Cantine ou “Restauration” scolaire ?

enfants2La cantine évoque pour certains la nostalgie, pour d’autres de mauvais souvenirs.

En tout cas, à Lyon, la cantine c’est du passé. Nous sommes désormais à l’heure de la restauration scolaire.

Là où la cantine consistait simplement à nourrir les enfants, la restauration scolaire est un temps qui se travaille globalement. L’objectif est de permettre aux enfants de manger, s’amuser, se détendre et que ce temps soit construit comme une continuité entre la classe du matin et celle de l’après-midi.

C’est aussi un temps où le gout individuel et l’identité culturelle se construisent. À Lyon tout particulièrement. C’est un temps où le vivre ensemble dans la différence est une réalité concrète.

L’éducation au gout n’est pas abstraite et elle ne consiste certainement pas à imposer des plats sans prendre en compte l’avis des enfants.menu

A Lyon un observatoire du goût permet d’analyser chaque jour ce que les enfants de 15 écoles de la ville ont aimé ou pas dans leur repas et pour quelles raisons.

Et nous souhaitons aller plus loin. C’est ainsi avec plaisir que j’ai assisté le 4 décembre dernier au travail commun des services de la Ville de Lyon, de son prestataire Elior et … des enfants !

À l’école Marcel Pagnol, dans le , nos jeunes convives sont devenus jurés d’éducation au gout par le plaisir. Ils ont goûté 9 nouvelles recettes et livré leur avis. Lorsque 70% des enfants ont aimé une recette, elle sera au menu de tous les petits lyonnais l’année prochaine ; entre 60 et 70%, la copie à revoir et à moins de 60%, adieu la recette !enfants

Je suis très heureuse d’avoir pu constater que ce que nous croyions était fondé et que cela marche. La participation des enfants à la décision, l’écoute de leur parole rend possible de développer en même temps culture, plaisir et santé.

Parents, venez voir ! Chacune, chacun peut venir manger au restaurant scolaire de son enfant une fois dans l’année. Vous verrez : on est loin de la cantine du passé !

Mon intervention sur le Débat d’orientations budgétaires 2016 de la Métropole de Lyon

Intervention – Anne Brugnera

Débat d’orientations budgétaires 2016

Conseil métropolitain du 1er février 2016

anneconseil

Monsieur le Président, mes cher(e)s collègues,

Nous menons aujourd’hui le premier DOB de notre toute jeune Métropole, l’occasion d’évoquer le budget de notre collectivité et d’envisager l’avenir.

La santé financière de toute collectivité, ce qui nous préoccupe ici, ne s’évalue sincèrement qu’à l’aune du contexte dans lequel elle est amenée à évoluer.

Aujourd’hui, partout en Europe, les États sont engagés dans des processus de rationalisation budgétaire, de réduction de la dette et d’optimisation des dépenses publiques. En France, le contexte est également sombre et les signaux d’amélioration encore trop timides.

Dans ce contexte difficile, le redressement des comptes publics est un enjeu essentiel. Mais la décision de l’État d’y faire participer les collectivités locales par le biais d’une baisse des dotations, si elle peut se comprendre, est très impactante car massive et brutale.

Pour la Métropole de Lyon, cela représente pour 2016 un nouvel effort de 57 millions d’euros de baisse de dotations, assorti d’une hausse de notre participation à la péréquation de 8 millions d’euros. Sans gager de ce que sera la prochaine réforme de la DGF, l’effort cumulé de participation au redressement des comptes publics consenti par la Métropole de Lyon s’élèvera à plus de 175 millions par an à partir de 2017. (more…)

Vœux aux représentants des parents d’élèves

annegroupéMesdames, Messieurs,

C’est avec un immense plaisir que je vous accueille dans ces magnifiques salons de l’Hôtel de Ville pour cette cérémonie des vœux.

Cette cérémonie est particulière. Il s’agit de ma première cérémonie de vœux aux parents d’élèves.

