Hommage au Docteur Long – 23 octobre 2021

Samedi 23 octobre, s’est déroulé à Montchat une cérémonie émouvante en hommage au Docteur Jean Long, sur le cours qui porte son nom. Cette cérémonie, en présence de ses enfants a réuni plusieurs générations de montchatois. Il est important de se souvenir ensemble du sacrifice de ce résistant et d’entretenir la flamme de la mémoire.

Voici l’allocution que j’ai prononcé à cette occasion :

 » Madame la Maire du 3e arrondissement,

Mesdames et Messieurs les élus, 

Madame la Présidente du Conseil de quartier, Mme Yannick Borbon, 

Mesdames et Messieurs les membres du conseil de quartier et organisateurs,

Chère Guetty,

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Depuis plus d’un mois, le quartier de Montchat rend hommage au Docteur Jean Long, au travers de différentes animations. 

Homme de vocation, le docteur Long fut, dans l’exercice de son métier, au service de tous ; ce qui lui valut, à Montchat, le beau surnom de « médecin des pauvres ». Homme de conviction, il rejoignit la Résistance dès 1941 et œuvra au sein de différents réseaux, comme le « Coq enchaîné » ou l’Armée secrète.

Pour cet engagement, il donna sa vie.

Le 22 octobre 1943, il est enlevé à son domicile, devant lequel nous nous trouvons, puis transféré à Montluc où il est torturé. Le lendemain, il y a 78 ans aujourd’hui, à l’aube, il est lâchement assassiné, à Feyzin, par des Français qui trahissaient leur pays.

Le nom du Docteur Long, tous les Montchatois le connaissent, grâce au cours éponyme, un des axes principaux du quartier.

Nombreuses sont d’ailleurs les rues lyonnaises dont le nom préserve de l’oubli la mémoire d’un de ces combattants de l’ombre. Malheureusement, nous connaissons moins les hommes et les femmes, qui sont ainsi célébrés dans l’espace public, leurs parcours de vie, leurs sacrifices, leur héroïsme, et tout ce que nous leur devons. 

Le cycle de commémorations qui s’achève aujourd’hui a cette vertu, celle de redonner vie, de redonner un visage, une histoire à ce nom, et à cet homme qui fut un héros. 

La mort d’Hubert Germain, le dernier compagnon de la Libération, il y a une dizaine de jours nous le rappelle : la mémoire de cette période est fragile. Le nombre de témoins directs de la seconde guerre mondiale s’estompe. La mémoire de cette époque, celle de l’holocauste, de la France libre, du combat des Résistants, du courage des Justes, des bombardements, des crimes de l’occupant et de ses auxiliaires comme celle des restrictions imposées à la population civile, cette mémoire doit subsister. Notre devoir est de l’entretenir.

C’est grâce à des événements comme ce cycle de commémorations au cœur du quartier de Montchat que cette mémoire demeure vivante. 

Aussi, je tiens à remercier le conseil de quartier de Montchat, les enfants du Docteur Long, Henry et Guetty, l’école Condorcet et tous ceux qui ont participé à l’organisation de ces commémorations.

Grâce à vous la flamme du souvenir brille bel et fort. Merci. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *