En marche… pour une société plus juste par Bernard Devert

Dans ces derniers moments de campagne je veux remettre à l’ordre du jour les raisons profondes de mon engagement : le moteur de mon adhésion au projet d’Emmanuel Macron, d’en marche. Nous avons, ensemble, les clefs pour déverrouiller notre société bloquée depuis 20 ans. Si nous nous rassemblons sur un projet qui lie de façon équilibrée liberté et protection, la mise en marche de notre pays doit permettre de réconcilier. Réconcilier c’est apporter une réponse concrète et durable aux causes des colères qui menacent notre cohésion sociale. Je remercie Bernard Devert de me laisser publier à nouveau cette tribune qu’il avait rédigé à la veille du 2e tour des élections présidentielles et qui a si clairement rappelé notre devoir, notre responsabilité.

Le contexte de ces élections législatives est certes différent dans la 4e circonscription, mais, si je suis élue dimanche, je garderai cette tribune en tête durant tout mon mandat pour ne pas oublier le contexte de ces élections présidentielles.

Publiée le 2 mai 2017

La campagne, trop longue en raison notamment des primaires, s’achève dans l’essoufflement et l’inquiétude ; elle aurait pu s’apparenter à « un hôpital de campagne » pour mieux diagnostiquer les lèpres de notre société et s’attacher à les guérir.

Nombre de nos concitoyens, blessés par la vie, ont le sentiment d’être oubliés. Il en résulte une désespérance aggravant le mal, d’où la tentation de se tourner vers des extrêmes.

Cette campagne a brisé les partis de Gouvernement au pouvoir depuis des décennies. D’une certaine façon, ‘l’effet Trump’ s’est propagé.

Le politique est plus habile à utiliser le ‘bistouri’ des mots qui touchent l’adversaire que d’opérer les transformations qui s’imposent. Le corps social enfiévré perd ses repères et s’interroge sur la capacité des édiles à faire changer, mais alors quelle est leur mission ?

Le repli sur soi est proposé comme un traitement. Quelle erreur que de ne pas comprendre que ce qui est fermé toujours fermente, d’où ces replis amers et défaits par les plis de l’amertume pour avoir perdu le sens de l’autre, conduisant sur les chemins de l’espoir.

Il nous faut nous mettre en marche.

(suite…)

Protéger notre environnement, pour améliorer nos conditions de vie et construire notre avenir

« Nous ne renégocierons pas un accord moins ambitieux », a lancé Emmanuel Macron lors de son discours de réponse à la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le Climat. Ce discours volontaire est révélateur de sa détermination inflexible sur la problématique du Climat.

Lors de la campagne présidentielle, il rappelait l’urgence écologique en déclarant « Nous sommes écologiste par devoir » durant son meeting lyonnais du 4 février dernier.

© droits réservés
© droits réservés

Pour répondre à cette urgence et transformer notre modèle de croissance, il faut des engagements forts, ambitieux mais aussi pragmatiques sur ce sujet :

Sur 50 milliards d’investissements publics prévus pour notre programme, 15 milliards seront consacrés à la transition énergétique et écologique.

A ces 15 milliards s’ajouteront plusieurs autres champs d’actions (transports, agriculture…) ayant un impact positif sur l’environnement. Pour Emmanuel Macron, l’écologie est un sujet transversal qui doit irriguer toute l’action du gouvernement. Une politique de premier ordre menée par un Ministre d’Etat, Nicolas Hulot. En étant votre députée, je contribuerai à construire cette politique. Je porterai votre voix dans les débats à venir. Cette politique sera bâtie autour des axes suivants, synthèse du programme d’Emmanuel Macron :

1 – Transition Energétique

Pour Emmanuel Macron « ce n’est pas bon d’avoir 75% de notre énergie qui vient du nucléaire ». Nous réduirons notre dépendance à l’énergie nucléaire, avec l’objectif de 50% d’énergie nucléaire à l’horizon 2025.

Pour réussir cet engagement, 2 axes de travail :

  • Agir directement sur la filière nucléaire en :
    • Fermant Fessenheim.
    • Consolidant les moyens de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et en prenant en compte ses conclusions pour prendre des décisions sur la prolongation des centrales au-delà de 40 ans.
  • Tenir l’objectif de 32% en terme d’énergies renouvelables en :
    • Focalisant les efforts de développement et d’investissement des opérateurs sur le stockage de l’énergie et les réseaux électriques intelligents.
    • Encourageant l’investissement privé pour mobiliser 30 milliards d’euros et ainsi doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque.
    • Simplifiant les procédures de déploiement des énergies renouvelables.

Nous viserons aussi la rénovation de la moitié des logements-passoires des propriétaires les plus modestes dès 2022, afin de diminuer les émissions et de faire baisser les charges (électricité, fioul, gaz). A cette fin, via un fonds public doté de 4 milliards, nous financerons les travaux des propriétaires les plus précaires.

2 – Sortir des énergies fossiles

© droits réservés
© droits réservés

Notre utilisation des énergies fossiles est importante. Au-delà du réchauffement climatique, elle impacte directement notre santé. Nous devons nous engager dans une rupture profonde avec le modèle productif existant. Et cela sur tous les secteurs. Nos axes prioritaires seront :

  • Fermer les dernières centrales électriques à charbon en 5 ans.
  • Pour réduire massivement la pollution liée aux particules fines, la fiscalité du diesel sera alignée sur celle de l’essence pendant le quinquennat.
  • Peser pour renforcer les normes anti-pollution européennes pour les véhicules neufs et les contrôles en conditions réelles (en tirant les enseignements du scandale Volkswagen).
  • Interdire l’exploration des gaz de schiste et refuser tout permis d’exploitation nouveau concernant les hydrocarbures.
  • Porter au niveau européen un projet d’augmentation progressif de la taxe carbone afin d’atteindre 100€/tonne de CO2 rejetés d’ici 2030, (pour inciter les entreprises à poursuivre leurs investissements afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre).

3 – Vers un nouveau modèle économique

© droits réservés
© droits réservés

Consommer local et solidaire, économie circulaire, soutenir nos agriculteurs, renforcer le recyclage… Pour notre santé, pour avoir une gestion des ressources raisonnée, nous nous engagerons pour :

  • Aller vers au moins 50% de produits biologiques, labels de qualité, ou local, d’ici à 2022, dans l’ensemble de la restauration collective – les cantines des écoles et les restaurants d’entreprise.
  • Viser « 100% de plastique recyclé sur tout le territoire » d’ici 2025, grâce à la modernisation des centres de tri par l’augmentation progressive de la taxe générale sur les activités polluantes (sur l’incinération et l’enfouissement).
  • Renforcer la lutte contre l’obsolescence programmée en renforçant l’affichage de la durée de vie des appareils électroménagers.

Mon intervention lors du meeting régional de Lyon au Transbordeur le 7 juin 2017

J’ai eu l’honneur d’ouvrir le meeting régional de la République en Marche qui s’est déroulé le 7 juin au Transbordeur. Vous trouverez ici la vidéo de cette intervention ainsi que le texte en dessous.

Bienvenue à Lyon, bienvenue au Transbordeur !

Bienvenue à toutes et à tous !

Et bienvenue à Gérard Collomb, Ministre d’Etat, Ministre de l’intérieur !

Je suis Anne Brugnera, candidate La République En Marche de la 4ème circonscription du Rhône qui concerne les 3ème, 6ème et 8ème arrondissements de Lyon.

Je suis en quelque sorte la locale de l’étape, avec Bruno Bonnell qui parlera après moi, car ma circonscription commence de l’autre côté de la rue.

J’ai 46 ans. Je suis ingénieure agronome de formation. Je travaille dans le domaine de l’agriculture. J’ai tenu à conserver mon activité professionnelle parallèlement à mon mandat.

Je suis conseillère municipale de Lyon depuis plusieurs années et adjointe à l’éducation, l’éducation populaire, les universités, de Gérard Collomb depuis 3 ans.

Fille d’instituteurs, j’ai un parcours de gauche, d’une gauche ouverte, pragmatique, rassembleuse et progressiste. Et c’est donc tout naturellement que je me suis mise En Marche.

Mon suppléant, Nicolas de Barjac, a lui un parcours de droite modérée, par tradition familiale et habitude comme il dit. Lui aussi est En Marche et c’est son premier engagement politique.

Ensemble, avec nos parcours complémentaires, nous incarnons le renouvellement et le rassemblement de la République En Marche.

(suite…)

Clip de présentation

Les marcheuses et les marcheurs de la 4ème circonscription sont décidément des soutiens précieux. Non contents de me soutenir et de m’accompagner sur les marchés et les porte-à-porte, ils utilisent leurs talents pour créer des supports de communication modernes.

Je vous annonce donc la création de ma chaine youtube, dont vous trouverez la première vidéo juste dessous :

 A bientôt avec une nouvelle vidéo et merci à Hugo pour son travail !illustration-chaine-facebook

Lancement de la campagne

Hier soir s’est tenue ma première réunion de campagne en présence de plus de 60 Marcheuses et Marcheurs du 3ème, du 8ème et du 6ème arrondissements.20170515_185503

Ce matin, une conférence de presse de présentation des 14 candidat-e-s et de leurs suppléant-e-s de La République En Marche lançait officiellement le début de la campagne dans le Rhône.20170516_092005

Dans une ambiance conviviale nous avons échangé avec les journalistes présents.