Il faut que je vous explique ce que cela a de particulier. En effet, s’il est de coutume pour les adjoints au Maire de présenter leurs vœux en début d’année, en toute simplicité afin de veiller au budget, l’exercice peut être compliqué car il faut choisir, sans froisser, qui inviter quand on compte de nombreux partenaires dans sa délégation.

C’est particulièrement le cas pour l’éducation.

Car la communauté éducative comprend 4 groupes d’adultes pour prendre en charge nos enfants. Je la symbolise souvent par une fleur à 4 pétales, dont le cœur serait les écoliers.

La communauté éducative à Lyon c’est :

  • Les enseignants : à la rentrée 2015, on comptait 1434 classes et vous savez que cela fait plus que 1434 enseignants sans compter les directeurs d’écoles, les conseillers pédagogiques, les inspecteurs et le personnel des services académiques du Rhône. C’est le pétale de l’Éducation Nationale,
  • Les agents municipaux des écoles, ATSEM, ASEP, Gardiens, Responsables de restaurants et aides, Responsables de proximité, Responsables de secteur… et tous les agents de la Direction de l’Éducation qui travaillent tous les jours pour entretenir et faire tourner nos écoles, soit près de 1500 agents. C’est le pétale de la Municipalité,
  • Les animateurs et les directeurs d’accueil de loisirs sans compter leurs responsables municipaux et associatifs. Nous avons embauché plus de 1600 animateurs pour animer notre périscolaire. C’est le pétale de l’Animation, ou encore de l’Éducation Populaire (l’éducation populaire, c’est-à-dire une éducation qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, à tous les âges de la vie, et qui se positionne en complément de l’enseignement formel)
  • Et enfant les parents d’élèves : nous comptons à cette rentrée 36 860 élèves qui ont autant de parents et viennent former notre 4ème pétale.

voeux anneBien sûr j’aimerais pouvoir réunir, rien qu’une fois par an, tous ces acteurs de l’école mais ça n’est tout simplement pas possible, matériellement.

Aussi cette année, j’ai choisi d’organiser la première cérémonie des vœux aux représentants des parents d’élèves de la Ville de Lyon. J’en suis très heureuse.

(more…)

Démocratie participative et citoyenneté

participation citoyenne

Comme chaque année, Le Maire de Lyon Gérard Collomb et mon collègue Loïc Graber, adjoint délégué à la démocratie participative, invitent les membres des 35 conseils de quartiers de Lyon à une rencontre pour faire le bilan de leurs actions et tracer les perspectives de celles à venir.

Cette année, les ateliers thématiques avaient pour objectif de réfléchir ensemble aux moyens d’ouvrir ces instances de démocratie participative au plus grand nombre et notamment d’y faire adhérer les citoyens les plus éloignés.

Mais la démocratie participative à Lyon va au-delà des conseils de quartier. Grâce aux formations, la municipalité l’a petit à petit instillée dans toutes ses politiques, notamment à travers la démarche de concertation, désormais bien ancrée dans nos pratiques.

Ainsi, concernant les travaux dans les écoles, des réunions réunissant l’ensemble des acteurs de l’éducation sont organisées en phase de définition du programme, puis en phase d’avant travaux, afin d’informer et de recueillir les avis et propositions pour faire évoluer chaque projet et l’adapter à chaque école.

Bien sûr il faut aller plus loin et expérimenter de nouvelles modalités d’association des citoyens et des usagers à nos décisions., Je pense que l’apprentissage de la collectivité, de ses règles et usages, au titre desquels la participation citoyenne, doit commencer dès le plus jeune âge.

Pour éduquer nos enfants, leur apprendre à « faire société », à œuvrer pour l’intérêt général dans le respect et le collectif, il faut commencer par les écouter, leur apprendre à débattre et leur confier des responsabilités.

