ans et habite le 6eme arrondissement depuis toujours. J’exerce dans le domaine de l’immobilier d’entreprise depuis près de 30 ans.

De droite, je suis quelqu’un de modéré.

Dès avril 2016, le discours d’Emmanuel Macron m’a séduit par sa vision de la politique faite de bon sens et d’esprit d’ouverture.

Sa recherche de l’équilibre c’est avant tout refuser de tomber dans la facilité. Emmanuel Macron nous pousse ainsi à réfléchir différemment afin de proposer une synthèse cohérente des idées de droite et de gauche.

C’est pourquoi, lorsque Anne Brugnera m’a demandé d’être son suppléant, nous avons tout d’abord pris le temps d’échanger. J’ai immédiatement découvert quelqu’un de passionné et d’accessible. Anne Brugnera a pour moi 2 qualités essentielles : une grande capacité d’écoute et une bienveillance communicative.

Sans aucun doute, je peux dire qu’Anne Brugnera symbolise les valeurs de la « République en Marche ! ».

Lancement de la campagne

Hier soir s’est tenue ma première réunion de campagne en présence de plus de 60 Marcheuses et Marcheurs du 3ème, du 8ème et du 6ème arrondissements.20170515_185503

Ce matin, une conférence de presse de présentation des 14 candidat-e-s et de leurs suppléant-e-s de La République En Marche lançait officiellement le début de la campagne dans le Rhône.20170516_092005

Dans une ambiance conviviale nous avons échangé avec les journalistes présents.

Tous ensemble, nous sommes les visages de notre mouvement. De par nos parcours personnels, professionnels et politiques extrêmement variés, nous avons montré la réalité et la force du rassemblement qui caractérise La République En Marche.20170516_093304 (suite…)

Ensemble, donnons une majorité à notre Président

© droits réservés
© droits réservés

Depuis jeudi 11 mai, je suis la candidate de la République En Marche de la 4ème circonscription du Rhône pour les élections législatives des 11 et 18 juin.

19.000 candidatures ont été reçues et étudiées par la Commission d’investiture. Ceci démontre la richesse de notre mouvement. Un travail colossal a été conduit pour les étudier. Un processus sans précédent avec des critères clairs et un résultat indéniable : 214 femmes et 214 hommes. Nous sommes les seuls à avoir réussi la parité !

Incarnant la probité, le renouvellement, la cohérence, la parité et la pluralité politique, les 5 critères de notre mouvement, j’ai aussi bénéficié d’un ancrage local fort et d’une capacité opérationnelle pour mener cette campagne courte. Femme, âgée de 46 ans, élue locale, jamais élue députée, je suis représentative des candidats investis par En Marche !

Pour connaître mon parcours, cliquer ici

(suite…)

Cap sur les législatives

Emmanuel Macron a porté le renouveau politique et le progressisme à la victoire.

Il a réussi cette tâche immense notamment grâce à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à cette victoire.

Nous avons toute confiance dans les qualités personnelles et dans le projet porté par Emmanuel Macron pour que notre nouveau Président réussisse le rassemblement du pays et mette en place un gouvernement efficace au service de la France et des Français.

Maintenant nous devons nous engager dans la construction d’un nouvel édifice politique afin de transformer l’espoir que porte cette victoire présidentielle en réalité pour toutes et tous.

La construction de la majorité parlementaire se fera grâce à des candidats aux profils diversifiés (parité, renouvellement et expérience, cohérence et diversités des parcours politiques) et répondant aux critères obligatoires de probité et d’engagement.

Les 577 candidats de « La République En Marche » seront désignés dans la semaine. Leur responsabilité sera immense : ils devront convaincre et gagner pour donner au Président Emmanuel Macron la majorité nécessaire à la mise en œuvre de son projet au service des Français.

Ensemble, militants, candidats, élus et soutiens, rassemblés autour de notre Président, nous devons montrer que le renouvellement qui s’est manifesté dans l’élection présidentielle se prolonge pour le pays. Nous devons faire gagner la raison et la bienveillance sur la démagogie et l’agressivité.

Parce qu’il n’est pas nécessaire de creuser le déficit public pour développer notre solidarité nationale. Parce qu’il n’est pas nécessaire de saigner la fonction publique pour avoir une gestion saine de la dette. Parce qu’il est tout simplement plus efficace et conforme à nos valeurs républicaines d’adosser la liberté à des protections modernes : faisons gagner la majorité présidentielle aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains !

Tout commence !

Ce que je retiens de cette élection présidentielle :

IMG_7200Une magnifique victoire
Un besoin de rassemblement
Une nouvelle campagne qui s’ouvre

Je suis heureuse de la victoire d’Emmanuel Macron.

Cette réussite remarquable revient évidemment à Emmanuel Macron qui devient notre 8ème Président de la République à 39 ans.

Emmanuel Macron est un homme neuf avec une vision nouvelle. Il a fallu, plus que pour d’autres candidats, l’expliquer aux électeurs. Je remercie donc toutes les marcheuses et marcheurs qui ont réalisé une campagne exceptionnelle.

IMG_719666% – soit 2/3 – des électeurs ont voté pour Emmanuel Macron. Certains pour son projet et d’autres contre le Front National : tous ont choisi la raison, le progrès et le rassemblement.

34% ont été abusés par la candidate de la démagogie et des mensonges et préféré un programme extrémiste et dangereux.

25% enfin ont préféré ne pas voter.

La première responsabilité d’Emmanuel Macron est de réunir les français, de les réconcilier. Le défi est grand et notre Président en est extrêmement conscient. Il l’a dit hier soir : « Ce n’est qu’une étape. En réalité, tout commence. Nous avons été entendus, mais nous devons maintenant prouver, obtenir des résultats et transformer notre pays. »

Pour rassembler, il n’y a qu’un moyen : agir. La politique de l’action est celle qui montre ses résultats et convainc les électeurs. Il faut faire ce que l’on dit et dire ce que l’on fait. Je le sais, je le fais en tant qu’Adjointe au Maire.IMG_7198

Emmanuel Macron s’appuiera sur le gouvernement qu’il va nommer et sur l’Assemblée Nationale. Pour mener le projet voulu par une majorité de Français, il lui faut disposer d’une majorité à l’Assemblée. La campagne des élections législatives qui s’ouvre va donc être décisive. Elle permettra à la France de se mettre véritablement en marche.

Protéger la France et les Français

Il est un enjeu qui m’est cher et sur lequel tous les élus sont appelés à la responsabilité et donc au rassemblement : la sécurité. À la fois applicables et efficaces, les propositions d’Emmanuel Macron sont pour moi en mesure de répondre au réel et donc de l’améliorer.

EM Sécurité 2Comme lui, je suis convaincue que notre sécurité intérieure nécessite de maintenir durablement notre capacité à intervenir au besoin partout dans le monde et ainsi de lutter efficacement contre le terrorisme. L’engagement de nos forces armées nécessite un soutien assumé et renforcé, qu’il soit au niveau des hommes, du matériel et de la cybersécurité. Et pour ces raisons, il faut rapidement porter notre effort budgétaire de défense à 2 % du PIB. Toutes les interventions françaises devront s’intégrer dans des feuilles de route diplomatiques précises.

(suite…)

Prévention et efficacité pour garantir l’accès de tous à la santé

La France a l’un des meilleurs systèmes de soins du monde avec d’excellents chercheurs, des professionnels bien formés et une assurance maladie solidaire. Mais un diagnostic précis montre que la situation est paradoxale, faite d’excellences et d’inégalités profondes.

Les difficultés grandissantes dans le domaine de la santé réclament un engagement fort pour le prochain quinquennat. Notre système de santé doit évoluer et s’adapter profondément pour faire face aux nombreux défis, tels que le vieillissement de la population, l’émergence de risques environnementaux… Emmanuel Macron propose trois axes pour le renforcer :

La prévention est aujourd’hui encore trop oubliée dans les parcours de santé des individus et pourtant, à tous les niveaux, il vaut mieux prévenir que guérir.

(suite…)

Pour

Emmanuel Macron a compris que notre pays arrivait à la croisée des chemins. Les alternances de gouvernements qui se sont succédés depuis 20 ans ont gelé notre dynamique nationale, au moment où le monde s’accélérait, et conduit à une situation économiquement dégradée et donc socialement dure et injuste.

C’est en suscitant l’adhésion,  en fédérant les talents, les bonnes volontés autour d’un projet à la fois complet, pragmatique et équilibré que notre pays convertira son potentiel en réussite. Le projet d’Emmanuel Macron est bon, j’en suis convaincue : je me suis déjà exprimée sur l’Europe, l’emploi et l’éducation. Je continuerai afin de convaincre chaque électrice et chaque électeur d’ici au 7 mai. Car pour moi, ce projet ne réussira que s’il est massivement soutenu par notre société.

(suite…)

Une première marche vers la victoire

© droits réservés
© droits réservés

Emmanuel Macron est arrivé en tête du 1er tour de l’élection présidentielle.

Sa candidature nouvelle, moderne, honnête, son projet pragmatique, réaliste ont été choisis par 24,01% des électeurs au niveau national, 30,31% à Lyon. C’est une victoire pour le progressisme. C’est une joie et une fierté au terme d’une campagne de 1er tour bienveillante et dynamique à laquelle je suis heureuse d’avoir participé.

Emmanuel Macron est maintenant qualifié pour le second tour. Et le plus important reste à faire.

(suite…)

Pour une école bienveillante et responsable qui garantisse l’épanouissement et la réussite de tous et de chacun.

Comme j’ai pu l’expliquer dans mes précédents billets, je soutiens la candidature d’Emmanuel Macron pour son projet progressiste, pragmatique et rassembleur.

Et parmi tous les thèmes de son programme, je me retrouve bien évidemment dans son projet pour l’éducation.

© droits réservés
© droits réservés

L’école est soumise depuis trop longtemps à des réformes idéologiques qui se succèdent, qui font et défont sans même avoir évalué, trop rapidement et trop souvent sans s’attaquer à la réalité des faits. Et le constat aujourd’hui est amer : les inégalités se creusent à l’école, et encore plus dans les quartiers prioritaires.

L’école ne doit plus être l’otage de l’alternance gauche-droite. Elle doit faire l’objet d’un engagement sans faille, pragmatique et consensuel pour la réussite de chaque enfant.

(suite…)