Tous ensemble, nous sommes les visages de notre mouvement. De par nos parcours personnels, professionnels et politiques extrêmement variés, nous avons montré la réalité et la force du rassemblement qui caractérise La République En Marche.20170516_093304 (suite…)

Cap sur les législatives

Emmanuel Macron a porté le renouveau politique et le progressisme à la victoire.

Il a réussi cette tâche immense notamment grâce à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à cette victoire.

Nous avons toute confiance dans les qualités personnelles et dans le projet porté par Emmanuel Macron pour que notre nouveau Président réussisse le rassemblement du pays et mette en place un gouvernement efficace au service de la France et des Français.

Maintenant nous devons nous engager dans la construction d’un nouvel édifice politique afin de transformer l’espoir que porte cette victoire présidentielle en réalité pour toutes et tous.

La construction de la majorité parlementaire se fera grâce à des candidats aux profils diversifiés (parité, renouvellement et expérience, cohérence et diversités des parcours politiques) et répondant aux critères obligatoires de probité et d’engagement.

Les 577 candidats de « La République En Marche » seront désignés dans la semaine. Leur responsabilité sera immense : ils devront convaincre et gagner pour donner au Président Emmanuel Macron la majorité nécessaire à la mise en œuvre de son projet au service des Français.

Ensemble, militants, candidats, élus et soutiens, rassemblés autour de notre Président, nous devons montrer que le renouvellement qui s’est manifesté dans l’élection présidentielle se prolonge pour le pays. Nous devons faire gagner la raison et la bienveillance sur la démagogie et l’agressivité.

Parce qu’il n’est pas nécessaire de creuser le déficit public pour développer notre solidarité nationale. Parce qu’il n’est pas nécessaire de saigner la fonction publique pour avoir une gestion saine de la dette. Parce qu’il est tout simplement plus efficace et conforme à nos valeurs républicaines d’adosser la liberté à des protections modernes : faisons gagner la majorité présidentielle aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains !

Tout commence !

Ce que je retiens de cette élection présidentielle :

IMG_7200Une magnifique victoire
Un besoin de rassemblement
Une nouvelle campagne qui s’ouvre

Je suis heureuse de la victoire d’Emmanuel Macron.

Cette réussite remarquable revient évidemment à Emmanuel Macron qui devient notre 8ème Président de la République à 39 ans.

Emmanuel Macron est un homme neuf avec une vision nouvelle. Il a fallu, plus que pour d’autres candidats, l’expliquer aux électeurs. Je remercie donc toutes les marcheuses et marcheurs qui ont réalisé une campagne exceptionnelle.

IMG_719666% – soit 2/3 – des électeurs ont voté pour Emmanuel Macron. Certains pour son projet et d’autres contre le Front National : tous ont choisi la raison, le progrès et le rassemblement.

34% ont été abusés par la candidate de la démagogie et des mensonges et préféré un programme extrémiste et dangereux.

25% enfin ont préféré ne pas voter.

La première responsabilité d’Emmanuel Macron est de réunir les français, de les réconcilier. Le défi est grand et notre Président en est extrêmement conscient. Il l’a dit hier soir : « Ce n’est qu’une étape. En réalité, tout commence. Nous avons été entendus, mais nous devons maintenant prouver, obtenir des résultats et transformer notre pays. »

Pour rassembler, il n’y a qu’un moyen : agir. La politique de l’action est celle qui montre ses résultats et convainc les électeurs. Il faut faire ce que l’on dit et dire ce que l’on fait. Je le sais, je le fais en tant qu’Adjointe au Maire.IMG_7198

Emmanuel Macron s’appuiera sur le gouvernement qu’il va nommer et sur l’Assemblée Nationale. Pour mener le projet voulu par une majorité de Français, il lui faut disposer d’une majorité à l’Assemblée. La campagne des élections législatives qui s’ouvre va donc être décisive. Elle permettra à la France de se mettre véritablement en marche.

Protéger la France et les Français

Il est un enjeu qui m’est cher et sur lequel tous les élus sont appelés à la responsabilité et donc au rassemblement : la sécurité. À la fois applicables et efficaces, les propositions d’Emmanuel Macron sont pour moi en mesure de répondre au réel et donc de l’améliorer.

EM Sécurité 2Comme lui, je suis convaincue que notre sécurité intérieure nécessite de maintenir durablement notre capacité à intervenir au besoin partout dans le monde et ainsi de lutter efficacement contre le terrorisme. L’engagement de nos forces armées nécessite un soutien assumé et renforcé, qu’il soit au niveau des hommes, du matériel et de la cybersécurité. Et pour ces raisons, il faut rapidement porter notre effort budgétaire de défense à 2 % du PIB. Toutes les interventions françaises devront s’intégrer dans des feuilles de route diplomatiques précises.

(suite…)