Conseils des enfants dans les écoles, conseils périscolaires, débats des enfants citoyens, organisation de référendums sur la place du foot dans la cour, élaboration des programmes d’activités par les enfants, questionnaires de satisfaction et d’évaluation par les enfants, co-construction des projets de travaux dans les cours d’école… les possibilités sont toujours plus nombreuses.

Tous ensemble, acteurs de la communauté éducative, enseignants, parents, animateurs, élus et services de la Ville de Lyon, il nous faut poursuivre en ce sens pour que nos enfants expérimentent et intègrent la citoyenneté au jour le jour.

L’effet ciseau, quèsaco ?

Le budget d’une commune, comme celui d’une famille, est composé de recettes et de dépenses.

Les recettes ont deux origines principales:

  • Les taxes locales et notamment les impôts locaux,
  • Les dotations versées par l’État.

Les dépenses sont de deux types :

  • Les dépenses de fonctionnement, parmi lesquelles les dépenses de personnel majoritaires, ce qui est logique pour une municipalité dont le principal objet est de fournir des services publics à ses habitants : écoles, crèches, équipements sportifs et culturels sont gérés par du personnel municipal,
  • Les dépenses d’investissement, qui consistent en travaux de construction et/ou de réparation.

Dans un contexte économique difficile, les recettes ont tendance à baisser alors que les dépenses augmentent pour d’autres raisons : voilà ce que l’on appelle l’effet ciseau.

Qu’en est-il à Lyon de ces évolutions à l’aube de cette nouvelle année 2016 ?

(more…)

Interrogations suite aux élections régionales de décembre dernier

Ce qui m’a frappé, passé le soulagement de ne voir aucune région basculer dans l’extrême-droite, c’est l’hétérogénéité des victoires de la droite.

Trois régions ont été gagnées par la droite grâce à la responsabilité des électeurs de gauche (PACA, Nord-Pas de Calais-Picardie, Alsace -Champagne-Ardennes-Lorraine) tandis que deux ont été gagnées en recherchant les voix du FN (Ile de France, Auvergne-Rhône-Alpes) et deux dans une triangulaire classique.

Que vont faire désormais les Président(e)s élu(e)s ? Vont-ils se souvenir d’où provient leur élection ? A cet égard les discours de victoire de Xavier Bertrand et de Christian Estrosi ont été très dignes envers les électeurs de gauche, qui, je crois, ont été soulagés de les entendre s’exprimer ainsi.

Et quelle politique sera menée demain en Ile de France et en Auvergne-Rhône-Alpes ? Sera-t-elle à l’écoute des électeurs qui ont voté Front National? Aux adeptes de la Manif pour tous ?

Pour ma part, je serai particulièrement attentive à la façon dont le nouvel exécutif de la région Auvergne-Rhône-Alpes traitera la question de la vie associative, car elle est symbolique à mon avis et ce pour 3 raisons.

Tout d’abord, parce qu’on sait que les subventions au monde associatif sont des variables d’ajustement budgétaire faciles pour des élus qui préfèrent faire porter les économies par des partenaires extérieurs que de les assumer directement.

Ensuite, parce qu’on a déjà aussi vu et compris comment une certaine droite a une façon pour le moins singulière de traiter l’indépendance associative… en ne la respectant pas ; en se posant la question d’un soutien non pas en termes d’utilité et de projet, mais en termes d’adhésion idéologique pure.

Je crains notamment que ne se retrouvent dans le viseur les associations d’éducation populaire. Parce qu’elles favorisent le vivre-ensemble, le pouvoir d’agir des habitants en développant la démocratie participative, qu’elles sont des porte-paroles de pensées parfois alternatives, elles font régulièrement l’objet, dans nos assemblées, d’attaques d’élu(e)s d’une certaine droite qui leur refusent toute légitimité.

Elles sont pourtant le terreau de la richesse de nos débats démocratiques, de la réflexion collective et de l’avenir de nos cités.

