Vœux aux représentants des parents d’élèves

annegroupé

Mesdames, Messieurs les Adjoints d’Arrondissement à l’éducation,
Madame la Directrice de l’éducation de Lyon,
Mesdames, Messieurs les Représentants des Fédérations de parents d’élèves, FCPE et PEEP,
Mesdames, Messieurs les Représentants des Parents d’Elèves des écoles publiques de Lyon,

Mesdames, Messieurs,

C’est avec un immense plaisir que je vous accueille dans ces magnifiques salons de l’Hôtel de Ville pour cette cérémonie des vœux.

Cette cérémonie est particulière. Il s’agit de ma première cérémonie de vœux aux parents d’élèves.

Il faut que je vous explique ce que cela a de particulier. En effet, s’il est de coutume pour les adjoints au Maire de présenter leurs vœux en début d’année, en toute simplicité afin de veiller au budget, l’exercice peut être compliqué car il faut choisir, sans froisser, qui inviter quand on compte de nombreux partenaires dans sa délégation.

C’est particulièrement le cas pour l’Education.

Car la communauté éducative comprend 4 groupes d’adultes pour prendre en charge nos enfants. Je la symbolise souvent par une fleur à 4 pétales, dont le cœur serait les écoliers.

La communauté éducative à Lyon c’est :

  • Les enseignants : à la rentrée 2015, on comptait 1434 classes et vous savez que cela fait plus que 1434 enseignants sans compter les directeurs d’écoles, les conseillers pédagogiques, les inspecteurs et le personnel des services académiques du Rhône. C’est le pétale de l’Education Nationale,
  • Les agents municipaux des écoles, ATSEM, ASEP, Gardiens, Responsables de restaurants et aides, Responsables de proximité, Responsables de secteur… et tous les agents de la Direction de l’Education qui travaillent tous les jours pour entretenir et faire tourner nos écoles, soit près de 1500 agents. C’est le pétale de la Municipalité,
  • Les animateurs et les directeurs d’accueil de loisirs sans compter leurs responsables municipaux et associatifs. Nous avons embauché plus de 1600 animateurs pour animer notre périscolaire. C’est le pétale de l’Animation, ou encore de l’Education Populaire (l’éducation populaire, c’est-à-dire une éducation qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, à tous les âges de la vie, et qui se positionne en complément de l’enseignement formel)
  • Et enfin les parents d’élèves : nous comptons à cette rentrée 36 860 élèves qui ont autant de parents et viennent former notre 4ème pétale.

Bien sûr j’aimerais pouvoir réunir, rien qu’une fois par an, tous ces acteurs de l’école mais ça n’est matériellement pas possible.

Aussi cette année, j’ai choisi d’organiser la première cérémonie des vœux aux représentants des parents d’élèves de la Ville de Lyon. J’en suis très heureuse.

Car si une adjointe à l’éducation a de nombreux partenaires, les partenariats qui se nouent ne sont pas de même nature.

Ainsi celui avec l’Education Nationale est très particulier car nous sommes co-responsables des écoles de la Ville. A eux l’enseignement, l’organisation du temps scolaire, à nous les locaux et fournitures et l’organisation du temps périscolaire. Et tout cela, vous le savez aussi bien de moi, en cherchant à être cohérents.

Celui avec les associations partenaires relève plus du respect de l’indépendance associative tout en garantissant aux enfants des conditions d’accueil homogènes et obéissant aux mêmes règles.

Avec les agents de la Ville de Lyon, c’est bien sûr différent puisqu’ils mettent en œuvre notre politique. Le plus important est de leur garantir à la fois de bonnes conditions de travail tout en leur demandant de toujours s’adapter aux écoliers d’aujourd’hui et de participer à ce partenariat éducatif, qui n’est pas simple tant les pratiques de chaque communauté éducative sont diverses.

Et il y a vous ! Les Représentants des parents d’élèves. A la fois, administrés, usagers, bénéficiaires de nos politiques. Mais aussi et surtout acteurs de l’éducation de votre enfant, et par votre engagement en tant que Représentant des Parents acteurs de l’éducation des écoliers de Lyon.

J’ai une grande chance en tant qu’adjointe à l’éducation : car j’ai les parents d’élèves à mes côtés.

Vous êtes les alliés du sérieux en politique. Votre exigence me porte, nous porte au progrès permanent, votre disponibilité nous porte à l’innovation quotidienne.

Je pense que l’on se prive encore trop de la force que représentent les parents.

 Nous savons que la place des parents dans l’école n’est pas chose facile ni même bien ancienne. L’école s’est ouverte petit à petit et à Lyon nous sommes persuadés que la Ville peut aider ce mouvement.

Je sais que le chemin est encore long pour qu’enfin nous trouvions les modes de fonctionnement de l’école qui vous permettent d’y prendre toute la place que vous devez y avoir, pour une école ancrée dans son temps au service plein et entier des enfants. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir d’élue locale pour progresser sur ce chemin.

Exigence et intérêt général, voilà les 2 mots qui souvent reviennent dans la bouche de ceux qui travaillent aux cotés des parents d’élèves. Tant mieux.

Nous avons besoin d’une exigence permanente pour toujours améliorer notre travail pour nos enfants.

Exigeants avec les services de la Ville et ses élus, moi la première. C’est normal.

L’exigence dans le respect est un rapport que j’apprécie, que nous apprécions. Où en serions-nous sans cette exigence des parents lyonnais ? Mais aussi exigence avec vous-même. Réunions, conseils, mails, courriers, organisation de temps de vie collective…

Et intérêt général : être représentant de parents d’élèves est un engagement profond qui ajoute l’intérêt général à l’intérêt particulier. C’est être vigilant pour son enfant, mais aussi défenseur d’un travail de qualité pour tous les enfants.

De ce fait il n’est pas facile tous les jours de rendre des comptes aux parents, ni en conseil d’école, ni en conseil de vie périscolaire.

Mais c’est dans la transparence que nous pouvons informer, former les parents et ainsi ensuite avoir à nos côtés des partenaires éclairés qui connaissent les contraintes et les règles de l’exercice.

Nous souhaitons travailler avec vous,

  • D’abord parce que nous vous le devons, car vous êtes les premiers éducateurs de vos enfants, et Education Nationale comme Education populaire doivent compléter votre action,
  • Ensuite parce que vous êtes des acteurs majeurs de la ville, source de propositions, d’idées mais aussi premiers usagers de l’école et à ce titre premiers évaluateurs de notre action.

Alors bien sûr, au-delà des mots et des intentions, il faut se confronter à notre réalité. Et notre réalité à Lyon c’est notre démographie scolaire : 197 écoles, 38.860 écoliers dans le public et près de 50000 adultes concernés.

Je ne peux être en lien avec chacun et il nous faut nous organiser en réseau. Pour cela, je suis aidée par l’organisation de la Ville.

Tout d’abord nous avons réussi la réorganisation de nos services et désormais nous disposons de relais de proximité : responsable de proximité, responsable de secteur, responsable de territoire. Ils sont tous en poste depuis cette rentrée et vous devez désormais les connaître au même titre que votre directeur d’école et votre directeur d’accueil de loisirs.

Ensuite j’ai la chance de travailler avec 9 adjoints d’arrondissement très engagés. Je peux vous dire que nous travaillons dans un partenariat nourri. Bien sûr un ou deux ont ou auront la tentation d’utiliser les sujets scolaires pour faire de l’agitation ou des communiqués de presse. Je ne suis pas naïve. Mais sachez, qu’en ce qui me concerne, vos enfants ne seront jamais un enjeu politique et que toutes mes décisions et déclarations sont nourries de faits et de réalité.

Je ne suis pas une élue mue par une idéologie de l’éducation, ni par des idées toutes faites, et encore moins par des généralités sur les uns ou sur les autres.

Je n’ai qu’un but : garantir à vos enfants les meilleures conditions d’apprentissage et d’accueil à l’école, faire qu’ils soient heureux d’y aller et d’y apprendre.

Pour moi, et peut-être parce que je suis fille d’instit et que j’ai vécu toute mon enfance dans un appartement au-dessus d’une école, l’école en France est une chance. Elle ouvre tous les possibles à nos enfants à condition que nous ne lui demandions ni trop, ni trop peu. L’école ne remplacera pas l’éducation par la famille, ni celle par la société toute entière. Mais elle doit prendre ses responsabilités dans la formation des citoyens de demain.

Un mot maintenant sur l’année passée et sur celle qui s’offre à nous.

Tant de choses sont arrivées à notre monde, à notre pays, à notre métropole et à notre ville en 2015.

Bien sûr l’année a été marquée par des attentats dont nous ne savions pas qu’ils pouvaient se produire si près de nous. Toute la difficulté liée à ces évènements, pour nous en charge de nos plus jeunes concitoyens, a résidé et réside toujours dans l’impérieuse nécessité de trouver la juste mesure : ne pas trop effrayer, ne pas empêcher tout en regardant la réalité en face et en nous y adaptant.

Il a fallu d’abord trouver les mots pour expliquer les faits aux enfants et je dois dire que la minute de silence organisée en novembre a montré à quel point nos équipes d’enseignants et d’animateurs avaient progressé dans leurs partenariats pour mieux accompagner nos enfants.

Il a fallu ensuite réinterroger nos consignes et procédures de sécurité. C’est un travail qui se poursuit notamment par l’équipement de nos écoles en visiophones. Mais c’est un travail qui demande la vigilance et l’implication de chacun.

La Nation a vécu en 2015 des horreurs qui nous ont toutes et tous affectés profondément. La Ville a vécu des drames qui nous endeuillés. Et pourtant nous avons organisé nos lotos, nos fêtes, nos célébrations dans la joie que nous avons de voir grandir nos enfants ensemble et de les accompagner sur leur propre chemin.

