Le phénomène de métropolisation ou l’ouverture de nouveaux champs d’action politique

J’ai récemment entendu un exposé de Philippe Estèbe, docteur en sciences politiques et en géographie, directeur d’études à Acadie depuis 1995 et enseignant à Sciences Po, sur le phénomène de métropolisation.

Ce phénomène de création et d’émergence de métropoles est relativement récent en France et a été officialisé en quelque sorte par la loi MAPTAM du 27 janvier 2014. La France rattrape ainsi petit à petit les autres pays européens où les métropoles existent depuis plusieurs décennies.

Ce processus de métropolisation ne fait que débuter et il doit s’envisager sur la durée, notamment en ce qu’il change nos façons d’agir en termes de politiques publiques. En tant qu’élue municipale et élue métropolitaine depuis peu, c’est un sujet qui me passionne car il nécessite de la part des élus locaux de s’adapter pour encore mieux servir nos concitoyens.

Ainsi la création de la Métropole de Lyon, Métropole pionnière de France puisqu’étant la seule dotée de compétences aussi larges, change la façon de conduire ces politiques dans cette nouvelle institution territoriale.

C’est à ces sujets que P. Estèbe propose plusieurs pistes :

  • Il nous faudra tout d’abord gérer les tensions entre le dedans de la Métropole (la gestion « classique » d’une agglomération et de ses relations avec les communes qui la composent) et le dehors de la Métropole (la question des relations avec les territoires voisins et notamment ceux du Pôle Métropolitain).

  • Ensuite il faudra passer de la gestion des stocks (stocks d’emplois, stocks de logements …) à la gestion des flux (flux de marchandises, flux d’emplois, flux d’habitants…).

La Métropole ne doit pas simplement fournir des services (des logements, des emplois, des moyens de transport…) aux habitants, elle doit leur permettre de construire leurs propres parcours.

Elle doit se développer pour permettre à chacun de construire sa réussite scolaire (parcours d’éducation). Elle doit aussi rendre possible des parcours résidentiels adaptés et des parcours dans l’emploi pour progresser.

Cette notion de flux est à la fois nouvelle et essentielle. Les habitants de la Métropole ont des besoins qui évoluent au fil de leur vie et il faut que la Métropole leur permette de suivre cette évolution. (suite…)