Vaccination : la santé publique nous engage tous

La Ministre de la santé a courageusement repris le travail fondamental de santé publique qu’est celui de la vaccination.

8 vaccins actuellement recommandés vont devenir obligatoires : coqueluche, Haemophilus influenzae de type B, hépatite B, pneumocoque, rougeole, oreillons, rubéole, infections à méningocoque de type C.

MinsitreSantéCommissionAN

Comme Adjointe à la Ville de Lyon, j’ai eu à gérer des crises  et parfois même des vaccinations massives en urgence liées à des cas de méningite dans des écoles : les atermoiements entretenus par certains esprits réactionnaires m’ont alors semblé déplacés, car la vie de nombreux écoliers était en jeu du fait du refus d’une seule famille de faire vacciner son enfant.

Je rappelle qu’en 2015 la couverture vaccinale des enfants de deux ans contre les infections à méningocoque de type C était de seulement 71% et que celle des enfants de 6 ans avait chuté à seulement 44% (source Échantillon généraliste des bénéficiaires –EGB-).

Nous sommes loin du seuil de 95% nécessaire pour assurer la couverture collective dont nous avons besoin, dont nos enfants ont besoin.

En France, l’obligation vaccinale a fait progresser par le passé le taux de population vaccinée. (suite…)

Pollution et santé des enfants : la qualité de l’air intérieur, un enjeu collectif

© droits réservés
© droits réservés

La plupart des collectivités territoriales se plaignent, parfois à raison, des contraintes réglementaires et des obligations qui se multiplient.

Pour ma part, j’ai toujours considéré que nous devions faire de ces contraintes des opportunités pour améliorer notre action.

Aussi lorsqu’a été promulgué le décret du Ministère de l’environnement concernant l’obligation de contrôle de la qualité de l’air intérieur des écoles, nous avons travaillé à en faire une opportunité.

C’est un enjeu important pour la santé et la réussite des écoliers.

L’enjeu sanitaire de l’air intérieur est moins spectaculaire que les questions de pollution de l’air extérieur. Il a pourtant toute son importance car nos enfants passent en effet 90% de leur temps en espace intérieur, entre le domicile familial et l’école !

La mobilisation de tous les adultes autour de ce sujet est fondamentale car le pouvoir d’agir de chacun est concret.  La bonne aération est généralement la solution. Cette bonne aération est, au propre comme au figuré, à portée de main.

Nous pouvons tous, professionnels, parents, élus, facilement sécuriser et améliorer la santé des enfants par des gestes simples. Les mesures rigoureuses et scientifiques auxquelles le décret ministériel obligera les collectivités dès Janvier 2018, permettront d’en évaluer l’efficacité.

A Lyon, nous avons devancé cette obligation et fait réaliser le diagnostic de la qualité de l’air intérieur de 51 de nos groupes scolaires. Les résultats sont satisfaisants.

Vous trouverez très prochainement dans les écoles lyonnaises les résultats de ces mesures ainsi que les supports d’information sur les bonnes pratiques d’aération qui, mises en œuvre par toutes et tous, préserveront la santé et le bien-être de nos écoliers.

Prévention et efficacité pour garantir l’accès de tous à la santé

La France a l’un des meilleurs systèmes de soins du monde avec d’excellents chercheurs, des professionnels bien formés et une assurance maladie solidaire. Mais un diagnostic précis montre que la situation est paradoxale, faite d’excellences et d’inégalités profondes.

Les difficultés grandissantes dans le domaine de la santé réclament un engagement fort pour le prochain quinquennat. Notre système de santé doit évoluer et s’adapter profondément pour faire face aux nombreux défis, tels que le vieillissement de la population, l’émergence de risques environnementaux… Emmanuel Macron propose trois axes pour le renforcer :

La prévention est aujourd’hui encore trop oubliée dans les parcours de santé des individus et pourtant, à tous les niveaux, il vaut mieux prévenir que guérir.

(suite…)

Inauguration du plateau ambulatoire et interventionnel du Centre Léon Bérard

J’étais invitée hier à l’inauguration du plateau ambulatoire et interventionnel du Centre Léon Bérard, rue Laënnec, Lyon 8ème.

Les exposés et la visite organisés à cette occasion m’ont marquée sur deux points essentiels dans le domaine des soins : la durée d’hospitalisation et la prise en compte de l’angoisse du patient avant une opération.

© droits réservés
© droits réservés

Le Centre Léon Bérard (site du centre Léon Bérard) est un établissement de soins privé d’intérêt collectif (ESPIC). C’est un hôpital entièrement dédié à la cancérologie. Nous le savons le cancer est une maladie à part, par son taux d’apparition bien sûr mais aussi par la crainte qu’elle suscite.

Apprendre qu’on a un cancer est en soi un véritable choc. Et nous savons bien que l’hospitalisation, l’opération chirurgicale et les traitements conséquents changent profondément la vie du patient et qu’ils impactent sa vie familiale et sociale et son parcours professionnel. Il est donc essentiel d’apporter aux malades un soutien psychologique adapté.

(suite…)