J’espère donc que la politique associative et culturelle de la Région, demain, ne se retrouve pas guidée par le dogmatisme et la peur de l’action citoyenne. Ce serait là un grave recul.

Tristesse et recueillement

Je m’associe à Gérard Collomb, Maire de Lyon, et à David Kimelfeld, Maire du 4e arrondissement de Lyon, pour faire part de ma tristesse et de tout mon soutien aux familles des victimes, à leurs proches, à leurs camarades et amis, ainsi qu’à toute la communauté éducative.

Ces événements terribles nous touchent tous profondément.

Ce soir Lyon est en deuil et je vous relaie l’invitation du Maire du 4ème à nous joindre aux Croix-Roussiens pour un moment de recueillement, à la Maison des Associations de la Croix-Rousse  (28 rue Denfert-Rochereau – Lyon 4e) à 19h.

 

Concertation pour le réaménagement des espaces publics de la Part Dieu : c’est parti !

Le réaménagement de la Part Dieu est un des projets phares de ce mandat 2014-2020, pour la Métropole, pour la ville de Lyon et pour le 3ème arrondissement.

Il répond à la nécessité d’adapter ce quartier stratégique aux besoins de ses habitants, de ses usagers et de ses entreprises.Dossier_concertation_ZAC PART-DIEU.indd

Depuis le lancement du projet, une importante politique d’information et de concertation a été mise en œuvre afin de permettre à chacun de s’informer et de s’exprimer sur le projet tout au long de son élaboration.

C’est désormais la partie du projet concernant l’aménagement des espaces publics qui est ouverte à la concertation. Ce sujet touche à la fois à la mobilité, la végétalisation des espaces et les nouveaux services qui seront créés pour les habitants dans le quartier.

Je vous invite donc à vous rendre à la réunion publique d’information qui aura lieu le 12 janvier à 19h en Mairie du 3e arrondissement de Lyon. A cette occasion, ceux qui souhaitent participer plus avant au projet pourront s’inscrire aux ateliers de réflexions sur les différentes thématiques du projet.

(Pour en savoir plus, cliquer ici >>> dossier de concertation)

2016joiesansphotoEn ce début d’année, je souhaite à chacune et à chacun une bonne année 2016.
En premier lieu, santé, réussite et bonheur.
Ensuite, après une année 2015 particulièrement éprouvante, je formule des vœux de sérénité, de douceur, d’insouciance, de fantaisie.
Enfin parce qu’il n’y a pas de joie plus grande que celle qui survient sans qu’on ne l’attende et qu’il n’y pas de joie plus belle que celle qui est partagée, je nous souhaite à nous tous d’emprunter des “chemins de traverse” pour faire des rencontres inattendues, grandir et progresser dans l’échange, le partage et la solidarité.
Bonne année de joie partagée !

Mon intervention sur le Pacte de Cohérence Métropolitain

Pacte de Cohérence Métropolitain

Conseil métropolitain du 10 décembre 2015

 

Monsieur le Président, Monsieur le Conseiller Délégué, Mesdames et Messieurs les élu(e)s, cher(e)s collègues,

Notre Métropole est née le 1er janvier 2015.

Aujourd’hui, 10 décembre, nous sommes amenés à voter notre pacte de cohérence métropolitain, document original qui régira la façon dont Métropole et Communes vont travailler ensemble à l’organisation du service public sur le territoire.

Ce document, qui fera désormais partie intégrante de la vie de nos institutions, est remarquable à plus d’un titre. Il est d’abord remarquable par la façon dont il a été créé. Il est remarquable ensuite par les possibilités d’actions qu’il nous offre.

Le Pacte de Cohérence Métropolitain est apparu dans la loi MAPTAM, la loi d’affirmation des métropoles françaises et de la Métropole de Lyon en particulier. C’est à présent à nous, élu(e)s métropolitain(e)s, que revient la responsabilité d’en faire un outil, un outil au service de nos territoires et de leurs habitants. (more…)