Mon intervention au Conseil de la Métropole sur la désensibilisation de la dette toxique

Monsieur le Président de la Métropole,
Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues,

Peut-être s’agit-il de l’ultime fois où nous débattrons des emprunts toxiques de notre collectivité. Peut-être certains voudront quand même en parler lors du Conseil de juin.

Car oui, grâce à cette transaction, que certains d’entre vous décrient, nous sommes sortis de l’ornière que constituaient, pour notre action, ces emprunts toxiques.

Oui nous sommes sortis de cette difficulté inédite causée par des emprunts massifs devenus incontrôlables.

Alors il est toujours possible de critiquer le coût de cette sortie, de se plaindre avec des mots forts comme renoncement, comme rançon, comme capitulation. Plus c’est fort, plus ça semble faire plaisir. Mais ce n’est pas l’indignation qui a permis de se sortir de ces emprunts, c’est l’action.

Nous, élus socialistes et républicains métropolitains, préférons nous tourner vers le futur plutôt que sur le passé :

  • Aujourd’hui, grâce à cette transaction, nous avons une dette restructurée, sécurisée à 100%, avec un taux d’endettement moyen de près de 2% et des frais financiers annuels maîtrisés.
  • Aujourd’hui nous ne somme plus tributaires des banques, ni du cours du Franc suisse.
  • Aujourd’hui nous sommes maîtres de notre destin. La gestion de notre institution est redevenue de notre pleine et entière responsabilité.

(suite…)

Mon intervention au conseil de la Métropole sur le Budget 2016

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Président, mes cher(e)s collègues,

Le groupe Socialistes et républicains métropolitains a déjà eu l’occasion, lors du débat d’orientation budgétaire, d’affirmer tout son soutien à la politique budgétaire et financière de notre institution.

Comme j’ai pu le dire alors, confrontée à une situation économique difficile, entre morosité économique mondiale, nationale et régionale, redressement des comptes publics, baisse des dotations et accroissement des dépenses à caractère social issues de ce même contexte de crise, la Métropole présente un budget qui préserve la santé financière de l’institution en même temps que l’investissement sur ses territoires.

Prise au cœur du fameux effet ciseaux, entre hausse mécanique des dépenses et baisse imposée des recettes, nous parvenons à garantir le présent et à préparer l’avenir. A défaut de pouvoir toujours faire plus, grâce à la mise en place de la Métropole notamment nous mettons tout en place pour faire mieux.

En menant à la fois un travail de cadrage ambitieux de nos dépenses de fonctionnement, un travail de gestion active de la dette, de mutualisation et de refonte des politiques et des services, nous travaillons la structure de notre institution pour la rendre plus efficace, plus performante au service des grands lyonnais.

Le Budget Prévisionnel 2016 de la Métropole de Lyon vient de nous être présenté et je veux, au nom de mon groupe, porter l’attention sur quelques-unes de ses caractéristiques.

Tout d’abord l’ampleur de ce budget : 3,1 milliards d’euros c’est considérable. Nos dépenses sont consacrées à 31% à nos compétences sociales, 17% aux dépenses de personnel et 10% de reversement aux communes.

(suite…)