J’ai été heureuse d’apprendre que nos conseils de vie périscolaire n’étaient pas désertés, une fois l’apaisement venu. Que des investissements nouveaux des parents se mettaient en place. Et je veux les cultiver et les soutenir. Car c’est là notre réponse au drame et à l’horreur. Nous, parents, nous pensons à demain, forcément. Vous, Représentants de parents et nous élus, nous savons la force du collectif pour faire face aux difficultés.

Ensuite 2015 a été marquée par la mise en œuvre pleine et entière de la réforme des rythmes scolaires.

Je vais emprunter une phrase à Mark Twain qui sait si bien dire l’essentiel avec simplicité. Mark Twain disait : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». Nous l’avons fait, ensemble.

Une grande transformation du rôle de la Ville dans l’école a eu lieu à travers la réforme des rythmes scolaires. Notre responsabilité auprès des enfants s’est accrue. Notre travail commun doit s’accroitre tout autant. Et je vous demande de nous aider à construire les meilleurs réceptacles possibles à la bonne volonté des parents. Savoir accueillir leur engagement comme le susciter.

Bien sur, de nombreux progrès sont encore à accomplir. Il y a les progrès que nous ferons pour corriger nos actions, pour faire mieux. Il y a aussi et surtout les progrès que nous pouvons envisager grâce à l’éducation populaire, grâce à l’élargissement et au renforcement de notre communauté éducative.

Nos partenaires associatifs, notre service médico-social scolaire municipal, les équipes dans les écoles m’ont expliqué que des familles qui étaient loin de nous, loin des services publics, sont par ce levier nouveau plus facilement accompagnables. Les perspectives pour l’avenir des enfants et le vivre ensemble sont prodigieuses.

Vous connaissez mon avis sur cette réforme : elle a été imposée aux collectivités, à Lyon nous avons souhaité faire de cette réforme une chance.

Bien sûr il a fallu faire face à d’énormes difficultés organisationnelles mais nous n’avons pas cédé à la facilité :

  • Nous avons choisi de créer des accueils de loisirs alors que cela exigeait plus d’embauches.
  • Nous avons choisi de ne pas obliger notre personnel à participer, alors que cela exigeait plus d’embauches,
  • Nous avons accepté de construire cette réforme avec des associations, alors que cela exigeait plus de partenariat.
  • Nous avons voulu réaffirmer la place des parents et des enfants au cœur de la réforme alors que cela aussi exige plus de partenariat.

Je ne sais plus qui a dit

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

J’en suis absolument persuadée.

Je sais la richesse des rencontres et des échanges, des débats aussi même si parfois ils sont enflammés. Je ne crains pas les échanges musclés tant qu’ils restent courtois.

Dans mon engagement politique rien ne m’apporte plus de satisfaction que lorsque, par le dialogue exigeant et respectueux, nous trouvons des solutions aux services des enfants lyonnais.

Lorsque nous savons dépasser nos certitudes et nos peurs pour faire avancer, à petit pas mais surement, la cause des enfants.

Au bout d’1,5 an de mandat, je peux vous dire que les relations difficiles avec les parents n’ont souvent que 3 raisons :

  • La peur, et il faut l’entendre, la comprendre et aider à la maîtriser,
  • L’incompréhension, et il faut l’entendre, la comprendre et la dissiper,
  • L’engagement, et il faut l’entendre, le comprendre et l’accompagner.

Vous pouvez compter sur moi, sur nous, pour vous écouter et travailler avec vous. Vous pouvez aussi compter sur nous pour vous aider dans votre mission de représentants de parents d’élèves élus. Je sais comme la tâche peut être difficile parfois.

voeux anne

Bien sûr j’aurais aimé vous parler de tout ce que nous allons faire cette année, de l’enrichissement des activités des VAM, de la poursuite de l’évaluation, de la question si aigüe des grèves de la restauration scolaire, de nos réflexions sur la restauration scolaire. Les sujets sont nombreux mais les discours fleuves sont assez ennuyeux. Prenons plutôt le temps d’échanger autour d’un verre.

Encore une fois, je vous remercie d’être présents ce soir, je vous remercie pour votre engagement.

Oui, je tiens à remercier les courageuses et courageux qui en plus de leur engagement militant ont pris le temps de venir partager ce moment.

Ce moment qui est là pour vous remercier de cet engagement au service de tous les enfants de Lyon.

Un merci particulier aussi aux Adjoints d’arrondissement à l’éducation présents ce soir, pour être sur le terrain au plus près de vous, pour participer aux différentes instances avec une disponibilité exceptionnelle et un grand sens des responsabilités.

Merci aux fédérations de parents d’élève pour leur vigilance constructive.

Merci à toutes et à tous pour votre engagement au service de l’intérêt général, au service des écoliers lyonnais.

Nous pouvons ensemble faire grandir notre partenariat et réaliser de beaux projets.

Nous le ferons pour vos enfants et pour ceux à venir.

Je vous souhaite à tous et à chacun, bien sûr une santé de fer pour accorder vie familiale, travail et engagement citoyen. Mais aussi, le bonheur dans vos vies personnelles comme la réussite dans vos engagements professionnels.

Enfin, je nous souhaite de beaux moments de plaisirs dans les écoles de notre ville.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *