Mon intervention au Conseil de la Métropole sur la désensibilisation de la dette toxique

Monsieur le Président de la Métropole,
Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues,

Peut-être s’agit-il de l’ultime fois où nous débattrons des emprunts toxiques de notre collectivité. Peut-être certains voudront quand même en parler lors du Conseil de juin.

Car oui, grâce à cette transaction, que certains d’entre vous décrient, nous sommes sortis de l’ornière que constituaient, pour notre action, ces emprunts toxiques.

Oui nous sommes sortis de cette difficulté inédite causée par des emprunts massifs devenus incontrôlables.

Alors il est toujours possible de critiquer le coût de cette sortie, de se plaindre avec des mots forts comme renoncement, comme rançon, comme capitulation. Plus c’est fort, plus ça semble faire plaisir. Mais ce n’est pas l’indignation qui a permis de se sortir de ces emprunts, c’est l’action.

Nous, élus socialistes et républicains métropolitains, préférons nous tourner vers le futur plutôt que sur le passé :

  • Aujourd’hui, grâce à cette transaction, nous avons une dette restructurée, sécurisée à 100%, avec un taux d’endettement moyen de près de 2% et des frais financiers annuels maîtrisés.
  • Aujourd’hui nous ne somme plus tributaires des banques, ni du cours du Franc suisse.
  • Aujourd’hui nous sommes maîtres de notre destin. La gestion de notre institution est redevenue de notre pleine et entière responsabilité.

Permettez-moi de souligner quelques faits importants de cette séquence particulière de désensibilisation des emprunts toxiques de la Métropole de Lyon :

  • Le Grand Lyon n’a jamais contracté d’emprunts toxiques, sa dette a toujours été constituée d’emprunts sécurisés et c’est à l’occasion de la création de la Métropole que notre collectivité a hérité des emprunts toxiques contractés en 2009-2010 par l’ancien Conseil Général du Rhône, emprunts qu’il n’avait jamais réussi à renégocier.
  • Ces emprunts hérités s’élevaient à 217 millions d’€ et constituaient 7% de notre dette. Leurs taux s’étaient envolés suite au déplafonnement du Franc suisse. Depuis les intérêts ne cessaient d’augmenter, sans contrôle ni même prévision possibles pour la collectivité. Ils atteignaient des niveaux déraisonnables.
  • Aux vues du pessimisme des prévisions de conjoncture et des potentiels impacts budgétaires, il y avait urgence à agir. Plutôt que d’attendre l’issue d’un procès à la conclusion très incertaine et dont le coût global final au bout de 4 ans de procédure s’annonçait faramineux. Nous avons donc ouvert la négociation avec l’accord de notre Conseil de mars dernier.

Alors oui cela nous coûte 127 millions d’€. Mais combien cela nous aurait-il coûté sinon ? La simulation peut être faite : 13M d’€ de frais financiers durant 16 ans = 216 millions d’€ !!

La dette toxique à près de 20% de taux d’intérêt très volatiles a été transformée en emprunts absolument sécurisés aux taux fixes de 0,50 à 0,69%, grâce à une négociation très habilement menée.

Le choix de la transaction s’est donc avéré, de loin, le plus raisonnable et le plus responsable pour rétablir une saine gestion de l’argent public.

En conclusion, comme son « ancêtre » le Grand Lyon et malgré ce lourd héritage du Conseil Général du Rhône, la Métropole de Lyon maintenait d’excellents indicateurs financiers et bénéficiait une solide réputation auprès de ces financeurs. Et, il faut le souligner, c’est certainement grâce à cette saine gestion et à cette bonne réputation qu’elle a pu renégocier à des taux si bas et qu’elle conserve d’excellents ratios financiers.

Oui nous nous félicitons de cette désensibilisation : désormais l’incertitude que ces emprunts faisaient planer sur notre collectivité n’est plus. Notre gestion va pouvoir se poursuivre plus sereinement, normalement, et les investissements prévus s’envisager en toute connaissance de cause.

Notre stratégie financière efficace de financer par l’emprunt nos investissements et par l’autofinancement et des recettes fiscales dynamiques nos dépenses sociales va pouvoir se poursuivre avec cet épisode douloureux derrière nous.

Notre toute jeune Métropole vient là de se libérer de l’une de ses principales difficultés issue de sa naissance et elle s’en est libérée rapidement.

Le groupe Socialistes et républicains métropolitains remercie l’implication de tous ceux, élus et services, qui ont réussi cette désensibilisation de la dette et qui nous permettent d’envisager notre future action publique dans un cadre sécurisé pour tous et pour chacun, élu et citoyen.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *